Accéder au contenu principal

Nouveaux gourous

gourou

Lorsque l’actualité met au jour des dérives sectaires d’ampleur, immanquablement, nous repensons à toutes ces affaires qui ont marqué les esprits. À commencer par celle du Temple du Peuple, la secte fondée par le révérend Jim Jones en 1955 aux États-Unis, et qui s’acheva le 18 novembre 1978, à Georgetown, au Guyana, par la mort de 923 adeptes poussés au suicide collectif par leur gourou. Nous repensons aux suicides-massacres des membres de l’Ordre du Temple Solaire au Canada, en Suisse et en France entre 1994 et 1997. Nous repensons aussi à l’affaire des reclus de Monflanquin, onze membres d’une famille de notables bordelais tombés pendant dix ans sous la coupe d’un manipulateur hors pair qui, du Lot-et-Garonne à Oxford en Angleterre, va dépouiller ses proies sur lesquelles il exerçait une implacable emprise mentale. Toutes ces affaires, spectaculaires, hors normes, constituent néanmoins comme la partie émergée d’un iceberg car les phénomènes sectaires, l’emprise d’un homme ou d’une femme sur son semblable ou sur un petit groupe sont malheureusement très – trop – nombreux.

Car les gourous, pour préserver leur « business », savent parfaitement jouer avec les autorités sur la corde sensible en mettant en avant la liberté d’expression ou celle de croire. Le premier rapport sur le sujet remis par le député André Vivien en 1983 ne s’appelait-il pas « Les sectes en France. Expression de la liberté morale ou facteurs de manipulation ? » Face à la cohorte des manipulateurs, isolés ou parfaitement structurés dans de prétendues « églises », des hommes et des femmes se sont levés comme les députés Alain Gest et Jacques Guyard qui publièrent en 1996 un rapport sur l’Ordre du Temple solaire. À côté de remarquables associations qui aident les familles de proches sous emprise, on peut aussi citer l’engagement de Jean-Pierre Brard, Nicolas About, Catherine Picard, Georges Fenech, Philippe Vuilque, etc.

Leur implication dans la lutte contre les sectes a permis la création de l’Observatoire interministériel sur les sectes en 1996, puis de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) en 2002. Le transfert de la celle-ci de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), fin 2019, a inquiété à juste titre de voir disparaître un outil plus nécessaire que jamais avant que le Premier ministre n’apporte des garanties.

Car le phénomène sectaire n’a cessé de croître : on estime à 500 le nombre de groupes sectaires, 500 000 le nombre d’adeptes et 60 000 à 80 000 le nombre d’enfants élevés dans un contexte sectaire. Selon la Miviludes, un quart des Français dit avoir été personnellement contacté par une secte et 20 % connaissent personnellement une ou plusieurs personnes victimes de dérives sectaires. La pandémie de Covid-19 avec ses confinements qui ont provoqué questionnements et peurs, n’a hélas pas arrangé les choses. Délaissant le spirituel au profit de la santé, du bien-être ou du développement personnel, de nouveaux gourous sont apparus, agissant de plus en plus au sein de communautés virtuelles sur internet. Autant dire que le combat de la société contre ces mouvements sectaires aliénant l’être humain sera de longue haleine.

(Editorial publié dans La D2pêche du Midi du dimanche 13 février 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan