Accéder au contenu principal

Démocratie sociale ou directe ?

cgt


Le Grand débat national censé répondre à la crise des Gilets jaunes en est à peine au quart de sa durée que, déjà, c'est son issue qui occupe tous les esprits. Quelle peut-être la forme que prendra la restitution des milliers de contributions qui auront été collectées sur tout le territoire et sur internet ? Que décidera Emmanuel Macron pour présenter et expliciter ses choix actant, a-t-il promis, «des conséquences profondes» ? D'ores et déjà, deux pistes sont sur la table et, à dire vrai, deux visions de sortie de la crise.

La première, horizontale, est l'organisation d'un Grenelle. L'évocation de ce simple mot convoque le souvenir de la sortie de crise de Mai-68. Du 25 au 27 mai 1968, le ministère des Affaires sociales, sis rue de Grenelle à Paris, accueille l'ensemble des organisations syndicales pour déboucher sur les accords éponymes historiques. Ces accords de Grenelle actent des avancées sociales majeures : hausse du Smic et des salaires, réduction du temps de travail et instauration de la semaine de 40 heures, etc. À telle enseigne que le mot Grenelle deviendra synonyme de progrès social et sera plus tard associé à d'autres grand-messes comme le Grenelle de l'environnement de Nicolas Sarkozy. Dès l'entame de la crise des Gilets jaunes, Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, évoque l'idée d'un Grenelle ; sèchement repoussée par l'exécutif. Après plusieurs samedis de manifestations, cette proposition de «Grenelle du pouvoir vivre» est pourtant toujours là, en dépit de la division des syndicats sur leur mode d'action, et de l'indifférence de Gilets jaunes toujours jaloux de leur indépendance et inquiets de toute récupération.

La seconde piste de débouché du Grand débat national, verticale, a été évoquée par Emmanuel Macron lui-même : celle d'un référendum à plusieurs questions. Le chef de l'Etat a sans doute fait siens les mots de son mentor Paul Ricoeur – «Quand on parle du passé, soit on oublie, soit on rabâche» – pour ne pas renouveler l'expérience d'un Grenelle avec des partenaires sociaux qui, depuis le début du quinquennat, sont, sinon ignorés, du moins très peu écoutés ; et pour préférer un référendum, plus en phase avec la demande de démocratie directe des Gilets jaunes.

Remis en selle par un Grand débat national fait à sa main, Emmanuel Macron n'entend pas transiger et partager avec d'autres la sortie de crise qui doit ouvrir la deuxième partie de son quinquennat.

Si le choix n'est pas encore définitivement arrêté, la préférence présidentielle pour un référendum n'est toutefois pas sans risque. David Cameron au Royaume-Uni ou Matteo Renzi en Italie en savent quelque chose… L'excès de confiance se paie parfois cash dans les urnes pour ceux qui font le pari de la démocratie directe plutôt que celui de la démocratie sociale…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mardi 5 février 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette…

Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la tête …

Question de dignité

Les autorités françaises doivent mettre fin au problème de surpopulation dans les prisons et aux conditions de détention dégradantes". Les mots sont cinglants pour la patrie des Droits de l’Homme, mais ils ont été, d’évidence, largement sous-pesés par la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) qui vient de rendre cette semaine un arrêt sévère contre la France. Saisie par 32 détenus des centres pénitentiaires de Ducos (Martinique), Faa’a Nuutania (Polynésie française), Baie-Mahault (Guadeloupe) ainsi que des maisons d’arrêt de Nîmes, Nice et Fresnes, l’instance européenne n’a pu que constater que les détenus "ont, pour la majorité d’entre eux, disposé d’un espace personnel inférieur à la norme minimale requise de 3 m2 pendant l’intégralité de leur détention, situation aggravée par l’absence d’intimité dans l’utilisation des toilettes." Certes, la CEDH n’entend pas dicter la politique pénale de la France, mais elle suggère "la refonte du mode de calcul de la ca…

Jospinisation

Les quelque 17 milliards de mesures en faveur du pouvoir d’achat débloqués par Emmanuel Macron pour éteindre la crise des Gilets jaunes n’auront donc pas suffi à décoller l’étiquette de « Président des riches» qui colle à la peau du locataire de l’Elysée depuis le début du quinquennat, lorsque la majorité avait baissé les aides aux logements et supprimé le très symbolique impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Non seulement, le mouvement de grogne sociale inédit perdure de samedi en samedi, mais les Français n’ont pas perçu d’amélioration tangible de leur pouvoir d’achat. Une perception sur laquelle l’OFCE vient de mettre des chiffres dans sa dernière étude sur l’impact des mesures du budget 2020. Certes, 70% des ménages devraient voir leur pouvoir d’achat augmenter cette année, mais les grands gagnants, qui vont profiter le plus des réformes menées par le gouvernement, sont bel et bien les classes moyennes supérieures. Pire, 5% des ménages les plus modestes vont voir leur niveau …