Accéder au contenu principal

Dans les pas de Roosevelt

JoeBiden

Lorsqu’il s’est installé dans le bureau ovale de la Maison Blanche le 20 janvier dernier, Joe Biden a pris soin de refaire la décoration laissée par son prédécesseur Donald Trump. Face à son célèbre bureau, le nouveau président démocrate a installé un grand portrait de Franklin D. Roosevelt, le président qui sortit les Etats-Unis de la grande dépression avec son New Deal.

Joe Biden s’est-il inspiré de Roosevelt pour conduire ses cent premiers jours à la tête du pays ? S’est-il rappelé le discours d’investiture de Roosevelt le 4 mars 1933 – « la seule chose dont nous devons avoir peur, c’est la peur elle-même » – ou cette anecdote lorsqu’après son élection, un visiteur lui fit remarquer « Monsieur le Président, si votre programme réussit, vous serez le plus grand président de l’histoire américaine. Si cela échoue, vous serez le pire », s’attirant pour toute réponse un « Si ça échoue, je serai le dernier… »

En tout cas depuis cent jours, Joe Biden – qui devait prononcer hier son premier discours sur l’état de l’Union devant le Congrès – peut revendiquer la filiation avec son illustre prédécesseur. Le Sleepy Joe (Joe l’endormi) raillé par Trump s’est révélé être un Speedy Joe avec une volonté et une détermination de fer pour appliquer au pas de charge son programme dès le jour de son investiture en signant 17 décrets. Jusqu’à présent, c’est un sans-faute sur la forme – le style du 46e Président de 78 ans, tout en empathie et en maîtrise séduit – que sur le fond.

Sur la gestion de la pandémie, après avoir imposé le masque dans les bâtiments fédéraux, il avait promis 100 millions d’Américains vaccinés en 100 jours. Il n’en aura fallu que 58 et c’est 200 millions d’Américains qui sont aujourd’hui vaccinés et se préparent à abandonner le masque. Sur la scène internationale, Biden applique un « America is back. » Un retour bienvenu pour les partisans du multilatéralisme et les alliés de l’Amérique après quatre ans de chaos trumpien, mais qui pourrait aussi à terme inquiéter l’Europe. Biden tient la dragée haute à la Chine, retire les Boys d’Afghanistan, s’implique dans l’Otan comme dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Mais c’est peut-être sur le plan économique et social que Biden surprend le plus. Fin connaisseur des arcanes du Sénat qu’il a arpentés pendant 36 ans, il a décroché un plan de relance de 1900 milliards de dollars. Puis c’est un plan d’investissements dans les infrastructures de 2 300 milliards qui a suivi avec une volonté claire de verdir l’économie et d’investir dans les technologies du futur. Enfin – et surtout – Biden ouvre un nouveau chapitre qu’on n’attendait pas venant d’un démocrate qui n’est pas le plus à gauche de sa famille politique : la fin de l’ère libérale entamée par Reagan et le retour d’une politique keynésienne faite d’investissements publics et de taxation des plus riches (grandes fortunes ou GAFA).

Hier Biden devait dévoiler un plan de 1 500 milliards de dollars dans les services à l’enfance et l’éducation, et un autre de 1 000 milliards pour la santé est dans les tuyaux. La dette publique va représenter 130 % du PIB et certains économistes craignent un retour de l’inflation. Mais la croissance devrait bondir de 6,5 % cette année, ouvrant une nouvelle ère de prospérité. Fort de la transformation des Etats-Unis qu’il impulse, Joe Biden – qui sait combien la tâche sera dure dans un pays aussi divisé – espère bien être celui qui aura renouvelé le « rêve américain » et ainsi entrer dans l’Histoire dans les pas de Roosevelt.    

(Analyse publiée dans La Dépêche du Midi du jeudi 29 avril 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan