Accéder au contenu principal

La place des seniors

  

conduite

Faut-il oui ou non imposer une visite médicale obligatoire pour les titulaires du permis de conduire à partir d’un certain âge ? Cette épineuse question dans un pays comme la France où le permis est délivré à vie revient à nouveau dans le débat public à l’occasion d’une proposition de nouvelle réglementation européenne qui sera mise au vote au Parlement européen à la fin du mois. Il s’agirait alors d’imposer aux conducteurs de plus de 65 ans de passer une visite médicale tous les 15 ans. Cette mesure, qui vise à réduire les accidents de la route impliquant des personnes âgées, suscite une controverse devenue récurrente.

D’un côté, il est indéniable que le vieillissement entraîne une diminution des capacités physiques et cognitives, qui peut effectivement affecter la conduite. La vue, l’ouïe, les réflexes, l’attention, la mémoire se dégradent avec l’âge. Selon l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), les conducteurs de plus de 75 ans ont ainsi un risque d’accident mortel multiplié par 2,5 par rapport aux conducteurs de 35 à 54 ans. Ils sont aussi plus vulnérables aux blessures, en raison de leur fragilité. Face à ces constats, il peut donc sembler légitime de vouloir contrôler l’aptitude des conducteurs âgés à prendre le volant.

Mais une visite médicale est-elle le moyen le plus efficace et le plus équitable ? Car l’âge n’est pas le seul critère à prendre en compte : il existe une grande variabilité individuelle dans le vieillissement et certains conducteurs peuvent être en meilleure forme que d’autres, quel que soit leur âge. Ensuite, la conduite n’est pas qu’une affaire de compétences techniques, mais aussi de comportement. Les conducteurs âgés ont souvent une expérience de la route plus longue et plus riche que les jeunes conducteurs, et ils adaptent leur conduite en fonction de leurs capacités. Ils évitent par exemple de conduire la nuit ou sous la pluie et respectent davantage le code de la route et les limitations de vitesse. Et ils sont moins impliqués dans les accidents liés à l’alcool, à la drogue ou à la fatigue.

Ensuite, il faut prendre en considération les conséquences sociales et psychologiques qu’aurait la perte du permis pour les seniors qui ne passeraient pas le cap d’une telle visite médicale. Pour beaucoup d’entre eux, la voiture est le seul moyen de se déplacer, de faire leurs courses, de rendre visite à leurs proches, de participer à des activités culturelles ou associatives. Et cela est particulièrement vrai dans les zones rurales où l’offre de transport est insuffisante pour remplacer la voiture individuelle. Sans permis, les seniors risquent de se retrouver plus isolés et dépendants.

Entre l’exigence de sécurité routière et la légitimité de vouloir rester autonome et actif dans la vie sociale, il reste à explorer de nouvelles pistes. Plutôt que d’imposer une visite médicale systématique et arbitraire basée sur un critère d’âge, on pourrait imaginer proposer un accompagnement personnalisé aux conducteurs âgés avec des actions de prévention, de sensibilisation, de formation, de conseil qui pourraient les aider à évaluer leurs capacités, améliorer leur conduite, et, aussi, choisir le moment opportun pour arrêter de conduire. On pourrait également rechercher des solutions alternatives de mobilité, comme le covoiturage, le transport à la demande, et qui sait demain des véhicules autonomes.

Dans une société française ou une personne sur cinq a 65 ans ou plus et où les plus de 75 ans et plus représentent une personne sur dix – une proportion en hausse de 9 % en 2023 – il serait temps d’avoir ces réflexions pour éviter des discriminations et donner leur place aux seniors.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 26 février 2024)

 

Posts les plus consultés de ce blog

Se préparer

Voilà un type de courbe que l’on n’avait pas vu depuis longtemps concernant le Covid-19 : une hausse, celle du nouveau variant du coronavirus EG.5. Baptisé Eris, ce cousin d’Omicron croît de façon vertigineuse dans le séquençage de cas positifs au Covid-19 en France comme dans d’autres pays. Beaucoup plus contagieux que ses prédécesseurs, Eris pourrait ainsi s’imposer et devenir majoritaire. Au point de relancer une pandémie mondiale que nous pensions derrière nous ? Nous n’en sommes évidemment pas là, mais l’apparition de ce nouveau variant, tout comme la possibilité de voir survenir des clusters de contamination comme cela vient de se produire aux fêtes de Bayonne, nous interroge légitimement. Même si la couverture vaccinale est bonne en France, la crainte de devoir revivre les conséquences sanitaires et socio-économiques d’un retour de la pandémie est bien dans les esprits. Peut-être aurions-nous dû écouter plus attentivement les spécialistes comme le directeur général de l’Organisa

Entaché

Dix ans après son départ du gouvernement Ayrault, Jérôme Cahuzac, l’ancien ministre du Budget de François Hollande, envisage-t-il son retour en politique ? En tout cas l’intéressé, condamné en appel à deux ans de prison pour fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale, et frappé de cinq années d’inéligibilité, était hier sur le marché de Monsempron-Libos, non loin de Villeneuve-sur-Lot, la ville dont il a été le député et le maire.Fin octobre déjà il participait à une réunion, organisée à huis clos, quelques semaines après le lancement d’une association politique «Les amis de Jérôme Cahuzac». Récemment interrogé par Sud-Ouest pour savoir s’il préparait son retour politique, le septuagénaire, qui avait élu domicile en Corse où il pratiquait la médecine à l’hôpital de Bonifacio, s’est borné à répondre que «tout est une question de circonstances», faisant remarquer qu’ «on fait de la politique pour être élu et agir» et qu’il n’y avait pas d’élections avant 2026, date des prochaines m

Bien manger

C’est un petit logo qui nous est devenu familier lorsque nous faisons nos courses. Impulsé par un règlement européen (INCO) de 2014, établissant des règles pour informer les consommateurs sur la déclaration nutritionnelle ou la liste des ingrédients d’un produit, le Nutri-Score, ses cinq lettres de A à E et ses cinq couleurs de vert à rouge, est désormais bien ancré dans le paysage. De plus en plus présent sur le devant des emballages, on peut même dire que c’est un succès européen puisqu’il est présent non seulement en France, qui l’a introduit en 2017, mais également en Belgique, en Allemagne, au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Espagne et même en Suisse, qui ne fait pourtant pas partie de l’Union européenne. Face à des étiquettes qui livrent la composition des produits écrite en tout petits caractères difficilement lisibles, certains consommateurs s’étaient déjà tournés vers des applications comme Yuka. Avec un smartphone, il suffit alors de scanner le code-barres d’un produit pour en a