Accéder au contenu principal

Nouvelle ère

Airbus

Dans le monde de l’après-Covid que tout le monde attend impatiemment et qui peine encore à émerger, un secteur illustre particulièrement les bouleversements à venir parce qu’il a sans doute été le plus touché par la pandémie : l’aviation. Aujourd’hui, à l’heure où il faut imaginer la suite, le secteur aérien est sans doute celui qui doit relever le plus de défis, socio-économiques, environnementaux, industriels et technologiques.

Socio-économique en premier lieu car l’aérien a payé un très lourd tribut au Covid-19 qui a cloué au sol les avions dès mars 2020. Que ce soit pour les compagnies aériennes qui ont subi une chute historique du trafic aérien – – 66 % de baisse, du jamais vu depuis les attentats du 11-Septembre – ou les constructeurs qui ont enduré l’annulation de commandes. Pour tous les métiers qui, de près ou de loin, travaillent pour l’aérien, le choc a été redoutable et, sans doute, les aides publiques en France – chômage partiel, prêts garantis par l’Etat et plan de soutien à la filière aéronautique (15 milliards d’euros mobilisés) – ont permis d’éviter un crash socio-économique pour les quelque 300 000 emplois directs et indirects dans notre pays. La situation s’améliore ; le géant européen Airbus retrouve des commandes et ré-embauche. Mais le secteur reste fragile pour affronter les défis à venir.

L’environnement constitue justement pour l’aviation un défi de taille du monde d’après : comment réinventer l’avion pour les années à venir ; comment tenir l’objectif de réduire de 45 % des émissions de CO2 de tous les vols domestiques et au départ de l’UE d’ici 2030 ; comment rendre les aéroports plus verts, mais aussi comment inscrire ces préoccupations dans les nouvelles réflexions sur les mobilités entre ceux qui prônent la sobriété absolue en supprimant certains vols au profit du train – encore faut-il que les lignes ferroviaires existent – et ceux qui veulent permettre à tous la possibilité de voyager à coût raisonnable ?

Pour assurer l’équilibre économique du secteur et répondre aux enjeux environnementaux qui n’étaient pas par le passé sa priorité, le secteur aérien doit donc innover, retrouver cet esprit pionnier qui a toujours été sa marque, cette audace qui a fait passer pour des fous Clément Ader ou les frères Wright, Alberto Santos-Dumont ou Charles Lindbergh. L’avion « zéro émission », électrique ou à hydrogène, l’usage de biocarburants ou de kérosène de synthèse et demain, qui sait, l’avion solaire cher à Bertrand Piccard.

L’explorateur suisse, qui fut l’an dernier le parrain du forum Le Monde nouveau organisé par le Groupe Dépêche, exhorte le secteur aérien à sortir de ses habitudes, à rompre avec les conservatismes pour imaginer dès maintenant l’aviation de demain. La « déclaration de Toulouse » qui doit être signée par les acteurs européens peut constituer une étape importante, le signal d’une nouvelle ère.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 3 février 2022)


Posts les plus consultés de ce blog

Retrouver confiance

Une grande majorité de Français est sans doute en mesure de raconter une mauvaise expérience vécue avec un artisan – certains en ont même fait des livres comme le prix Goncourt Jean-Paul Dubois avec son savoureux "Vous plaisantez M. Tanner". Un devis où des prestations connexes ont été "oubliées", un montant final à payer qui a subitement gonflé, mais aussi des prestations qui ne sont pas à la hauteur et qui imposeront plus tard de refaire ce qui a été mal fait, etc. Le sentiment de s’être fait arnaquer est d’autant plus fort lorsque l’appel à l’artisan s’est fait dans une situation d’urgence ou de faiblesse : une fuite d’eau qui menace d’importants dégâts un appartement, un accident qui prive l’usage de sa voiture, et bien sûr un problème de serrure qui vous bloque à l’extérieur de votre logement ou vous empêche de bien le fermer… Ces comportements ne sont bien évidemment pas ceux de tous les artisans, mais les agissements de quelques brebis galeuses nuisent à

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio