Accéder au contenu principal

Le juste prix

euro


Les Français qui vont faire leurs courses ce week-end vont constater une hausse significative des prix de certains produits alimentaires de grandes marques. Une hausse qui s'établit en moyenne à 6,3 % et qui est la conséquence directe d'une mesure-clé de la loi Alimentation qui entre en vigueur ce 1er février : les enseignes n'ont plus le droit de vendre à prix coûtant et le seuil de revente à perte est relevé de 10 %. Cette mesure a été prise pour tenter d'en finir avec la guerre des prix à laquelle se livrent les tout-puissants géants de la grande distribution et pour que, in fine, les producteurs soient enfin mieux rémunérés.

Si l'intention était évidemment louable au moment de l'adoption de la loi, c'est peu dire qu'elle tombe mal. Alors que la crise des Gilets jaunes a démarré après la hausse de quelques centimes du prix du litre des carburants, la hausse de prix de nombreux produits alimentaires ne va-t-elle pas raviver l'exaspération des Français, au moment même où la question du pouvoir d'achat est centrale dans les revendications des Gilets jaunes et présente dans nombre de contributions du Grand débat national ? Le gouvernement a d'ores et déjà pris les devants, précisant que ce qu'il demandait aux grandes surfaces était simplement de trouver un moyen de répartir les marges différemment. Les grandes enseignes se sont de leur côté lancées dans des opérations d'explication de ces hausses de prix… mais aussi dans une nouvelle guerre des prix, cette fois sur leurs propres marques de distributeurs, s'appuyant par ailleurs sur leur système de cartes de fidélité.

Plus largement, la hausse de ce vendredi (re) pose la question de ce qu'est un juste prix. C'est-à-dire un prix qui reflète au plus près la valeur d'un bien, un prix qui permette la juste rémunération de celui qui l'a produit, un prix acceptable pour le budget de chaque ménage. Ces dernières années, ce triptyque a souvent été déséquilibré dans tous les secteurs par la course folle aux prix les plus bas, aux promotions les plus fortes, fussent-ils en trompe-l'œil. Car la numérisation de la société et l'ubérisation de pans entiers de l'économie, ont accéléré le mouvement, au prix souvent de plus de précarité et donc pour certains d'un pouvoir d'achat revu à la baisse. Un cercle vicieux qu'il convient de rompre.

Si certains en appellent à une décroissance radicale, il convient aux pouvoirs publics de créer les conditions à l'émergence du juste prix. Au niveau national ou européen, il s'agit d'une part de mettre en place une régulation qui permet d'atténuer les effets pervers de la course aux prix bas ; autrement dit ne pas laisser la «main invisible» du marché, théorisée par le père du libéralisme Adam Smith, comme seul mécanisme autorégulateur. Et d'autre part de mener les politiques économiques qui, en tenant compte du poids des dépenses contraintes dans le budget des foyers, permettent un maintien voire une hausse – réelle – du pouvoir d'achat.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 1er février 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Champs de batailles

L'agriculture est-elle devenue un champ de bataille ? En tout cas, le débat houleux sur les pesticides, et plus particulièrement le glyphosate, concentre – au détriment souvent d'autres thématiques – tous les enjeux et les contradictions de notre époque autour de l'alimentation, de la lutte contre le réchauffement climatique et de la préservation de la biodiversité. Et le moins que l'on puisse dire est que les positions sont tranchées, frontales, quasi irréconciliables entre les défenseurs de l'environnement et de la santé publique d'un côté, les agriculteurs et les industriels de l'autre, et les agences sanitaires au milieu dont l'impartialité et l'indépendance ne sont pas au plus haut… Le débat est d'autant plus vif que les avis scientifiques autour desquels toutes les parties auraient pu logiquement se retrouver peinent à se frayer un chemin dans un débat public où les opinions surpassent les faits et où les infox des réseaux sociaux et les …

Le revers de la médaille

Les gagnants de la seconde édition du Loto du patrimoine ont été dévoilés mardi par le ministre de la Culture Franck Riester. 103 projets ont ainsi été retenus sur 835 candidats, et s'ajoutent aux dix-huit déjà annoncés en mars dernier. Cette multiplication de candidatures, cet engouement populaire souligne, si besoin en était, l'attachement des Français à leur patrimoine. Un attachement que l'on mesure d'ailleurs chaque année en septembre lors des Journées du patrimoine – initiative française lancée en 1984 et devenue depuis européenne – qui battent à chaque édition des records de fréquentation. Attachement au patrimoine que l'on retrouve de la même façon lors des émissions de radio ou de télévision consacrées à l'histoire et aux monuments, qui apportent régulièrement de très belles audiences aux chaînes.

Enfin, l'attachement des Français au patrimoine a connu un retentissant éclat lors de l'incendie du toit de Notre-Dame de Paris. L'élan de génér…

Les armes dans la peau

Coup sur coup deux nouvelles fusillades ont été perpétrées ce week-end aux états-Unis. Deux tueries de masse qui ont fait des dizaines de morts et de blessés et qui portent leur nombre, terrible, à 251 depuis le début de l'année 2019, selon un décompte de l'association Gun Violence Archive. Autrement dit, peu ou prou, il ne se passe pas un jour outre-Atlantique sans que des innocents, hommes, femmes, enfants, ne soient tués par balle, que ce soit par des déséquilibrés, des militants suprémacistes blancs, des adeptes de l'état islamique ou tout simplement des citoyens lambda qui décident de régler leurs problèmes par arme à feu. Dans n'importe quel pays au monde, la répétition de tels drames déboucherait sur une prise de conscience collective et, surtout, sur des changements législatifs profonds pour que cela ne se reproduise plus. Pas aux états-Unis.

Ce grand pays a, d'évidence, les armes dans la peau, d'autant plus que leur usage est inscrit noir sur blanc da…