Accéder au contenu principal

Relever le défi climatique

agriculture


Samedi prochain, porte de Versailles à Paris, s’ouvrira ce que l’on appelle communément la plus grande ferme de France, le salon international de l’agriculture. Ce grand rendez-vous du monde agricole, après l’année blanche imposée par le Covid-19, devrait accueillir dans ses allées quelque 500 000 à 600 000 visiteurs et, cette année, tous les candidats à l’élection présidentielle qui viendront présenter leurs propositions pour conforter la France comme premier pays producteur agricole de l’Union européenne et pour soutenir des filières qui sont à l’aube d’une nouvelle révolution.

Des révolutions, l’agriculture française en a justement beaucoup connu par le passé. Au XVIIIe siècle, c’est la première révolution agricole, basée sur la suppression de la jachère et une meilleure articulation entre élevages et cultures. Au XIXe siècle, c’est la révolution industrielle qui va mécaniser l’agriculture ; c’est aussi l’apparition des premiers engrais chimiques. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, c’est la révolution de l’agriculture intensive nécessaire pour nourrir les citoyens : la mécanisation, l’usage d’engrais, de pesticides, la recherche de nouvelles variétés s’accélèrent. Puis au XXe siècle, c’est la révolution de la mondialisation des échanges mais aussi celle de nouvelles façons de produire, OGM d’un côté, filière bio de l’autre. C’est aussi le défi de surmonter des épizooties comme la vache folle et de répondre aux exigences du public de plus en plus sensible à sa propre santé comme à l’état de l’environnement et au bien-être animal.

Toutes ces révolutions, l’agriculture française a su s’y adapter, parfois dans la colère de manifestations contre des décisions nationales ou européennes, parfois dans la douleur lorsque de petits exploitants dans la difficulté ont été acculés au suicide ou lorsqu’ils ont essuyé un insupportable agribashing, mais aussi dans la joie de voir les produits made in France reconnus dans le monde entier pour leur qualité.

Aujourd’hui, l’agriculture va devoir relever ce qui est peut-être son plus grand défi : le défi climatique. Le réchauffement du climat sur la planète va, en effet, bouleverser des équilibres que l’on croyait intangibles : la hausse des températures, mesurée depuis un demi-siècle n’est hélas pas terminée et les agriculteurs vont devoir faire face à des événements météorologiques difficiles, entre sécheresses plus intenses ou phénomènes cévenols plus soudains et violents.

Relever cet immense défi va passer par un changement de cultures dans certaines régions, par de nouvelles pratiques, par l’utilisation d’innovations numériques entre imagerie satellite et intelligence artificielle, robots agricoles et traçage des produits par la blockchain. La « French AgriTech » et ses plus de 200 start-up sont prêtes. Mais c’est bien toute la société qui doit se mettre en mouvement aux côtés des agriculteurs pour cette révolution qui vient.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 21 février 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

Retrouver confiance

Une grande majorité de Français est sans doute en mesure de raconter une mauvaise expérience vécue avec un artisan – certains en ont même fait des livres comme le prix Goncourt Jean-Paul Dubois avec son savoureux "Vous plaisantez M. Tanner". Un devis où des prestations connexes ont été "oubliées", un montant final à payer qui a subitement gonflé, mais aussi des prestations qui ne sont pas à la hauteur et qui imposeront plus tard de refaire ce qui a été mal fait, etc. Le sentiment de s’être fait arnaquer est d’autant plus fort lorsque l’appel à l’artisan s’est fait dans une situation d’urgence ou de faiblesse : une fuite d’eau qui menace d’importants dégâts un appartement, un accident qui prive l’usage de sa voiture, et bien sûr un problème de serrure qui vous bloque à l’extérieur de votre logement ou vous empêche de bien le fermer… Ces comportements ne sont bien évidemment pas ceux de tous les artisans, mais les agissements de quelques brebis galeuses nuisent à

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio