Accéder au contenu principal

Mauvais calcul

 

maths

« Récoltes et semailles ». Tel est le titre d’un pavé de 2 500 pages que viennent de publier les éditions Gallimard au terme d’une folle épopée commencée en 1983. Il s’agit de l’œuvre posthume d'Alexandre Grothendieck, considéré comme l’un des plus grands mathématiciens du XXe siècle, qui révolutionna la géométrie algébrique comme Einstein la physique. Retiré en Ariège et vivant comme un ermite, ce géant des maths disparaît en 2014 dans une quasi-indifférence. Mais celui qui reçut la médaille Fields – le « Nobel » des maths – en 1966, laisse derrière lui quelque 70 000 pages manuscrites à déchiffrer et qui pourraient renfermer la clé de problèmes jusqu’ici restés insolubles.

L’histoire d’Alexandre Grothendieck illustre le paradoxe qui frappe la France. D’un côté, notre pays peut s’enorgueillir d’avoir 13 lauréats de la médaille Fields, de disposer de structures reconnues à l’international comme l’École normale supérieure de Paris ou l’institut Henri-Poincaré, et d’avoir donné à l’Histoire mondiale des sciences de grands noms comme Descartes, d’Alembert, Blaise Pascal, Condorcet ou plus récemment Laurent Lafforgue ou Cédric Villani. Et de l’autre côté, année après année, la France plonge dans les classements internationaux, Pisa ou Timms, en affichant des résultats calamiteux en mathématiques, bien en deçà de nos voisins européens ou loin de la moyenne des pays de l’OCDE…

Les raisons de cette baisse de niveau chez les élèves sont bien sûr multiples entre formation insuffisante de professeurs, manque de moyens et aussi développement d’un fort sentiment d’autodépréciation très répandu, tant chez les élèves que chez les adultes. Une récente enquête a bien montré que 85,9 % des jeunes interrogés disaient aimer les mathématiques… mais un élève sur deux ajoute qu’il en a peur.

Pour conjurer cette peur, refuser la fatalité et redonner le goût des maths à ceux qui n’en ont pas forcément la bosse, le rapport Villani-Torossian a proposé, en 2018, 21 mesures pour l’enseignement des mathématiques. De la priorité dans le premier degré à la formation continue des professeurs, du renforcement des échanges avec les autres disciplines à la volonté d’ériger les maths en priorité nationale, le rapport était ambitieux pour redresser la barre.

C’était sans compter sur la réforme du bac. Soucieux de briser une sélection par les maths que certains dénonçaient depuis des lustres, Jean-Michel Blanquer a invisibilisé les mathématiques en les sortant du tronc commun d’enseignement. Le résultat, catastrophique aux yeux de l’ensemble des sociétés savantes et associations de mathématiques, ne s’est pas fait attendre sur les élèves qui font de moins en moins de maths et notamment les filles. Jean-Michel Blanquer vient d’admettre son mauvais calcul et entend mettre « plus de mathématiques » sans toutefois préciser comment. Il y a urgence car pour construire le monde de demain, celui de l’intelligence artificielle, des algorithmes, de la robotique ou de la réindustrialisation, nous aurons besoin d’ingénieurs, de mathématiciens qu’il nous faut former maintenant.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 9 février 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan