Accéder au contenu principal

L'alerte



L'enquête sur le complotisme que viennent de publier la Fondation Jean-Jaurès et l'organisme Conspiracy watch est capitale dans le sens où elle permet de mettre des chiffres sur un phénomène ancien dont l'ampleur constitue désormais une réelle menace pour la démocratie, en France comme ailleurs dans le monde.

Jusqu'à présent, les thèses complotistes restaient circonscrites à quelques cercles d'hurluberlus, particulièrement aux Etats-Unis où, au nom du premier amendement de la Constitution qui garantit une absolue liberté d'expression, tout un tas de théories ont pu se développer sans ambages. La Terre est plate, le monde est gouverné par la secte des Illuminati, les Américains ne sont jamais allés sur la Lune, etc.

Une digue contre ces élucubrations avait été bâtie au fil des ans par la classe politique dans sa majorité et par les médias. Cette digue a commencé à se fissurer en 2016 au moment de la campagne électorale présidentielle américaine qui a vu la victoire inattendue du populiste Donald Trump et l'émergence du phénomène des fake news, ces fausses nouvelles relayées et amplifiées par les réseaux sociaux, notamment ceux de l'ultra-droite, sur fond de défiance envers les médias. Le 20 janvier 2017, jour de l'investiture de Donald Trump, est, à cet égard, devenu une date clé. En dépit de photos qui attestaient le contraire, Trump a maintenu qu'il y avait plus de public pour son investiture que pour celle de Barack Obama. Sa conseillère en communication Kellyanne Conway justifia alors l'appréciation mensongère du nouveau président comme relevant de… «faits alternatifs». Depuis 2017, le monde est ainsi entré dans une ère de post-vérité que l'enquête de la Fondation Jean-Jaurès et de Conspiracy watch illustre parfaitement.

Car cette ère de la post-vérité ne concerne d'ailleurs pas que les Etats-Unis. Du Brésil de Bolsonaro au Venezuela de Maduro, du Royaume-Uni du Brexit aux mensonges proférés par certains candidats lors de l'élection présidentielle française, les démocraties chancellent, y compris les plus établies. Elles sont bousculées par les ingérences étrangères, russes notamment, et font face désormais non plus seulement aux fake news mais aux… hate news, des messages de haine qui ciblent certains groupes de discussions dans le seul but de créer des tensions, hystériser les conflits, empêcher le débat…

Face à ce sombre tableau, il est temps de réagir, car tout n'est pas perdu. Les politiques doivent restaurer les conditions d'un débat serein et arrêter sans doute de succomber à la tentation des petites phrases qui buzzent et qui divisent ; et par ailleurs mettre en place des politiques de formation et d'éducation des citoyens aux enjeux numériques, dès l'école. Les réseaux sociaux doivent – enfin – prendre leurs responsabilités ou être contraints de le faire par la loi, car cela fait longtemps qu'ils ne sont pas que des plateformes d'hébergement mais clairement des éditeurs voire des prescripteurs qui enferment leurs membres dans de dangereuses bulles de filtre. Ensuite les médias doivent faire leur autocritique pour retrouver la confiance du public ; les opérations de lutte contre les fake news en sont une première étape. Enfin, il appartient à chaque citoyen de s'impliquer, individuellement, pour ne pas relayer tout et n'importe quoi. Car préserver la démocratie est l'affaire de tous.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 7 février 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Champs de batailles

L'agriculture est-elle devenue un champ de bataille ? En tout cas, le débat houleux sur les pesticides, et plus particulièrement le glyphosate, concentre – au détriment souvent d'autres thématiques – tous les enjeux et les contradictions de notre époque autour de l'alimentation, de la lutte contre le réchauffement climatique et de la préservation de la biodiversité. Et le moins que l'on puisse dire est que les positions sont tranchées, frontales, quasi irréconciliables entre les défenseurs de l'environnement et de la santé publique d'un côté, les agriculteurs et les industriels de l'autre, et les agences sanitaires au milieu dont l'impartialité et l'indépendance ne sont pas au plus haut… Le débat est d'autant plus vif que les avis scientifiques autour desquels toutes les parties auraient pu logiquement se retrouver peinent à se frayer un chemin dans un débat public où les opinions surpassent les faits et où les infox des réseaux sociaux et les …

Le revers de la médaille

Les gagnants de la seconde édition du Loto du patrimoine ont été dévoilés mardi par le ministre de la Culture Franck Riester. 103 projets ont ainsi été retenus sur 835 candidats, et s'ajoutent aux dix-huit déjà annoncés en mars dernier. Cette multiplication de candidatures, cet engouement populaire souligne, si besoin en était, l'attachement des Français à leur patrimoine. Un attachement que l'on mesure d'ailleurs chaque année en septembre lors des Journées du patrimoine – initiative française lancée en 1984 et devenue depuis européenne – qui battent à chaque édition des records de fréquentation. Attachement au patrimoine que l'on retrouve de la même façon lors des émissions de radio ou de télévision consacrées à l'histoire et aux monuments, qui apportent régulièrement de très belles audiences aux chaînes.

Enfin, l'attachement des Français au patrimoine a connu un retentissant éclat lors de l'incendie du toit de Notre-Dame de Paris. L'élan de génér…

Les armes dans la peau

Coup sur coup deux nouvelles fusillades ont été perpétrées ce week-end aux états-Unis. Deux tueries de masse qui ont fait des dizaines de morts et de blessés et qui portent leur nombre, terrible, à 251 depuis le début de l'année 2019, selon un décompte de l'association Gun Violence Archive. Autrement dit, peu ou prou, il ne se passe pas un jour outre-Atlantique sans que des innocents, hommes, femmes, enfants, ne soient tués par balle, que ce soit par des déséquilibrés, des militants suprémacistes blancs, des adeptes de l'état islamique ou tout simplement des citoyens lambda qui décident de régler leurs problèmes par arme à feu. Dans n'importe quel pays au monde, la répétition de tels drames déboucherait sur une prise de conscience collective et, surtout, sur des changements législatifs profonds pour que cela ne se reproduise plus. Pas aux états-Unis.

Ce grand pays a, d'évidence, les armes dans la peau, d'autant plus que leur usage est inscrit noir sur blanc da…