Accéder au contenu principal

Urgences et surenchères

Attal


La colère des agriculteurs qui a percuté ses débuts à Matignon, effritant ses sondages flatteurs, a conduit Gabriel Attal à délaisser un peu ses habituelles astuces de bon communicant pour peaufiner ce qui pourrait devenir sa méthode, l’écoute puis l’action rapide. À un poste que l’on dit précaire – puisqu’Emmanuel Macron pourrait être tenté de revoir totalement l’architecture gouvernementale après les Jeux olympiques pour la fin de son quinquennat – le plus jeune Premier ministre de la Ve République a tout intérêt à montrer qu’il est parvenu à gérer sa première crise politique d’ampleur, qui plus est dans un domaine qui lui était totalement étranger et sous la surveillance constante et peut-être pesante du chef de l’État. Mais pour calmer la colère paysanne, qui rappelle à l’exécutif le traumatisant épisode des Gilets jaunes, le Premier ministre a-t-il trop cédé et trop vite, sur la forme comme sur le fond ?

Sur la forme, la gestion Attal de cette crise agricole historique montre que l’État, que l’on dépeint souvent comme une complexe machine ankylosée, est capable de se mobiliser très rapidement, de réviser des dizaines de décrets, de battre le rappel de tous les préfets pour les missionner au chevet de Français en souffrance, et même de porter fort la voix de la France dans les instances européennes à Bruxelles. Bref, d’accélérer une chaîne de décisions souvent entravée par les procédures administratives.

C’est plutôt une bonne chose. Dès lors se pose la question de savoir pourquoi ce qui est possible pour l’agriculture ne pourrait pas l’être pour d’autres secteurs. L’éducation, le logement, la santé, les transports, la transition écologique, ou encore le numérique – qui vient de perdre son ministère de plein exercice pour un secrétariat d’État à l’heure de l’intelligence artificielle qui soulève des enjeux colossaux – ne mériteraient-ils pas, eux aussi, de bénéficier d’un tel activisme gouvernemental ? Le « mois de la simplification » annoncé pour l’agriculture ne pourrait-il pas s’appliquer à d’autres dossiers ?

Sur le fond ensuite, le plus important, le gouvernement a cédé rapidement aux agriculteurs des aides évaluées à quelque 400 millions d’euros par Bercy pour circonscrire la colère et obtenir la levée des barrages. Une somme importante à l’heure où Bruno Le Maire cherche à en finir – difficilement – avec le « quoi qu’il en coûte » et à faire 10 milliards d’euros d’économies pour pallier une croissance revue à la baisse. Mais une somme légitime compte tenu des terribles difficultés écrasant de nombreux agriculteurs qui méritent la solidarité nationale. Là aussi, nombre de Français pourraient se demander pourquoi ce qui est possible pour l’agriculture ne serait pas possible pour les autres secteurs précédemment cités ?

D’évidence, Gabriel Attal, un mois et demi après sa nomination, se frotte à l’essence même de l’exercice du pouvoir : faire des choix, savoir répondre aux urgences en évitant les surenchères. Et avoir conscience que toute feuille de route peut être percutée, que rien ne se passe jamais comme prévu – de fait, la crise agricole n’est clairement pas terminée que d’autres ont déjà surgi. Peut-on se contenter de répondre une à une à des crises qui s’enchaînent, ne faut-il pas une vision d’ensemble, une direction pour le pays ? Là, ce n’est pas à Gabriel Attal de répondre, mais bien à Emmanuel Macron de dire où il veut aller dans les trois ans qui viennent.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 22 février 2024)

Posts les plus consultés de ce blog

Se préparer

Voilà un type de courbe que l’on n’avait pas vu depuis longtemps concernant le Covid-19 : une hausse, celle du nouveau variant du coronavirus EG.5. Baptisé Eris, ce cousin d’Omicron croît de façon vertigineuse dans le séquençage de cas positifs au Covid-19 en France comme dans d’autres pays. Beaucoup plus contagieux que ses prédécesseurs, Eris pourrait ainsi s’imposer et devenir majoritaire. Au point de relancer une pandémie mondiale que nous pensions derrière nous ? Nous n’en sommes évidemment pas là, mais l’apparition de ce nouveau variant, tout comme la possibilité de voir survenir des clusters de contamination comme cela vient de se produire aux fêtes de Bayonne, nous interroge légitimement. Même si la couverture vaccinale est bonne en France, la crainte de devoir revivre les conséquences sanitaires et socio-économiques d’un retour de la pandémie est bien dans les esprits. Peut-être aurions-nous dû écouter plus attentivement les spécialistes comme le directeur général de l’Organisa

Entaché

Dix ans après son départ du gouvernement Ayrault, Jérôme Cahuzac, l’ancien ministre du Budget de François Hollande, envisage-t-il son retour en politique ? En tout cas l’intéressé, condamné en appel à deux ans de prison pour fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale, et frappé de cinq années d’inéligibilité, était hier sur le marché de Monsempron-Libos, non loin de Villeneuve-sur-Lot, la ville dont il a été le député et le maire.Fin octobre déjà il participait à une réunion, organisée à huis clos, quelques semaines après le lancement d’une association politique «Les amis de Jérôme Cahuzac». Récemment interrogé par Sud-Ouest pour savoir s’il préparait son retour politique, le septuagénaire, qui avait élu domicile en Corse où il pratiquait la médecine à l’hôpital de Bonifacio, s’est borné à répondre que «tout est une question de circonstances», faisant remarquer qu’ «on fait de la politique pour être élu et agir» et qu’il n’y avait pas d’élections avant 2026, date des prochaines m

Bien manger

C’est un petit logo qui nous est devenu familier lorsque nous faisons nos courses. Impulsé par un règlement européen (INCO) de 2014, établissant des règles pour informer les consommateurs sur la déclaration nutritionnelle ou la liste des ingrédients d’un produit, le Nutri-Score, ses cinq lettres de A à E et ses cinq couleurs de vert à rouge, est désormais bien ancré dans le paysage. De plus en plus présent sur le devant des emballages, on peut même dire que c’est un succès européen puisqu’il est présent non seulement en France, qui l’a introduit en 2017, mais également en Belgique, en Allemagne, au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Espagne et même en Suisse, qui ne fait pourtant pas partie de l’Union européenne. Face à des étiquettes qui livrent la composition des produits écrite en tout petits caractères difficilement lisibles, certains consommateurs s’étaient déjà tournés vers des applications comme Yuka. Avec un smartphone, il suffit alors de scanner le code-barres d’un produit pour en a