Accéder au contenu principal

Sortir du diagnostic

village


En 1995, Jacques Chirac lance sa campagne présidentielle avec une expression qui sera son marqueur dans la course à l'Elysée pour ne pas dire son slogan : la fracture sociale. En 2003, un an après son élection face à Jean-Marie Le Pen, il reviendra d'ailleurs dessus, estimant que cette fracture sociale – contre laquelle il avait finalement peu fait durant son premier mandat – menaçait «de s'élargir en une fracture urbaine, ethnique et parfois même religieuse.»

En 2004, le géographe Christophe Guilluy publie « Atlas des nouvelles fractures sociales », coécrit avec Christophe Noyé, puis en 2010, « Fractures françaises ». Deux ouvrages dans lesquels le chercheur explore le thème de la France périphérique, ces zones périurbaines qui s'étendent à l'ombre des grandes villes et jusqu'au milieu rural et qui prennent de plein fouet les conséquences de la mondialisation dont elles sont les perdantes. Avec un corollaire : cette France des invisibles se réfugie de plus en plus dans le vote protestataire.

À l'automne 2018, un mouvement aussi inédit, insaisissable que protéiforme, émerge de la colère contre la hausse des taxes sur le carburant : les Gilets jaunes envahissent les ronds-points et défilent depuis le 17 novembre chaque samedi pour réclamer plus de considération pour la France d'en bas, pour la France rurale. Celle de la «diagonale du vide» où la voiture est seule à permettre la mobilité, notamment pour rejoindre des services publics de moins en moins nombreux.

Trois époques, trois moments, trois aspects (politique, sociologique, sociétal) d'un même problème qui montrent que, depuis les années 90, les fractures françaises, sociales, sociétales, démographiques, territoriales, fiscales, numériques, loin de se résorber, se maintiennent voire s'approfondissent. Le dernier baromètre des territoires publié aujourd'hui, réalisé par Elabe et l'institut Montaigne, en partenariat avec La Dépêche, ne dit pas autre chose. Au-delà du cocon familial et du cercle proche dans lesquels les Français puisent tous leur bonheur personnel, le fossé se creuse entre «une France qui va plutôt bien et a pu tirer parti des évolutions, et une France qui se sent mise à l'écart et a le sentiment de perdre sur tout ou partie des tableaux.»

Vingt-quatre ans – presqu'un quart de siècle ! – après la «fracture sociale» chiraquienne, il devient désormais urgent de sortir du diagnostic incantatoire pour enfin trouver des solutions concrètes, partagées et surtout acceptées par tous. Une urgence d'autant plus prégnante que ces fractures françaises qui perdurent commencent à abîmer notre socle républicain bâti sur l'égalité et la fraternité. L'envie même de faire nation s'effrite ; on le voit avec l'inquiétante augmentation des propos haineux.

Emmanuel Macron, qui avait pourtant su durant sa campagne présidentielle diagnostiquer lui aussi ces fractures, n'est certes pas comptable de 25 ans d'atermoiements. Mais en tant que Président en exercice, il lui appartient de dégager les pistes pour commencer à ressouder le pays, à réconcilier les Français autour de ce qu'Ernest Renan appelait dans sa célèbre conférence « Qu'est-ce qu'une nation ? », «le désir de vivre ensemble»...

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mardi 19 février 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Avant/Après

La pandémie de Covid-19 aura profondément bouleversé le marché de l’immobilier comme le secteur du BTP. Certes, avant l’arrivée du coronavirus fin 2019, l’immobilier était déjà au ralenti depuis quelques mois avec notamment le durcissement des conditions de crédit, mais l’irruption de la pandémie l’avait stoppé net avec le brutal et totalement inédit confinement du printemps : chantiers de construction à l’arrêt, agences fermées faute de pouvoir organiser des visites, crédits immobiliers mis sur pause, etc. Le second confinement dont nous venons tout juste de sortir aura été beaucoup moins paralysant. Les états des lieux, les signatures de compromis et d’actes de vente ont pu se faire. Le marché immobilier a ainsi mieux résisté et on assiste à une stabilisation des prix dans les dix plus grandes villes de France. Pour autant, on ne reviendra pas à la situation du monde d’avant car les deux confinements ont sensiblement modifié l’appréhension de l’immobilier par les Français. L’assignat

Kafka va au ski

La station La Molina en Espagne Mi-novembre, un article du grand journal allemand Die Zeit ironisait sur l’« Absurdistan autoritaire » imposé, selon lui, par le gouvernement français à ses concitoyens. « Le verrouillage de la France est si répressif que même les règles sensées tombent en discrédit », écrivait Annika Joeres.Auto-attestations de sortie obligatoires uniques en Europe, contradictions dans les autorisations ou interdictions de vente de certains produits comme les livres dans les supermarchés ou les sapins de Noël, décisions de santé publique prises de façon monarchique par le président de la République en Conseil de défense, Etat d’urgence sanitaire sans cesse prolongé, etc. La charge était sévère et sans doute un peu injuste puisque le confinement à la française a eu au final des effets bien réels pour freiner la circulation du virus et diminuer les hospitalisations… alors que l’Allemagne est en plus mauvaise posture actuellement. C’est dans ce contexte que le chef de l’E

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette… Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la t