Accéder au contenu principal

Sortir du diagnostic

village


En 1995, Jacques Chirac lance sa campagne présidentielle avec une expression qui sera son marqueur dans la course à l'Elysée pour ne pas dire son slogan : la fracture sociale. En 2003, un an après son élection face à Jean-Marie Le Pen, il reviendra d'ailleurs dessus, estimant que cette fracture sociale – contre laquelle il avait finalement peu fait durant son premier mandat – menaçait «de s'élargir en une fracture urbaine, ethnique et parfois même religieuse.»

En 2004, le géographe Christophe Guilluy publie « Atlas des nouvelles fractures sociales », coécrit avec Christophe Noyé, puis en 2010, « Fractures françaises ». Deux ouvrages dans lesquels le chercheur explore le thème de la France périphérique, ces zones périurbaines qui s'étendent à l'ombre des grandes villes et jusqu'au milieu rural et qui prennent de plein fouet les conséquences de la mondialisation dont elles sont les perdantes. Avec un corollaire : cette France des invisibles se réfugie de plus en plus dans le vote protestataire.

À l'automne 2018, un mouvement aussi inédit, insaisissable que protéiforme, émerge de la colère contre la hausse des taxes sur le carburant : les Gilets jaunes envahissent les ronds-points et défilent depuis le 17 novembre chaque samedi pour réclamer plus de considération pour la France d'en bas, pour la France rurale. Celle de la «diagonale du vide» où la voiture est seule à permettre la mobilité, notamment pour rejoindre des services publics de moins en moins nombreux.

Trois époques, trois moments, trois aspects (politique, sociologique, sociétal) d'un même problème qui montrent que, depuis les années 90, les fractures françaises, sociales, sociétales, démographiques, territoriales, fiscales, numériques, loin de se résorber, se maintiennent voire s'approfondissent. Le dernier baromètre des territoires publié aujourd'hui, réalisé par Elabe et l'institut Montaigne, en partenariat avec La Dépêche, ne dit pas autre chose. Au-delà du cocon familial et du cercle proche dans lesquels les Français puisent tous leur bonheur personnel, le fossé se creuse entre «une France qui va plutôt bien et a pu tirer parti des évolutions, et une France qui se sent mise à l'écart et a le sentiment de perdre sur tout ou partie des tableaux.»

Vingt-quatre ans – presqu'un quart de siècle ! – après la «fracture sociale» chiraquienne, il devient désormais urgent de sortir du diagnostic incantatoire pour enfin trouver des solutions concrètes, partagées et surtout acceptées par tous. Une urgence d'autant plus prégnante que ces fractures françaises qui perdurent commencent à abîmer notre socle républicain bâti sur l'égalité et la fraternité. L'envie même de faire nation s'effrite ; on le voit avec l'inquiétante augmentation des propos haineux.

Emmanuel Macron, qui avait pourtant su durant sa campagne présidentielle diagnostiquer lui aussi ces fractures, n'est certes pas comptable de 25 ans d'atermoiements. Mais en tant que Président en exercice, il lui appartient de dégager les pistes pour commencer à ressouder le pays, à réconcilier les Français autour de ce qu'Ernest Renan appelait dans sa célèbre conférence « Qu'est-ce qu'une nation ? », «le désir de vivre ensemble»...

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mardi 19 février 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Si loin, si proche

Depuis 20 ans et l'incroyable développement des compagnies aériennes low cost comme Easyjet ou Ryanair, les Français, tout comme leurs homologues européens, découvrent le monde à moindre coût. Là où, pour nos parents et grands parents, les premiers congés payés se traduisaient par des départs familiaux aussi aventureux que joyeux vers la mer, l'océan, la campagne ou la montagne, tout en restant bien dans l'Hexagone, les générations suivantes, et notamment celles d'Erasmus, peuvent aujourd'hui s'offrir d'un clic sur internet des séjours à l'étranger tout compris. Et de plus en plus loin. C'est que les compagnies low cost ne se contentent plus de vols au cœur du Vieux continent ou vers les rivages de l'autre côté de la Méditerranée. Elles visent désormais les vols long-courriers, et notamment les vols transatlantiques entre l'Europe et les États-Unis.

Pour autant, l'aventure ne peut-elle être qu'à des milliers de kilomètres de chez so…

Symboles

La confirmation hier par la compagnie aérienne australienne Qantas qu'elle annulait la commande de huit Airbus A380 marque un nouveau revers pour le superjumbo du constructeur aéronautique européen. Un gros porteur dont la pérennité est désormais suspendue, sans beaucoup d'illusions, à une négociation avec la compagnie Emirates, qui avait passé une méga-commande de 36 A380. L'histoire semble désormais jouée et l'A380 va vraisemblablement – sauf surprise venue de Chine ou d'Inde – tirer bientôt sa révérence, devenant le symbole d'un terrible et douloureux échec commercial, mais aussi devenant une page importante de l'histoire aéronautique mondiale.

L'échec, c'est finalement celui d'un avion mal-né qui a accumulé les déconvenues au moment même où le paysage aérien mondial s'est retrouvé chamboulé. L'idée de départ était pourtant séduisante : le plus gros avion commercial du monde avec ses deux ponts, ses quatre réacteurs, capable d'em…

Responsabilité

Le retrait prochain des troupes américaines de Syrie, tel un jeu de dominos, a des répercussions profondes, dont le retour dans l'Hexagone de quelque 150 jihadistes français dont des familles jusqu'à présent détenus en Syrie et en Irak. Ainsi, la France vient d'être contrainte de changer de doctrine à leur égard. Jusqu'alors, en effet, le gouvernement français s'était toujours opposé à leur retour – sauf pour les mineurs –, estimant qu'ils devaient être jugés sur place et y purger leur peine, sous réserve de bénéficier d'un procès équitable. Désormais, le rapatriement de ces ressortissants français est inéluctable, fut-il facilité par des avions américains. Le retour de ces jihadistes constitue ainsi un véritable défi pour la France, mais aussi un casse-tête politique face à l'extrême sensibilité de l'opinion publique sur le sujet.

Car les Français restent durablement marqués par les attentats terroristes perpétrés par Daech sur notre sol, de l'…