Accéder au contenu principal

Le sourire de Poutine

poutine

La crise entre l’Ukraine et la Russie, qui pourrait se traduire dans les prochaines heures par l’invasion de l’une par l’autre, est aussi une bataille d’images. Mais bien plus que les images satellites montrant quelque 190 000 soldats russes, leurs chars, leurs camions ou leurs hélicoptères stationnés depuis plusieurs jours le long de la frontière entre les deux pays ; bien plus que celles montrant les populations ukrainiennes s’attendant au pire et se préparant à fuir la région du Donbass ou au contraire à résister pour défendre l’intégrité de leur territoire national ; ce sont les images diffusées par la télévision russe lundi soir qui permettent de mesurer toute la duplicité calculée de Vladimir Poutine.

Lundi soir, donc, dans l’immense salle Sainte-Catherine du Kremlin, celle-là même où il avait signé en 2014 l’annexion de la Crimée, Vladimir Poutine recevait son conseil de sécurité. Chacun des membres se présentait devant le président russe pour lui délivrer ses préconisations, d’évidence dictées au préalable. Lorsque le chef du Service des renseignements extérieurs, Sergueï Evguenievitch Narychkine, se présente face à Poutine, on le voit tétanisé, bafouillant, bredouillant et lâchant dans un incroyable lapsus « Je soutiens la proposition d’unir les Républiques populaires de Donetsk et de Lougansk à la fédération de Russie » au lieu de simplement recommander, comme prévu, à Vladimir Poutine de reconnaître l’indépendance des deux républiques…

Pendant toute la séquence, on voyait Poutine sourire, visiblement satisfait de la peur qu’il inspirait à son subordonné, comme il doit sourire devant la naïveté de l’Occident, qui croyait encore à sa volonté de désescalade lorsqu’il avait accepté la veille un sommet avec Joe Biden sous la houlette d’Emmanuel Macron.

Une fois recueilli pour la forme les « recommandations » de son conseil de sécurité, Vladimir Poutine a donc pu signer son « pacte d’amitié » avec les présidents des deux républiques du Donbass convoqués pour l’occasion, puis tenir pendant 55 minutes un discours virulent à la télévision, réécrivant volontiers l’histoire de l’Ukraine, l’accusant de perpétrer un génocide ou de vouloir se doter de l’arme nucléaire.

Face à un tel discours complotiste, « une sorte de dérive idéologique » mêlant des considérations « rigides et paranoïaques » selon les mots cinglants d’Emmanuel Macron, il est désormais temps pour la communauté internationale de faire ce qu’elle a eu le tort de ne pas faire en 2014 lors de l’annexion de la Crimée : mettre un coup d’arrêt aux ambitions hégémoniques de Vladimir Poutine, qui entend d’évidence contester toutes les frontières nées de l’effondrement d’une Union soviétique dont il voudrait retrouver les contours.

Car dans cette crise, au-delà de la vie des citoyens ukrainiens, l’enjeu est bien celui de l’ordre mondial bâti sur le droit international et les droits de l’Homme. Un ordre multilatéral qui ne saurait s’aplatir devant les coups de force d’un pays qui ne respecte pas ses engagements internationaux et la brutalité d’un homme qui sourit.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 23 février 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan