Accéder au contenu principal

Mauvais calcul

 

maths

« Récoltes et semailles ». Tel est le titre d’un pavé de 2 500 pages que viennent de publier les éditions Gallimard au terme d’une folle épopée commencée en 1983. Il s’agit de l’œuvre posthume d'Alexandre Grothendieck, considéré comme l’un des plus grands mathématiciens du XXe siècle, qui révolutionna la géométrie algébrique comme Einstein la physique. Retiré en Ariège et vivant comme un ermite, ce géant des maths disparaît en 2014 dans une quasi-indifférence. Mais celui qui reçut la médaille Fields – le « Nobel » des maths – en 1966, laisse derrière lui quelque 70 000 pages manuscrites à déchiffrer et qui pourraient renfermer la clé de problèmes jusqu’ici restés insolubles.

L’histoire d’Alexandre Grothendieck illustre le paradoxe qui frappe la France. D’un côté, notre pays peut s’enorgueillir d’avoir 13 lauréats de la médaille Fields, de disposer de structures reconnues à l’international comme l’École normale supérieure de Paris ou l’institut Henri-Poincaré, et d’avoir donné à l’Histoire mondiale des sciences de grands noms comme Descartes, d’Alembert, Blaise Pascal, Condorcet ou plus récemment Laurent Lafforgue ou Cédric Villani. Et de l’autre côté, année après année, la France plonge dans les classements internationaux, Pisa ou Timms, en affichant des résultats calamiteux en mathématiques, bien en deçà de nos voisins européens ou loin de la moyenne des pays de l’OCDE…

Les raisons de cette baisse de niveau chez les élèves sont bien sûr multiples entre formation insuffisante de professeurs, manque de moyens et aussi développement d’un fort sentiment d’autodépréciation très répandu, tant chez les élèves que chez les adultes. Une récente enquête a bien montré que 85,9 % des jeunes interrogés disaient aimer les mathématiques… mais un élève sur deux ajoute qu’il en a peur.

Pour conjurer cette peur, refuser la fatalité et redonner le goût des maths à ceux qui n’en ont pas forcément la bosse, le rapport Villani-Torossian a proposé, en 2018, 21 mesures pour l’enseignement des mathématiques. De la priorité dans le premier degré à la formation continue des professeurs, du renforcement des échanges avec les autres disciplines à la volonté d’ériger les maths en priorité nationale, le rapport était ambitieux pour redresser la barre.

C’était sans compter sur la réforme du bac. Soucieux de briser une sélection par les maths que certains dénonçaient depuis des lustres, Jean-Michel Blanquer a invisibilisé les mathématiques en les sortant du tronc commun d’enseignement. Le résultat, catastrophique aux yeux de l’ensemble des sociétés savantes et associations de mathématiques, ne s’est pas fait attendre sur les élèves qui font de moins en moins de maths et notamment les filles. Jean-Michel Blanquer vient d’admettre son mauvais calcul et entend mettre « plus de mathématiques » sans toutefois préciser comment. Il y a urgence car pour construire le monde de demain, celui de l’intelligence artificielle, des algorithmes, de la robotique ou de la réindustrialisation, nous aurons besoin d’ingénieurs, de mathématiciens qu’il nous faut former maintenant.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 9 février 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio