Accéder au contenu principal

Derrière l'écran



La grand-messe de la téléphonie mobile, qui s’est officiellement ouverte hier à Barcelone, permet, année après année, de mesurer le poids croissant du secteur des télécoms. En termes économiques, culturels, sociétaux, et même politiques et géostratégiques, rarement une technologie aura conquis aussi rapidement une telle place, qui va encore aller en se renforçant avec l’intégration de plus en plus forte de l’intelligence artificielle. Rares sont ceux - à part quelques personnalités visionnaires comme Steve Jobs, l’emblématique PDG d’Apple et père de l’iPhone - qui, il y a une dizaine d’années, auraient imaginé l’importance que prendraient dans nos vies les smartphones.

Après avoir progressivement remplacé tout un tas d’appareils du quotidien (de l’appareil photo à l’agenda papier, du GPS au lecteur de musique) et créé de nouveaux usages (réseaux sociaux, banque en ligne), le smartphone est devenu - pour le meilleur et le pire - notre meilleur compagnon, le boîtier qui renferme toute notre vie numérique et nous relie aux autres. Au point de provoquer de véritables addictions, ou le syndrome FOMO (Fear of missing out), la « peur de rater quelque chose » d’important comme une information ou l’un de ces événements qui déclenchent tout au long de la journée des notifications sur les mobiles…

Mais derrière le Mobile World Congress de Barcelone, ses nouveautés époustouflantes comme les smartphones à écran pliables, et ses gigantesques stands rutilants, se trouvent deux enjeux majeurs.

Le premier est la masse colossale de données comportementales personnelles qui sont recueillies par les géants du net, les fameux GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft) via les smartphones et leurs applications. Des données qui sont ensuite traitées, analysées, souvent commercialisées - parfois à l’insu des utilisateurs, on l’a vu avec les divers scandales de Facebook l’an passé. Des données qui sont aussi, de plus en plus, la cible de pirates qui ont bien compris qu’elles valaient de l’or. Face à ce défi, l’Europe a raison d’agir, que ce soit avec le Réglement général de protection des données personnelles (RGPD) des citoyens européens, mis en place en mai 2018 ; la taxation des GAFAM, qui, depuis des années, sont passés maîtres de l’optimisation fiscale pour payer le moins d’impôts possible ; ou encore avec la future directive sur les droits d’auteur qui veut tout simplement une juste rémunération des auteurs et des médias.

Le second enjeu, économique et stratégique, se cristallise autour des réseaux 5G, la future norme qui promet des débits dix fois plus importants que ceux de la 4G et qui connectera tous les appareils de la maison mais aussi les futures voitures autonomes. Alors que l’Europe a joué un rôle important dans le déploiement des précédentes normes, cette fois la Chine fait très largement la course en tête. Le géant Huawei, connu pour ses smartphones, est quasi-incontournable pour tous les équipements 5G. Au point d’inquiéter de nombreux pays, Etats-Unis en tête, qui soupçonnent des possibilités d’espionnage. Là aussi, l’Europe, qui a par le passé eut de grands champions comme Nokia, doit être capable de retrouver une ambition industrielle. Car sur ces deux enjeux, il en va de notre souveraineté numérique… ou de notre dépendance.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mardi 26 février 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio