Accéder au contenu principal

Confiance

B737

Les images sont spectaculaires et vite devenues virales sur les réseaux sociaux. Début janvier, un Boeing 737 MAX 9 d’Alaska Airlines a frôlé la catastrophe. Quelques minutes après son décollage de Portland, l’une de ses portes s’est arrachée en plein vol, provoquant une dépressurisation brutale de la cabine. Par miracle, aucun passager n’a été aspiré par le trou béant, mais l’incident a suscité une vive émotion et une nouvelle crise de confiance envers le constructeur américain, déjà ébranlé par les deux crashs mortels de son modèle phare en 2018 et 2019.

Cet événement, rarissime, nous rappelle que l’avion n’est pas un moyen de transport comme les autres. Il suscite à la fois fascination et crainte, admiration et méfiance, rêve et cauchemar. Et s’il nous fait voyager aux quatre coins du monde, il nous expose aussi à des risques que nous ne maîtrisons pas. Pour autant, les statistiques sont formelles : l’avion est bien le mode de transport le plus sûr qui soit. Selon l’Association du transport aérien international (IATA), le nombre d’accidents dans l’aviation civile commerciale mondiale est tombé de 52 en 2019 à 38 en 2020 et 26 en 2021, sept de ces derniers ayant entraîné la perte de 121 vies humaines. Le taux d’accidents mortels par vol est de 0,2 pour un million, soit une probabilité de 1 sur 5 millions, alors que le risque de mourir sur la route est de 1 sur 20 000 en France.

Comment expliquer alors que tant de gens aient encore peur de l’avion, au point de renoncer à voyager ou de vivre un calvaire à chaque embarquement ? Tout est question de psychologie. Nous avons tendance à surestimer les dangers que nous ne contrôlons pas, comme le fait de confier sa vie à un pilote et à sous-estimer ceux que nous croyons maîtriser, comme le fait de conduire une voiture. Nous sommes aussi plus sensibles aux événements spectaculaires et médiatisés, comme les crashs aériens, qu’aux accidents plus fréquents et banals que sont les collisions routières. Et nous oublions aussi que l’avion est le résultat d’une ingénierie complexe et rigoureuse, qui repose sur des normes de sécurité très élevées et sur des procédures de contrôle très strictes. Ceux qui paniquent à l’évocation d’un voyage en avion peuvent d’ailleurs vaincre leur peur grâce à d’efficaces stages.

L’aviation n’est cependant pas à l’abri d’erreurs humaines, qui sont la cause principale des incidents, de défaillances techniques, de mauvaises décisions, de négligences ou de malveillances. Mais elle doit faire face aussi à d’autres menaces, terroristes ou cybercriminelles. La sécurité aérienne n’est jamais acquise, c’est un combat permanent qui exige une vigilance constante de la part de tous les acteurs du transport aérien : constructeurs, qui développent des technologies de pointe pour améliorer la sécurité de leurs appareils ; compagnies aériennes, qui doivent respecter les normes internationales et mettre en place une culture de la sécurité, personnels navigant qui suivent une formation rigoureuse pour maintenir leurs compétences à jour, mais aussi passagers qui doivent respecter les consignes de sécurité, celles-là mêmes qu’on écoute d’une oreille distraite avant le décollage. Tout cela contribue à maintenir –ou retrouver – le haut niveau de confiance indispensable au fonctionnement et au développement du trafic aérien.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 5 février 2024)

Posts les plus consultés de ce blog

Se préparer

Voilà un type de courbe que l’on n’avait pas vu depuis longtemps concernant le Covid-19 : une hausse, celle du nouveau variant du coronavirus EG.5. Baptisé Eris, ce cousin d’Omicron croît de façon vertigineuse dans le séquençage de cas positifs au Covid-19 en France comme dans d’autres pays. Beaucoup plus contagieux que ses prédécesseurs, Eris pourrait ainsi s’imposer et devenir majoritaire. Au point de relancer une pandémie mondiale que nous pensions derrière nous ? Nous n’en sommes évidemment pas là, mais l’apparition de ce nouveau variant, tout comme la possibilité de voir survenir des clusters de contamination comme cela vient de se produire aux fêtes de Bayonne, nous interroge légitimement. Même si la couverture vaccinale est bonne en France, la crainte de devoir revivre les conséquences sanitaires et socio-économiques d’un retour de la pandémie est bien dans les esprits. Peut-être aurions-nous dû écouter plus attentivement les spécialistes comme le directeur général de l’Organisa

Entaché

Dix ans après son départ du gouvernement Ayrault, Jérôme Cahuzac, l’ancien ministre du Budget de François Hollande, envisage-t-il son retour en politique ? En tout cas l’intéressé, condamné en appel à deux ans de prison pour fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale, et frappé de cinq années d’inéligibilité, était hier sur le marché de Monsempron-Libos, non loin de Villeneuve-sur-Lot, la ville dont il a été le député et le maire.Fin octobre déjà il participait à une réunion, organisée à huis clos, quelques semaines après le lancement d’une association politique «Les amis de Jérôme Cahuzac». Récemment interrogé par Sud-Ouest pour savoir s’il préparait son retour politique, le septuagénaire, qui avait élu domicile en Corse où il pratiquait la médecine à l’hôpital de Bonifacio, s’est borné à répondre que «tout est une question de circonstances», faisant remarquer qu’ «on fait de la politique pour être élu et agir» et qu’il n’y avait pas d’élections avant 2026, date des prochaines m

Bien manger

C’est un petit logo qui nous est devenu familier lorsque nous faisons nos courses. Impulsé par un règlement européen (INCO) de 2014, établissant des règles pour informer les consommateurs sur la déclaration nutritionnelle ou la liste des ingrédients d’un produit, le Nutri-Score, ses cinq lettres de A à E et ses cinq couleurs de vert à rouge, est désormais bien ancré dans le paysage. De plus en plus présent sur le devant des emballages, on peut même dire que c’est un succès européen puisqu’il est présent non seulement en France, qui l’a introduit en 2017, mais également en Belgique, en Allemagne, au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Espagne et même en Suisse, qui ne fait pourtant pas partie de l’Union européenne. Face à des étiquettes qui livrent la composition des produits écrite en tout petits caractères difficilement lisibles, certains consommateurs s’étaient déjà tournés vers des applications comme Yuka. Avec un smartphone, il suffit alors de scanner le code-barres d’un produit pour en a