Accéder au contenu principal

Au bord du gouffre

trump


La scène – aujourd’hui entré dans l’Histoire – se passe en octobre 2008, à Lakeville dans le Minesota. Le sénateur républicain John McCain est en campagne pour l’élection présidentielle contre le futur président des États-Unis, Barack Obama. En meeting, John McCain se livre à une séquence de questions-réponses. Une femme de l’assistance se saisit du micro et explique « Je ne peux pas faire confiance à Barack Obama […] c’est un arabe ». Agacé, le sénateur lui prend le micro des mains. « Non madame. C’est un père de famille respectable et un honnête citoyen. Il se trouve que j’ai des désaccords politiques avec lui. Et c’est de cela, et de rien d’autre, dont il est question ici. Nous voulons nous battre et je veux me battre, mais nous serons respectueux », réplique alors John McCain, qui sera plus tard hué par ses propres partisans.

Seize ans ont passé depuis cette scène, autant dire une éternité à l’échelle de la politique à l’heure des réseaux sociaux. Seize ans au cours desquels le parti républicain, ce Grand Old Party qui fut celui d’Abraham Lincoln, d’Ulysses Grant, de Theodore Roosevelt, de Dwight Eisenhower ou de Ronald Reagan, a radicalement changé sous l’influence toxique de Donald Trump au point d’être aujourd’hui totalement méconnaissable.

Arrivé par surprise en 2016 comme un chien dans un jeu de quilles, et profitant de l’usure des démocrates persuadés de gagner avec Hillay Clinton, le milliardaire vedette de téléréalité – bien aidé par des médias fascinés par ce candidat machine à buzz – s’est installé à la Maison Blanche sans rien connaître du subtil fonctionnement des institutions américaines et sans savoir comment traduire en actes son slogan « Make America Great Again ».

Adepte des « faits alternatifs » – des mensonges enrobés de culot –, climatosceptique et volontiers complotiste, l’éruptif Trump, qui a fait de Twitter un instrument de communication politique, a brusqué les alliés des États-Unis et mis en tension la vie politique américaine en la polarisant de façon quasiment irréversible, exacerbant notamment les tensions raciales. Tout cela sans pour autant obtenir les résultats mirifiques qu’il promettait. Incapable de définir une vraie stratégie sur la crise du Covid – au cours de laquelle il a minimisé l’épidémie et contredit ses conseillers scientifiques – Trump a parachevé son mandat en contestant l’élection de Joe Biden et en excitant ses partisans les plus radicaux qui ont pris d’assaut le Congrès pour tenter de renverser le résultat de l’élection.

Avec un tel palmarès et des échecs qui se sont enchaînés – midterms de 2018, présidentielle de 2020, midterms de 2022 – on aurait pu penser que les Républicains se tourneraient vers un candidat plus modéré que Donald Trump, qui fut le premier président de l’après-Guerre à ne jamais dépasser les 50 % de soutien de la population. Las ! C’était sans compter sur le noyautage du parti savamment orchestré par Trump qui, s’appuyant sur une base « MAGA » radicalisée le soutenant inconditionnellement, a écarté tous ses opposants internes. Personne ne semble, en effet, en mesure de s’opposer à son projet : se faire réélire pour laver l’affront de « l’élection volée de 2020 » et échapper à la kyrielle de procès qui le visent et peuvent d’ores et déjà le ruiner. À 77 ans, Donald Trump – qui n’a aucun programme précis – est persuadé de gagner et laisse déjà entrevoir ce que serait son mandat entre l’abandon de l’Ukraine à Vladimir Poutine, le désengagement de l’Otan, une chasse aux sorcières digne du maccarthysme ou la remise en cause des avancées sociétales et des droits, dont l’avortement, par une Cour suprême à sa main.

À neuf mois de l’élection, rien n’est évidemment joué mais les États-Unis sont au bord du gouffre. Resteront-ils cette grande démocratie, perfectible mais solide et inspirante, attachée à l’Etat de droit, ou sombreront-ils dans une sorte de théocratie totalitaire comme celle que Maraget Atwood avait dépeinte en 1985 dans « La servante écarlate » ?

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 17 février 2024)

Posts les plus consultés de ce blog

Se préparer

Voilà un type de courbe que l’on n’avait pas vu depuis longtemps concernant le Covid-19 : une hausse, celle du nouveau variant du coronavirus EG.5. Baptisé Eris, ce cousin d’Omicron croît de façon vertigineuse dans le séquençage de cas positifs au Covid-19 en France comme dans d’autres pays. Beaucoup plus contagieux que ses prédécesseurs, Eris pourrait ainsi s’imposer et devenir majoritaire. Au point de relancer une pandémie mondiale que nous pensions derrière nous ? Nous n’en sommes évidemment pas là, mais l’apparition de ce nouveau variant, tout comme la possibilité de voir survenir des clusters de contamination comme cela vient de se produire aux fêtes de Bayonne, nous interroge légitimement. Même si la couverture vaccinale est bonne en France, la crainte de devoir revivre les conséquences sanitaires et socio-économiques d’un retour de la pandémie est bien dans les esprits. Peut-être aurions-nous dû écouter plus attentivement les spécialistes comme le directeur général de l’Organisa

Entaché

Dix ans après son départ du gouvernement Ayrault, Jérôme Cahuzac, l’ancien ministre du Budget de François Hollande, envisage-t-il son retour en politique ? En tout cas l’intéressé, condamné en appel à deux ans de prison pour fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale, et frappé de cinq années d’inéligibilité, était hier sur le marché de Monsempron-Libos, non loin de Villeneuve-sur-Lot, la ville dont il a été le député et le maire.Fin octobre déjà il participait à une réunion, organisée à huis clos, quelques semaines après le lancement d’une association politique «Les amis de Jérôme Cahuzac». Récemment interrogé par Sud-Ouest pour savoir s’il préparait son retour politique, le septuagénaire, qui avait élu domicile en Corse où il pratiquait la médecine à l’hôpital de Bonifacio, s’est borné à répondre que «tout est une question de circonstances», faisant remarquer qu’ «on fait de la politique pour être élu et agir» et qu’il n’y avait pas d’élections avant 2026, date des prochaines m

Bien manger

C’est un petit logo qui nous est devenu familier lorsque nous faisons nos courses. Impulsé par un règlement européen (INCO) de 2014, établissant des règles pour informer les consommateurs sur la déclaration nutritionnelle ou la liste des ingrédients d’un produit, le Nutri-Score, ses cinq lettres de A à E et ses cinq couleurs de vert à rouge, est désormais bien ancré dans le paysage. De plus en plus présent sur le devant des emballages, on peut même dire que c’est un succès européen puisqu’il est présent non seulement en France, qui l’a introduit en 2017, mais également en Belgique, en Allemagne, au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Espagne et même en Suisse, qui ne fait pourtant pas partie de l’Union européenne. Face à des étiquettes qui livrent la composition des produits écrite en tout petits caractères difficilement lisibles, certains consommateurs s’étaient déjà tournés vers des applications comme Yuka. Avec un smartphone, il suffit alors de scanner le code-barres d’un produit pour en a