Accéder au contenu principal

Démocratie sociale ou directe ?

cgt


Le Grand débat national censé répondre à la crise des Gilets jaunes en est à peine au quart de sa durée que, déjà, c'est son issue qui occupe tous les esprits. Quelle peut-être la forme que prendra la restitution des milliers de contributions qui auront été collectées sur tout le territoire et sur internet ? Que décidera Emmanuel Macron pour présenter et expliciter ses choix actant, a-t-il promis, «des conséquences profondes» ? D'ores et déjà, deux pistes sont sur la table et, à dire vrai, deux visions de sortie de la crise.

La première, horizontale, est l'organisation d'un Grenelle. L'évocation de ce simple mot convoque le souvenir de la sortie de crise de Mai-68. Du 25 au 27 mai 1968, le ministère des Affaires sociales, sis rue de Grenelle à Paris, accueille l'ensemble des organisations syndicales pour déboucher sur les accords éponymes historiques. Ces accords de Grenelle actent des avancées sociales majeures : hausse du Smic et des salaires, réduction du temps de travail et instauration de la semaine de 40 heures, etc. À telle enseigne que le mot Grenelle deviendra synonyme de progrès social et sera plus tard associé à d'autres grand-messes comme le Grenelle de l'environnement de Nicolas Sarkozy. Dès l'entame de la crise des Gilets jaunes, Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, évoque l'idée d'un Grenelle ; sèchement repoussée par l'exécutif. Après plusieurs samedis de manifestations, cette proposition de «Grenelle du pouvoir vivre» est pourtant toujours là, en dépit de la division des syndicats sur leur mode d'action, et de l'indifférence de Gilets jaunes toujours jaloux de leur indépendance et inquiets de toute récupération.

La seconde piste de débouché du Grand débat national, verticale, a été évoquée par Emmanuel Macron lui-même : celle d'un référendum à plusieurs questions. Le chef de l'Etat a sans doute fait siens les mots de son mentor Paul Ricoeur – «Quand on parle du passé, soit on oublie, soit on rabâche» – pour ne pas renouveler l'expérience d'un Grenelle avec des partenaires sociaux qui, depuis le début du quinquennat, sont, sinon ignorés, du moins très peu écoutés ; et pour préférer un référendum, plus en phase avec la demande de démocratie directe des Gilets jaunes.

Remis en selle par un Grand débat national fait à sa main, Emmanuel Macron n'entend pas transiger et partager avec d'autres la sortie de crise qui doit ouvrir la deuxième partie de son quinquennat.

Si le choix n'est pas encore définitivement arrêté, la préférence présidentielle pour un référendum n'est toutefois pas sans risque. David Cameron au Royaume-Uni ou Matteo Renzi en Italie en savent quelque chose… L'excès de confiance se paie parfois cash dans les urnes pour ceux qui font le pari de la démocratie directe plutôt que celui de la démocratie sociale…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mardi 5 février 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Pollueurs payeurs

  C’est une scène que malheureusement chacun d’entre nous a un jour vécue. Une promenade dans la nature et l’on tombe sur des monticules de déchets entassés là en toute illégalité : au mieux des déchets verts, au pire des gravats de chantiers, des appareils électroménagers ou tout simplement des ordures ménagères. Ce fléau des décharges sauvages a pris des proportions considérables et inquiétantes pour la pollution des sols qu’elles engendrent, alors même que les Français, paradoxalement, mettent l’environnement aux premiers rangs de leurs préoccupations. En 2020 en France, 80 000 tonnes de déchets ont ainsi échoué dans la nature dans quelque 600 dépôts illégaux. Et il est toujours aussi difficile pour les élus locaux de lutter contre ce phénomène qui recouvre de multiples pratiques. Chacun d’ailleurs garde en mémoire le décès du maire de Signes (Var), renversé le 5 août 2019 par une camionnette dont les occupants, que l’élu voulait verbaliser, avaient jeté des gravats en bord de route

Avant/Après

La pandémie de Covid-19 aura profondément bouleversé le marché de l’immobilier comme le secteur du BTP. Certes, avant l’arrivée du coronavirus fin 2019, l’immobilier était déjà au ralenti depuis quelques mois avec notamment le durcissement des conditions de crédit, mais l’irruption de la pandémie l’avait stoppé net avec le brutal et totalement inédit confinement du printemps : chantiers de construction à l’arrêt, agences fermées faute de pouvoir organiser des visites, crédits immobiliers mis sur pause, etc. Le second confinement dont nous venons tout juste de sortir aura été beaucoup moins paralysant. Les états des lieux, les signatures de compromis et d’actes de vente ont pu se faire. Le marché immobilier a ainsi mieux résisté et on assiste à une stabilisation des prix dans les dix plus grandes villes de France. Pour autant, on ne reviendra pas à la situation du monde d’avant car les deux confinements ont sensiblement modifié l’appréhension de l’immobilier par les Français. L’assignat

Kafka va au ski

La station La Molina en Espagne Mi-novembre, un article du grand journal allemand Die Zeit ironisait sur l’« Absurdistan autoritaire » imposé, selon lui, par le gouvernement français à ses concitoyens. « Le verrouillage de la France est si répressif que même les règles sensées tombent en discrédit », écrivait Annika Joeres.Auto-attestations de sortie obligatoires uniques en Europe, contradictions dans les autorisations ou interdictions de vente de certains produits comme les livres dans les supermarchés ou les sapins de Noël, décisions de santé publique prises de façon monarchique par le président de la République en Conseil de défense, Etat d’urgence sanitaire sans cesse prolongé, etc. La charge était sévère et sans doute un peu injuste puisque le confinement à la française a eu au final des effets bien réels pour freiner la circulation du virus et diminuer les hospitalisations… alors que l’Allemagne est en plus mauvaise posture actuellement. C’est dans ce contexte que le chef de l’E