Accéder au contenu principal

Révolution en vue

 

essence

Depuis plusieurs semaines, les prix des carburants ont entamé une hausse qui bât des records historiques. Le litre de super, voire de gazole, frôle les 2 € et a, en tout cas, dépassé les niveaux atteints à l’automne 2018 où, déjà, une augmentation des prix à la pompe avait nourri le mouvement de colère des Gilets jaunes. Plus de trois ans après, la situation ne semble pas s’être améliorée. Conséquence d’une demande mondiale en pétrole qui est repartie à la hausse avec la reprise économique – après des mois de perturbations dus à l’épidémie de Covid – et d’une offre qui ne suit pas complètement, le prix du baril explose et finit par se répercuter sur la facture finale payée par le consommateur. Certains experts tablent sur des problèmes d’approvisionnement qui pourraient durer toute l’année 2022… Et contrairement à 2018, la situation est cette fois davantage tendue en raison du retour de l’inflation.

Face à cette situation, les gouvernements doivent jouer sur deux tableaux.

Le premier, de court terme, consiste à soulager les ménages pour lesquels le poste carburants est l’un des plus importants de leur budget, particulièrement lorsqu’ils n’ont aucune autre alternative pour se déplacer que d’utiliser leur voiture, spécialement dans les territoires ruraux isolés. Pour faire baisser le prix final du litre d’essence, le gouvernement a opté pour un chèque énergie, un dispositif complexe mais moins dispendieux pour les caisses de l’Etat que la taxe flottante qu’avait mise en place Lionel Jospin. Le géant Total, dont le résultat net ajusté a quintuplé à 6,8 milliards de dollars au quatrième trimestre contre 1,3 un an plus tôt, a, lui, décidé d’octroyer une ristourne de 5 € pour un plein de 50 litres, 2 € pour 20 litres. Une aumône pour certains candidats à la présidentielle qui veulent bloquer les prix ou baisser les taxes. On verra quelle sera la réforme de la fiscalité des carburants qui sera mise en œuvre dans le prochain quinquennat.

Le deuxième tableau sur lequel l’exécutif devra jouer est autrement plus complexe car il s’agit de préparer la France à une vraie révolution européenne des transports : l’abandon des voitures thermiques et le grand basculement vers des voitures électriques. Le plan Fit for 55 (Ajustement à l’objectif 55) présenté par la Commission européenne en juillet dernier souhaite qu’en 2035, les voitures n’émettent plus de CO2, ce qui revient à ne plus vendre de voitures thermiques essence ou diesel. Il reste donc un peu plus d’une décennie pour faire basculer les Européens vers la voiture électrique.

Un défi colossal qui va supposer des investissements majeurs pour créer et recycler les batteries, faire baisser le coût aujourd’hui élevé des véhicules électriques et créer un réseau de bornes de recharge actuellement anémique, particulièrement hors des agglomérations et des grands axes. Avec une inconnue de taille : si l’on sera bien sorti de notre dépendance au pétrole, rien ne dit que le « plein » d’électricité ne connaîtra pas lui aussi des variations de prix…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 18 février 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan