Accéder au contenu principal

Le casse-tête de l'affaire Jubillar

jubillar

L’affaire Jubillar, du nom de cette infirmière de 33 ans disparue dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020 à Cagnac-les-Mines, dans le Tarn, connaît un nouveau rebondissement. Ce jeudi 8 février, la chambre de l’instruction de la cour d’Appel de Toulouse a ordonné un supplément d’information, en raison de nouveaux éléments à « vérifier », en l’occurrence la découverte d’un échange téléphonique entre un détenu et sa mère évoquant l’affaire, révélée par La Dépêche du Midi. Les deux magistrats instructeurs vont donc devoir reprendre leurs investigations, alors qu’un procès se profilait dans quelques mois.

Cette décision, qui intervient après plus de trois ans d’enquête, est un coup dur pour les parties civiles, qui espéraient voir le suspect renvoyé devant les assises pour homicide volontaire. Elle témoigne aussi de la complexité de ce dossier, qui repose essentiellement sur des éléments à charge indirects, tels que les contradictions dans les déclarations du mis en cause, les traces de sang retrouvées dans la maison du couple, ou encore les tensions conjugales liées à la volonté de divorce de Delphine Jubillar.

Face à ce puzzle incomplet, la justice se doit évidemment d’analyser tous les éléments disponibles, sans négliger aucune piste, pour tenter de faire la lumière sur cette affaire qui tient en haleine l’opinion publique depuis plus de trois ans. C’est le sens du supplément d’information ordonné par la cour d’Appel. Mais cette démarche, aussi nécessaire soit-elle, va rajouter encore des semaines voire des mois de travail. La chambre de l’instruction en est bien consciente et a pris soin de rappeler hier « que l’exigence de recherche de la vérité doit être combinée à la nécessité de rendre la justice dans un délai raisonnable », alors que Cédric Jubillar est incarcéré depuis le mois de juin 2021. Cette lenteur de la justice avait d’ailleurs été évoquée lors des États généraux de la Justice. Parmi les mesures du plan d’action présenté le 5 janvier 2023, Éric Dupond-Moretti avait promis une modernisation des procédures civile et pénale. Une refonte du code de procédure pénale devenu, au fil de multiples révisions, « illisible et inadapté », avait ainsi été annoncée avec, notamment, une simplification des cadres d’enquêtes.

Il ne s’agit bien sûr pas de confondre vitesse et précipitation, mais ces longs mois d’attente ajoutent à la détresse des proches de Delphine Jubillar, qui attendent toujours de savoir ce qui lui est arrivé. Pour l’heure l’affaire Jubillar est loin d’être résolue et appartient à ces affaires casse-tête, ces crimes sans cadavre, sans arme, sans mobile évident. Elle pose aussi la question du respect de la présomption d’innocence, Cédric Jubillar étant devenu pour une large part de l’opinion un coupable idéal avant même que la justice ne se prononce. Elle nous rappelle enfin que derrière ce fait divers, il y a toujours une femme, une mère, une sœur, une amie, qui a disparu sans laisser de trace, et dont on ignore toujours le sort…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 9 février 2024)

 

Posts les plus consultés de ce blog

Se préparer

Voilà un type de courbe que l’on n’avait pas vu depuis longtemps concernant le Covid-19 : une hausse, celle du nouveau variant du coronavirus EG.5. Baptisé Eris, ce cousin d’Omicron croît de façon vertigineuse dans le séquençage de cas positifs au Covid-19 en France comme dans d’autres pays. Beaucoup plus contagieux que ses prédécesseurs, Eris pourrait ainsi s’imposer et devenir majoritaire. Au point de relancer une pandémie mondiale que nous pensions derrière nous ? Nous n’en sommes évidemment pas là, mais l’apparition de ce nouveau variant, tout comme la possibilité de voir survenir des clusters de contamination comme cela vient de se produire aux fêtes de Bayonne, nous interroge légitimement. Même si la couverture vaccinale est bonne en France, la crainte de devoir revivre les conséquences sanitaires et socio-économiques d’un retour de la pandémie est bien dans les esprits. Peut-être aurions-nous dû écouter plus attentivement les spécialistes comme le directeur général de l’Organisa

Entaché

Dix ans après son départ du gouvernement Ayrault, Jérôme Cahuzac, l’ancien ministre du Budget de François Hollande, envisage-t-il son retour en politique ? En tout cas l’intéressé, condamné en appel à deux ans de prison pour fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale, et frappé de cinq années d’inéligibilité, était hier sur le marché de Monsempron-Libos, non loin de Villeneuve-sur-Lot, la ville dont il a été le député et le maire.Fin octobre déjà il participait à une réunion, organisée à huis clos, quelques semaines après le lancement d’une association politique «Les amis de Jérôme Cahuzac». Récemment interrogé par Sud-Ouest pour savoir s’il préparait son retour politique, le septuagénaire, qui avait élu domicile en Corse où il pratiquait la médecine à l’hôpital de Bonifacio, s’est borné à répondre que «tout est une question de circonstances», faisant remarquer qu’ «on fait de la politique pour être élu et agir» et qu’il n’y avait pas d’élections avant 2026, date des prochaines m

Bien manger

C’est un petit logo qui nous est devenu familier lorsque nous faisons nos courses. Impulsé par un règlement européen (INCO) de 2014, établissant des règles pour informer les consommateurs sur la déclaration nutritionnelle ou la liste des ingrédients d’un produit, le Nutri-Score, ses cinq lettres de A à E et ses cinq couleurs de vert à rouge, est désormais bien ancré dans le paysage. De plus en plus présent sur le devant des emballages, on peut même dire que c’est un succès européen puisqu’il est présent non seulement en France, qui l’a introduit en 2017, mais également en Belgique, en Allemagne, au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Espagne et même en Suisse, qui ne fait pourtant pas partie de l’Union européenne. Face à des étiquettes qui livrent la composition des produits écrite en tout petits caractères difficilement lisibles, certains consommateurs s’étaient déjà tournés vers des applications comme Yuka. Avec un smartphone, il suffit alors de scanner le code-barres d’un produit pour en a