Accéder au contenu principal

Derrière l'écran



La grand-messe de la téléphonie mobile, qui s’est officiellement ouverte hier à Barcelone, permet, année après année, de mesurer le poids croissant du secteur des télécoms. En termes économiques, culturels, sociétaux, et même politiques et géostratégiques, rarement une technologie aura conquis aussi rapidement une telle place, qui va encore aller en se renforçant avec l’intégration de plus en plus forte de l’intelligence artificielle. Rares sont ceux - à part quelques personnalités visionnaires comme Steve Jobs, l’emblématique PDG d’Apple et père de l’iPhone - qui, il y a une dizaine d’années, auraient imaginé l’importance que prendraient dans nos vies les smartphones.

Après avoir progressivement remplacé tout un tas d’appareils du quotidien (de l’appareil photo à l’agenda papier, du GPS au lecteur de musique) et créé de nouveaux usages (réseaux sociaux, banque en ligne), le smartphone est devenu - pour le meilleur et le pire - notre meilleur compagnon, le boîtier qui renferme toute notre vie numérique et nous relie aux autres. Au point de provoquer de véritables addictions, ou le syndrome FOMO (Fear of missing out), la « peur de rater quelque chose » d’important comme une information ou l’un de ces événements qui déclenchent tout au long de la journée des notifications sur les mobiles…

Mais derrière le Mobile World Congress de Barcelone, ses nouveautés époustouflantes comme les smartphones à écran pliables, et ses gigantesques stands rutilants, se trouvent deux enjeux majeurs.

Le premier est la masse colossale de données comportementales personnelles qui sont recueillies par les géants du net, les fameux GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft) via les smartphones et leurs applications. Des données qui sont ensuite traitées, analysées, souvent commercialisées - parfois à l’insu des utilisateurs, on l’a vu avec les divers scandales de Facebook l’an passé. Des données qui sont aussi, de plus en plus, la cible de pirates qui ont bien compris qu’elles valaient de l’or. Face à ce défi, l’Europe a raison d’agir, que ce soit avec le Réglement général de protection des données personnelles (RGPD) des citoyens européens, mis en place en mai 2018 ; la taxation des GAFAM, qui, depuis des années, sont passés maîtres de l’optimisation fiscale pour payer le moins d’impôts possible ; ou encore avec la future directive sur les droits d’auteur qui veut tout simplement une juste rémunération des auteurs et des médias.

Le second enjeu, économique et stratégique, se cristallise autour des réseaux 5G, la future norme qui promet des débits dix fois plus importants que ceux de la 4G et qui connectera tous les appareils de la maison mais aussi les futures voitures autonomes. Alors que l’Europe a joué un rôle important dans le déploiement des précédentes normes, cette fois la Chine fait très largement la course en tête. Le géant Huawei, connu pour ses smartphones, est quasi-incontournable pour tous les équipements 5G. Au point d’inquiéter de nombreux pays, Etats-Unis en tête, qui soupçonnent des possibilités d’espionnage. Là aussi, l’Europe, qui a par le passé eut de grands champions comme Nokia, doit être capable de retrouver une ambition industrielle. Car sur ces deux enjeux, il en va de notre souveraineté numérique… ou de notre dépendance.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mardi 26 février 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan