Accéder au contenu principal

Le sourire de Poutine

poutine

La crise entre l’Ukraine et la Russie, qui pourrait se traduire dans les prochaines heures par l’invasion de l’une par l’autre, est aussi une bataille d’images. Mais bien plus que les images satellites montrant quelque 190 000 soldats russes, leurs chars, leurs camions ou leurs hélicoptères stationnés depuis plusieurs jours le long de la frontière entre les deux pays ; bien plus que celles montrant les populations ukrainiennes s’attendant au pire et se préparant à fuir la région du Donbass ou au contraire à résister pour défendre l’intégrité de leur territoire national ; ce sont les images diffusées par la télévision russe lundi soir qui permettent de mesurer toute la duplicité calculée de Vladimir Poutine.

Lundi soir, donc, dans l’immense salle Sainte-Catherine du Kremlin, celle-là même où il avait signé en 2014 l’annexion de la Crimée, Vladimir Poutine recevait son conseil de sécurité. Chacun des membres se présentait devant le président russe pour lui délivrer ses préconisations, d’évidence dictées au préalable. Lorsque le chef du Service des renseignements extérieurs, Sergueï Evguenievitch Narychkine, se présente face à Poutine, on le voit tétanisé, bafouillant, bredouillant et lâchant dans un incroyable lapsus « Je soutiens la proposition d’unir les Républiques populaires de Donetsk et de Lougansk à la fédération de Russie » au lieu de simplement recommander, comme prévu, à Vladimir Poutine de reconnaître l’indépendance des deux républiques…

Pendant toute la séquence, on voyait Poutine sourire, visiblement satisfait de la peur qu’il inspirait à son subordonné, comme il doit sourire devant la naïveté de l’Occident, qui croyait encore à sa volonté de désescalade lorsqu’il avait accepté la veille un sommet avec Joe Biden sous la houlette d’Emmanuel Macron.

Une fois recueilli pour la forme les « recommandations » de son conseil de sécurité, Vladimir Poutine a donc pu signer son « pacte d’amitié » avec les présidents des deux républiques du Donbass convoqués pour l’occasion, puis tenir pendant 55 minutes un discours virulent à la télévision, réécrivant volontiers l’histoire de l’Ukraine, l’accusant de perpétrer un génocide ou de vouloir se doter de l’arme nucléaire.

Face à un tel discours complotiste, « une sorte de dérive idéologique » mêlant des considérations « rigides et paranoïaques » selon les mots cinglants d’Emmanuel Macron, il est désormais temps pour la communauté internationale de faire ce qu’elle a eu le tort de ne pas faire en 2014 lors de l’annexion de la Crimée : mettre un coup d’arrêt aux ambitions hégémoniques de Vladimir Poutine, qui entend d’évidence contester toutes les frontières nées de l’effondrement d’une Union soviétique dont il voudrait retrouver les contours.

Car dans cette crise, au-delà de la vie des citoyens ukrainiens, l’enjeu est bien celui de l’ordre mondial bâti sur le droit international et les droits de l’Homme. Un ordre multilatéral qui ne saurait s’aplatir devant les coups de force d’un pays qui ne respecte pas ses engagements internationaux et la brutalité d’un homme qui sourit.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 23 février 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio