Accéder au contenu principal

Fracture(s) numérique(s)

illectronisme


Lorsque l'on évoque la fracture numérique, on pense immédiatement à ces territoires ruraux, voire à certains quartiers urbains, qui ne bénéficient pas de connexions à internet à haute vitesse. Réseau mobile absent ou trop faible pour capter quoi que ce soit ; ADSL au débit anémique ; fibre optique absente : autant de handicaps pour les PME, les élus et les simples Français qui se sentent citoyens d'une seconde zone où les nouveaux usages numériques, économiques, éducatifs, administratifs ou ludiques leur sont compliqués voire interdits. Cette fracture-là est grave, certes, mais elle se résorbe petit à petit grâce à l'engagement – encore trop lent pour les Français concernés – de l'Etat, des collectivités locales et des opérateurs.

Il est en revanche une autre fracture numérique, beaucoup plus discrète et pourtant capitale : la capacité de chacun à tirer parti d'internet pour profiter des services qui, jour après jour, deviennent incontournables dans une société connectée comme la nôtre.

En quelques mois, trois enquêtes viennent de mettre en lumière un phénomène que l'on appelle l'illectronisme, qui est au numérique ce que l'illettrisme est à la langue. Les Français qui en sont touchés savent parfaitement ce qu'est un ordinateur, une souris, une imprimante, un smartphone et même une box internet, et ils sont mêmes correctement équipés en matériel pour beaucoup d'entre eux. Mais ils sont mal à l'aise avec ces outils, ne maîtrisent pas suffisamment les subtilités d'interfaces souvent très peu ergonomiques, et renoncent parfois à utiliser tel ou tel service par peur de «faire planter l'ordinateur». Ces internautes-là, pleins de bonne volonté, deviennent alors des abandonnistes du numérique…

Dès lors, cet illectronisme provoque une exclusion numérique qui devient très handicapante au quotidien.

Les Français, qui dans leur ensemble sont conscients des apports positifs du numérique en termes d'accès à l'information, aux démarches administratives de plus en plus dématérialisées, aux outils permettant de rester en contact avec leurs proches, sont tout aussi conscients que le numérique renforce les inégalités. L'illectronisme affecte en effet les personnes âgées mais aussi certains jeunes, les catégories socioprofessionnelles modestes, les Français les moins diplômés et les zones rurales. Au total, l'illectronisme concernerait 19 % de la population !

À l'heure où l'Etat a décidé de muscler son administration électronique, ou les jeunes pousses françaises de la French Tech ont le vent en poupe et où le président de la République caresse l'idée de faire de la France une start-up nation, la lutte contre l'illectronisme devrait être une priorité des pouvoirs publics. Dès l'école avec les formations adéquates mais aussi hors du cadre scolaire avec le soutien des initiatives associatives ou institutionnelles déjà existantes. Car combattre l'exclusion numérique c'est aussi combattre les inégalités et l'exclusion tout court.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 4 février 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Si loin, si proche

Depuis 20 ans et l'incroyable développement des compagnies aériennes low cost comme Easyjet ou Ryanair, les Français, tout comme leurs homologues européens, découvrent le monde à moindre coût. Là où, pour nos parents et grands parents, les premiers congés payés se traduisaient par des départs familiaux aussi aventureux que joyeux vers la mer, l'océan, la campagne ou la montagne, tout en restant bien dans l'Hexagone, les générations suivantes, et notamment celles d'Erasmus, peuvent aujourd'hui s'offrir d'un clic sur internet des séjours à l'étranger tout compris. Et de plus en plus loin. C'est que les compagnies low cost ne se contentent plus de vols au cœur du Vieux continent ou vers les rivages de l'autre côté de la Méditerranée. Elles visent désormais les vols long-courriers, et notamment les vols transatlantiques entre l'Europe et les États-Unis.

Pour autant, l'aventure ne peut-elle être qu'à des milliers de kilomètres de chez so…

Symboles

La confirmation hier par la compagnie aérienne australienne Qantas qu'elle annulait la commande de huit Airbus A380 marque un nouveau revers pour le superjumbo du constructeur aéronautique européen. Un gros porteur dont la pérennité est désormais suspendue, sans beaucoup d'illusions, à une négociation avec la compagnie Emirates, qui avait passé une méga-commande de 36 A380. L'histoire semble désormais jouée et l'A380 va vraisemblablement – sauf surprise venue de Chine ou d'Inde – tirer bientôt sa révérence, devenant le symbole d'un terrible et douloureux échec commercial, mais aussi devenant une page importante de l'histoire aéronautique mondiale.

L'échec, c'est finalement celui d'un avion mal-né qui a accumulé les déconvenues au moment même où le paysage aérien mondial s'est retrouvé chamboulé. L'idée de départ était pourtant séduisante : le plus gros avion commercial du monde avec ses deux ponts, ses quatre réacteurs, capable d'em…

Responsabilité

Le retrait prochain des troupes américaines de Syrie, tel un jeu de dominos, a des répercussions profondes, dont le retour dans l'Hexagone de quelque 150 jihadistes français dont des familles jusqu'à présent détenus en Syrie et en Irak. Ainsi, la France vient d'être contrainte de changer de doctrine à leur égard. Jusqu'alors, en effet, le gouvernement français s'était toujours opposé à leur retour – sauf pour les mineurs –, estimant qu'ils devaient être jugés sur place et y purger leur peine, sous réserve de bénéficier d'un procès équitable. Désormais, le rapatriement de ces ressortissants français est inéluctable, fut-il facilité par des avions américains. Le retour de ces jihadistes constitue ainsi un véritable défi pour la France, mais aussi un casse-tête politique face à l'extrême sensibilité de l'opinion publique sur le sujet.

Car les Français restent durablement marqués par les attentats terroristes perpétrés par Daech sur notre sol, de l'…