Accéder au contenu principal

Nouvelle ère

Airbus

Dans le monde de l’après-Covid que tout le monde attend impatiemment et qui peine encore à émerger, un secteur illustre particulièrement les bouleversements à venir parce qu’il a sans doute été le plus touché par la pandémie : l’aviation. Aujourd’hui, à l’heure où il faut imaginer la suite, le secteur aérien est sans doute celui qui doit relever le plus de défis, socio-économiques, environnementaux, industriels et technologiques.

Socio-économique en premier lieu car l’aérien a payé un très lourd tribut au Covid-19 qui a cloué au sol les avions dès mars 2020. Que ce soit pour les compagnies aériennes qui ont subi une chute historique du trafic aérien – – 66 % de baisse, du jamais vu depuis les attentats du 11-Septembre – ou les constructeurs qui ont enduré l’annulation de commandes. Pour tous les métiers qui, de près ou de loin, travaillent pour l’aérien, le choc a été redoutable et, sans doute, les aides publiques en France – chômage partiel, prêts garantis par l’Etat et plan de soutien à la filière aéronautique (15 milliards d’euros mobilisés) – ont permis d’éviter un crash socio-économique pour les quelque 300 000 emplois directs et indirects dans notre pays. La situation s’améliore ; le géant européen Airbus retrouve des commandes et ré-embauche. Mais le secteur reste fragile pour affronter les défis à venir.

L’environnement constitue justement pour l’aviation un défi de taille du monde d’après : comment réinventer l’avion pour les années à venir ; comment tenir l’objectif de réduire de 45 % des émissions de CO2 de tous les vols domestiques et au départ de l’UE d’ici 2030 ; comment rendre les aéroports plus verts, mais aussi comment inscrire ces préoccupations dans les nouvelles réflexions sur les mobilités entre ceux qui prônent la sobriété absolue en supprimant certains vols au profit du train – encore faut-il que les lignes ferroviaires existent – et ceux qui veulent permettre à tous la possibilité de voyager à coût raisonnable ?

Pour assurer l’équilibre économique du secteur et répondre aux enjeux environnementaux qui n’étaient pas par le passé sa priorité, le secteur aérien doit donc innover, retrouver cet esprit pionnier qui a toujours été sa marque, cette audace qui a fait passer pour des fous Clément Ader ou les frères Wright, Alberto Santos-Dumont ou Charles Lindbergh. L’avion « zéro émission », électrique ou à hydrogène, l’usage de biocarburants ou de kérosène de synthèse et demain, qui sait, l’avion solaire cher à Bertrand Piccard.

L’explorateur suisse, qui fut l’an dernier le parrain du forum Le Monde nouveau organisé par le Groupe Dépêche, exhorte le secteur aérien à sortir de ses habitudes, à rompre avec les conservatismes pour imaginer dès maintenant l’aviation de demain. La « déclaration de Toulouse » qui doit être signée par les acteurs européens peut constituer une étape importante, le signal d’une nouvelle ère.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 3 février 2022)


Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan