Accéder au contenu principal

Télé ou réalité ?

 

justice

L’anecdote est sans doute arrivée à tous les présidents de tribunal de France. Appelé à la barre, un témoin s’adresse à eux en leur donnant du "Votre honneur", la formule, incongrue ici, mais qui est la règle devant les tribunaux américains. On y verra le poids des films ou séries télé qui mettent en scène habilement des procès de fiction ou celui de l’actualité puisqu’outre-Atlantique les procès filmés en direct sont la règle, de celui d’OJ Simpson qui a battu des records d’audience à celui qui se déroule en ce moment de Derek Chauvin, le policier accusé d’avoir tué George Floyd à Minneapolis.

Filmer des procès en France, comme le propose la réforme de la justice présentée hier en Conseil des ministres par le garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti participera-t-il à faire de la pédagogie auprès de Français qui connaissent mal leur justice ? Voire. Jusqu’à présent, seuls de grands procès étaient filmés : celui du tortionnaire de Jean Moulin Klaus Barbie, celui de l’explosion de l’usine AZF à Toulouse, ou celui plus récent de l’attentat contre Charlie Hebdo. Filmer certains procès moins retentissants médiatiquement risque de s’avérer complexe tant sur le plan des moyens techniques à mobiliser que du bouleversement que cela peut provoquer sur les déroulements des audiences et leur permanence dans le temps – quid du droit à l’oubli ?

Mais cette captation des procès que le garde des Sceaux a inscrite à l’article 1 de son projet de loi et qui suscite le débat n’est-elle pas l’arbre qui cache la forêt ? Car derrière la télé, il y a la réalité d’une loi qui entend bouleverser l’un des fondements de la justice française : la place du peuple au nom duquel elle est rendue. On peut comprendre la nécessité de tout faire pour que la justice soit plus rapide et en finisse avec d’insupportables délais pour organiser les procès d’assises notamment.

Généraliser les cours criminelles départementales pour les crimes passibles de quinze à vingt ans de réclusion permettra certes de désengorger les cours d’assises mais au détriment de la présence des jurés populaires, remplacés de fait par des magistrats. La loi Dupond-Moretti entend rétablir "la confiance en l’institution judiciaire". Pour accélérer les audiences, ne va-t-elle pas au contraire entamer un peu plus une confiance qui est déjà – plutôt à tort qu’à raison – bien basse ; un Français sur deux seulement ? Et relancer les critiques récurrentes sur une prétendue république des juges ? N’aurait-il pas fallu d’abord donner les moyens financiers et humains à une justice sous-dotée avant de toucher à la souveraineté populaire qui en est l’un des piliers ?

La réforme surprend d’autant plus qu’elle vient d’un ancien avocat pénaliste qui a gagné son surnom d’Acquitator justement auprès de jurés dont il a su faire basculer l’intime conviction… et qui connaît donc parfaitement ce qui se joue de droit, de démocratie et d’humanité dans les procès d’assises. On ne sait si Eric Dupond-Moretti a retourné sa robe en confondant vitesse et précipitation. Mais chacun devrait se souvenir de Voltaire qui assurait qu’"un jugement trop prompt est souvent sans justice"…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 15 avril 2021)



Posts les plus consultés de ce blog

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio