Accéder au contenu principal

Il est temps

 

macron

À un mois et demi du premier tour de l’élection présidentielle il est maintenant temps que le président de la République, dont la candidature à un second mandat est un secret de Polichinelle, arrête de jouer avec nos nerfs, cesse de tergiverser et mette sans plus attendre un terme à ce faux suspense en se déclarant officiellement candidat. On peut comprendre que le Président sortant ait voulu, comme certains de ses prédécesseurs, rester dans les habits du chef de l’Etat le plus longtemps possible, en surplomb d’une précampagne qui ne passionne pas (encore) les Français. Ces derniers, à raison, pointent la médiocrité de certains des impétrants, l’omniprésence étouffante de l’extrême droite à la télévision, les polémiques à répétition sur des questions identitaires ou secondaires, les sempiternelles petites phrases montées en épingle ou le feuilletonnage des ralliements et des trahisons des uns et des autres. Autant de bruits médiatiques et de politique politicienne qui empêchent de parler des priorités que les Français listent depuis des semaines, de sondage en sondage : le pouvoir d’achat, la santé et l’environnement.

En n’entrant pas en lice, en ne descendant pas dans l’arène démocratique par excellence que constitue l’élection suprême, Emmanuel Macron fige la campagne et laisse non seulement accroître l’idée qu’il fuirait le débat, nécessaire, sur le bilan de ses cinq années au pouvoir, mais aussi que, fort d’intentions de vote qui le placent en favori du scrutin, il voudrait finalement enjamber la campagne, snobant ses adversaires, pour obtenir un nouveau mandat comme par tacite reconduction.

À l’heure où le risque d’abstention s’annonce historiquement élevé, où de nombreuses enquêtes montrent que certains de nos concitoyens font sécession avec notre système démocratique, se mettant en marge de la cité pour ne pas dire de la société, il est temps de retrouver le sens du débat et pour le chef de l’Etat de se montrer à la hauteur de l’enjeu démocratique qui attend le pays. Les prétextes de la crise sanitaire ou de la crise russo-ukrainienne pour différer son annonce officielle de candidature ne tiennent plus. À une semaine de la fin de la collecte des parrainages, Emmanuel Macron doit faire preuve de clarté, de responsabilité, de respect des électeurs même, en s’engageant pleinement dans la campagne électorale qui n’attend plus que lui, et dire pourquoi il sollicite un nouveau mandat.

Car une fois sa déclaration faite – peu importe d’ailleurs sous quelle forme – il restera cinq semaines pour enfin parler du fond dans une campagne qu’on espère la plus digne possible. Les Français doivent pouvoir comparer sereinement les différents projets des candidats, être entendus et compris par ceux qui aspirent à les représenter et dessiner ainsi la France qu’ils souhaitent pour les cinq ans qui viennent.

(Editorial publié dans La Dépêche du jeudi 24 février 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan