Accéder au contenu principal

Responsabilité



Le retrait prochain des troupes américaines de Syrie, tel un jeu de dominos, a des répercussions profondes, dont le retour dans l'Hexagone de quelque 150 jihadistes français dont des familles jusqu'à présent détenus en Syrie et en Irak. Ainsi, la France vient d'être contrainte de changer de doctrine à leur égard. Jusqu'alors, en effet, le gouvernement français s'était toujours opposé à leur retour – sauf pour les mineurs –, estimant qu'ils devaient être jugés sur place et y purger leur peine, sous réserve de bénéficier d'un procès équitable. Désormais, le rapatriement de ces ressortissants français est inéluctable, fut-il facilité par des avions américains. Le retour de ces jihadistes constitue ainsi un véritable défi pour la France, mais aussi un casse-tête politique face à l'extrême sensibilité de l'opinion publique sur le sujet.

Car les Français restent durablement marqués par les attentats terroristes perpétrés par Daech sur notre sol, de l'attaque de Charlie Hebdo en janvier 2015 à celle du marché de Noël de Strasbourg en décembre dernier, en passant par les tueries du Bataclan ou de Nice. Dès lors, difficile d'avoir de la compassion pour des Français qui ont pris les armes contre leurs compatriotes en rejoignant les rangs d'une organisation terroriste, se faisant de fait acteurs ou complices des attentats qui ont frappé la France et qui, une fois arrêtés, en appellent non pas à un tribunal islamique mais à la justice de notre Etat de droit.

Quoi que l'on pense du comportement paradoxal de ces jihadistes, c'est justement cet Etat de droit qui est mis à l'épreuve aujourd'hui. Ce qui appelle de la responsabilité, du sang froid, de la hauteur de vue qui ont parfois fait défaut ces derniers jours. De la même façon que le débat sur la déchéance de nationalité avait fracturé la société durant le mandat de François Hollande, le sort des 150 jihadistes a suscité des propositions parfaitement déplacées de certains élus de droite en quête de buzz, qui se sont lancés dans une surenchère indigne. À l'image d'un député LR réclamant une «élimination ciblée» systématique, c'est-à-dire la peine de mort, abolie en France. Ou encore un Nicolas Dupont-Aignan qui voudrait rouvrir un bagne à Cayenne ou sur les îles Kerguelen… Les victimes du terrorisme et leurs familles méritent mieux que ces propositions incompatibles avec notre République.

« D'abord, ce sont des Français avant d'être des jihadistes » a d'ailleurs fort justement répondu le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, rappelant que c'était bien à la France – et à elle seule – de prendre ses responsabilités. En faisant en sorte que la justice s'exerce pleinement contre les jihadistes qui seront de retour – comme elle a su juger jadis les Français miliciens ou les collaborateurs de Vichy qui avaient, eux aussi, combattu la France libre. En imaginant de nouvelles solutions, dans ou hors des prisons, pour déradicaliser ces jihadistes. En sauvant enfin les enfants emmenés ou nés sur zone de guerre qui sont avant tout victimes des actes de leurs parents.

C'est en répondant à cette tâche immense que la France honorera ses valeurs et principes démocratiques que les terroristes voudraient nous voir abandonner, et qui sont notre force.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 9 février 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Champs de batailles

L'agriculture est-elle devenue un champ de bataille ? En tout cas, le débat houleux sur les pesticides, et plus particulièrement le glyphosate, concentre – au détriment souvent d'autres thématiques – tous les enjeux et les contradictions de notre époque autour de l'alimentation, de la lutte contre le réchauffement climatique et de la préservation de la biodiversité. Et le moins que l'on puisse dire est que les positions sont tranchées, frontales, quasi irréconciliables entre les défenseurs de l'environnement et de la santé publique d'un côté, les agriculteurs et les industriels de l'autre, et les agences sanitaires au milieu dont l'impartialité et l'indépendance ne sont pas au plus haut… Le débat est d'autant plus vif que les avis scientifiques autour desquels toutes les parties auraient pu logiquement se retrouver peinent à se frayer un chemin dans un débat public où les opinions surpassent les faits et où les infox des réseaux sociaux et les …

Le revers de la médaille

Les gagnants de la seconde édition du Loto du patrimoine ont été dévoilés mardi par le ministre de la Culture Franck Riester. 103 projets ont ainsi été retenus sur 835 candidats, et s'ajoutent aux dix-huit déjà annoncés en mars dernier. Cette multiplication de candidatures, cet engouement populaire souligne, si besoin en était, l'attachement des Français à leur patrimoine. Un attachement que l'on mesure d'ailleurs chaque année en septembre lors des Journées du patrimoine – initiative française lancée en 1984 et devenue depuis européenne – qui battent à chaque édition des records de fréquentation. Attachement au patrimoine que l'on retrouve de la même façon lors des émissions de radio ou de télévision consacrées à l'histoire et aux monuments, qui apportent régulièrement de très belles audiences aux chaînes.

Enfin, l'attachement des Français au patrimoine a connu un retentissant éclat lors de l'incendie du toit de Notre-Dame de Paris. L'élan de génér…

Les armes dans la peau

Coup sur coup deux nouvelles fusillades ont été perpétrées ce week-end aux états-Unis. Deux tueries de masse qui ont fait des dizaines de morts et de blessés et qui portent leur nombre, terrible, à 251 depuis le début de l'année 2019, selon un décompte de l'association Gun Violence Archive. Autrement dit, peu ou prou, il ne se passe pas un jour outre-Atlantique sans que des innocents, hommes, femmes, enfants, ne soient tués par balle, que ce soit par des déséquilibrés, des militants suprémacistes blancs, des adeptes de l'état islamique ou tout simplement des citoyens lambda qui décident de régler leurs problèmes par arme à feu. Dans n'importe quel pays au monde, la répétition de tels drames déboucherait sur une prise de conscience collective et, surtout, sur des changements législatifs profonds pour que cela ne se reproduise plus. Pas aux états-Unis.

Ce grand pays a, d'évidence, les armes dans la peau, d'autant plus que leur usage est inscrit noir sur blanc da…