Accéder au contenu principal

Symboles

A380


La confirmation hier par la compagnie aérienne australienne Qantas qu'elle annulait la commande de huit Airbus A380 marque un nouveau revers pour le superjumbo du constructeur aéronautique européen. Un gros porteur dont la pérennité est désormais suspendue, sans beaucoup d'illusions, à une négociation avec la compagnie Emirates, qui avait passé une méga-commande de 36 A380. L'histoire semble désormais jouée et l'A380 va vraisemblablement – sauf surprise venue de Chine ou d'Inde – tirer bientôt sa révérence, devenant le symbole d'un terrible et douloureux échec commercial, mais aussi devenant une page importante de l'histoire aéronautique mondiale.

L'échec, c'est finalement celui d'un avion mal-né qui a accumulé les déconvenues au moment même où le paysage aérien mondial s'est retrouvé chamboulé. L'idée de départ était pourtant séduisante : le plus gros avion commercial du monde avec ses deux ponts, ses quatre réacteurs, capable d'emporter quelque 600 passagers dans des conditions de confort inégalées entre les hubs de grandes villes alors que le trafic aérien était exponentiel. Sur le papier, au tournant du siècle, un tel projet tombait sous le sens et suscitait un vrai enthousiasme. Techniquement, économiquement, commercialement, politiquement l'A3XX devenu A380 serait l'image de l'Europe conquérante face à l'Américain Boeing. Las ! Entre le dépassement des budgets de développement, la mauvaise communication entre équipes françaises et allemandes, les retards de livraison à répétition, la détection de fissures sur les ailes de l'appareil, sans compter des dimensions XXL qui lui ont fermé les portes de certains aéroports, la vie de l'avion géant a été semée d'embûches alors même que l'aviation commerciale changeait radicalement de visage avec le développement des low cost et la préférence pour des liaisons de ville à ville. «Nous avons eu raison dix ans trop tôt», disait souvent l'ancien patron d'Airbus Fabrice Brégier pour expliquer ce qui restera comme un fiasco.

Pour autant, l'A380 n'a pas été vain. En premier lieu, la conception d'un tel avion a permis à Airbus d'acquérir et de conforter un savoir-faire technologique aujourd'hui mobilisable sur d'autres appareils comme l'avion vedette A350. Incontestablement, l'A380 a fait d'Airbus un géant aéronautique et la prouesse technologique rejaillit sur tous les compagnons du constructeur auxquels on peut rendre hommage. Enfin, cet avion dont le premier vol, le 27 avril 2005 à Toulouse-Blagnac, avait été suivi par près de 50 000 personnes, a écrit une page de l'aéronautique et fait la fierté de l'Europe comme de notre région. Son nom s'ajoute désormais à la longue liste des avions de légende qui, du Spirit of Saint-Louis de Charles Lindberg au Concorde en passant par le P38 d'Antoine de Saint-Exupéry, ont fait l'histoire de l'aviation et l'Histoire tout court.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 8 février 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Pollueurs payeurs

  C’est une scène que malheureusement chacun d’entre nous a un jour vécue. Une promenade dans la nature et l’on tombe sur des monticules de déchets entassés là en toute illégalité : au mieux des déchets verts, au pire des gravats de chantiers, des appareils électroménagers ou tout simplement des ordures ménagères. Ce fléau des décharges sauvages a pris des proportions considérables et inquiétantes pour la pollution des sols qu’elles engendrent, alors même que les Français, paradoxalement, mettent l’environnement aux premiers rangs de leurs préoccupations. En 2020 en France, 80 000 tonnes de déchets ont ainsi échoué dans la nature dans quelque 600 dépôts illégaux. Et il est toujours aussi difficile pour les élus locaux de lutter contre ce phénomène qui recouvre de multiples pratiques. Chacun d’ailleurs garde en mémoire le décès du maire de Signes (Var), renversé le 5 août 2019 par une camionnette dont les occupants, que l’élu voulait verbaliser, avaient jeté des gravats en bord de route

Avant/Après

La pandémie de Covid-19 aura profondément bouleversé le marché de l’immobilier comme le secteur du BTP. Certes, avant l’arrivée du coronavirus fin 2019, l’immobilier était déjà au ralenti depuis quelques mois avec notamment le durcissement des conditions de crédit, mais l’irruption de la pandémie l’avait stoppé net avec le brutal et totalement inédit confinement du printemps : chantiers de construction à l’arrêt, agences fermées faute de pouvoir organiser des visites, crédits immobiliers mis sur pause, etc. Le second confinement dont nous venons tout juste de sortir aura été beaucoup moins paralysant. Les états des lieux, les signatures de compromis et d’actes de vente ont pu se faire. Le marché immobilier a ainsi mieux résisté et on assiste à une stabilisation des prix dans les dix plus grandes villes de France. Pour autant, on ne reviendra pas à la situation du monde d’avant car les deux confinements ont sensiblement modifié l’appréhension de l’immobilier par les Français. L’assignat

Kafka va au ski

La station La Molina en Espagne Mi-novembre, un article du grand journal allemand Die Zeit ironisait sur l’« Absurdistan autoritaire » imposé, selon lui, par le gouvernement français à ses concitoyens. « Le verrouillage de la France est si répressif que même les règles sensées tombent en discrédit », écrivait Annika Joeres.Auto-attestations de sortie obligatoires uniques en Europe, contradictions dans les autorisations ou interdictions de vente de certains produits comme les livres dans les supermarchés ou les sapins de Noël, décisions de santé publique prises de façon monarchique par le président de la République en Conseil de défense, Etat d’urgence sanitaire sans cesse prolongé, etc. La charge était sévère et sans doute un peu injuste puisque le confinement à la française a eu au final des effets bien réels pour freiner la circulation du virus et diminuer les hospitalisations… alors que l’Allemagne est en plus mauvaise posture actuellement. C’est dans ce contexte que le chef de l’E