Accéder au contenu principal

Le coeur et la raison


soleil


« Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît point. » La célèbre phrase de Pascal a ceci de particulier que l'on peut l'appliquer à bien des sujets autres que celui de la religion auquel le savant l'avait circonscrite dans ses « Pensées ». Par exemple au sujet des températures printanières – et quasi estivales – que l'on constate depuis quelques jours en France.

Côté cœur, c'est tout simplement le bonheur de retrouver le soleil et la chaleur, comme un avant-goût de grandes vacances. Ce week-end, de Toulouse à Gruissan, de Montpellier aux Pyrénées, chacun a ainsi profité de ces rayons de soleil qui nous ont tiré de la grisaille et du froid de l'hiver. C'est peu dire que cela fait du bien, au moral… comme au commerce. Les cafetiers et même les glaciers ont retrouvé des couleurs sur leurs terrasses bondées et certains ont – presque – oublié les samedis de rideau baissé pour cause de manifestation de Gilets jaunes.

Dépasser 20 °C en plein mois de février illustre pourtant bien le réchauffement climatique qui devrait tous nous inquiéter. Depuis quelques années, les prévisionnistes de MétéoFrance constatent que les saisons, notamment la saison hivernale, sont de plus en plus courtes, que les périodes froides à l'intérieur de ces hivers se réduisent et sont parfois entrecoupées de périodes de douceur où l'on bat des records. D'ailleurs, 2018 est l'année la plus chaude depuis le début du XXe siècle, pour la France. Mais, las ! L'heure est au petit café en terrasse au soleil, pas aux réflexions sur le changement climatique.

Côté raison justement, il y aurait pourtant urgence à s'inquiéter. Semaine après semaine, les constats alarmants se multiplient : l'accord de Paris sur le climat, ce texte historique signé lors de la COP21, tarde à se concrétiser, les scientifiques tirent la sonnette d'alarme et présentent des scénarios qui laissent à penser qu'il est presque trop tard pour parvenir à limiter le réchauffement de la planète à 2 °C. Fin 2018, le cabinet B & L évolution, s'appuyant sur le dernier scénario proposé par le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), a présenté les mesures à mettre en place pour s'aligner sur une trajectoire compatible avec + 1,5 °C en France. Autant dire que les changements à opérer sont radicaux : la diminution par deux des trajets en voiture, l'interdiction des vols long-courrier non justifiés en 2020, la suppression des vols intérieurs en 2022, la limitation à 1 kg de vêtements neuf par an et par personne d'ici 4 ans, ou l'instauration d'un couvre-feu thermique entre 22 heures et 6 heures en 2025. Le cabinet reconnaît que son scénario est «peu réaliste» mais il permet de mesurer l'ampleur des efforts à faire.

Alors entre le cœur qui permet de profiter d'une après-midi d'été insouciante en plein mois de février et la raison qui nous imposerait d'opérer des changements radicaux, il existe sans doute un chemin médian. Celui du respect par les Etats de l'accord de Paris associé à une réelle prise de conscience citoyenne. Les jeunes lycéens qui feront une grève pour le climat le 15 mars l'ont compris et nous montrent ce chemin de crête pour démentir les sombres scénarios. Car « il n'est pas certain que tout soit certain » ; c'est Blaise Pascal qui l'assurait.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 27 février 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Retrouver confiance

Une grande majorité de Français est sans doute en mesure de raconter une mauvaise expérience vécue avec un artisan – certains en ont même fait des livres comme le prix Goncourt Jean-Paul Dubois avec son savoureux "Vous plaisantez M. Tanner". Un devis où des prestations connexes ont été "oubliées", un montant final à payer qui a subitement gonflé, mais aussi des prestations qui ne sont pas à la hauteur et qui imposeront plus tard de refaire ce qui a été mal fait, etc. Le sentiment de s’être fait arnaquer est d’autant plus fort lorsque l’appel à l’artisan s’est fait dans une situation d’urgence ou de faiblesse : une fuite d’eau qui menace d’importants dégâts un appartement, un accident qui prive l’usage de sa voiture, et bien sûr un problème de serrure qui vous bloque à l’extérieur de votre logement ou vous empêche de bien le fermer… Ces comportements ne sont bien évidemment pas ceux de tous les artisans, mais les agissements de quelques brebis galeuses nuisent à

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio