Accéder au contenu principal

Stopper le fléau

carcassonne


On pensait jusqu’à présent que les règlements de comptes entre bandes rivales sur fond de trafics de stupéfiants ne concernaient que les grandes agglomérations, Marseille en tête. D’ailleurs, la cité phocéenne a, une nouvelle fois, été marquée ce week-end par la mort d’un homme de 30 ans, tué par balles dimanche soir dans une rue du 15e arrondissement, au nord de la ville. Le drame qui s’est joué dans le quartier Grazailles à Carcassonne, dimanche soir aussi, et s’est soldé par la mort de deux jeunes âgés de 18 et 20 ans, nous rappelle – si tant est que l’enquête en apporte la démonstration dans les heures à venir – que ces vendettas entre malfaiteurs peuvent survenir partout. Des vendettas de plus en plus violentes et parfois meurtrières qui se déroulent sous les yeux de riverains impuissants. Ces derniers subissent au quotidien les conséquences dramatiques de ces trafics qui ont foncièrement évolué.

« Il existe un lien très fort entre la violence et les stupéfiants. L’an passé, les violences entre trafiquants ont fait plus de 250 blessés, dont la moitié ont moins de 25 ans, et 60 morts », détaillait au printemps le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, qui a fait de la lutte contre la drogue – « cette merde » selon l’expression qu’il emploie souvent – une priorité du gouvernement.

C’est que, selon les statistiques du ministère de l’Intérieur qui permettent de dresser un état des lieux des règlements de comptes en France depuis 1996, on constate une augmentation du nombre de morts par règlement de comptes depuis 2010 : de 45 cette année-là, on est passé à 100 en 2020. Cette violence souvent cyclique s’explique par divers facteurs – guerre de territoires entre cités, luttes d’influence internes – qui ont toutefois tous à voir avec le poids économique croissant du trafic de drogue : la rentabilité des points de deal qui brassent entre 20 000 et 80 000 euros en liquide par jour et la « militarisation » du trafic avec des dealers qui se sont beaucoup armés ces dernières années. « En novembre 2019, quand on démantelait un trafic, 8 % des personnes interpellées étaient porteuses d’armes à feu. Aujourd’hui, c’est 22 % », expliquait Gérald Darmanin à l’heure où acheter une Kalachnikov ne présente aucune difficulté pour certains sur le DarkWeb ou dans la rue…

Comment endiguer ce fléau, casser la dynamique de ces violences ? Il n’existe pas de solution toute faite, mais tous les acteurs s’accordent à dire qu’il faut à la fois des moyens et une meilleure coordination. Des moyens en termes d’effectifs de police sur le terrain, de douaniers pour les saisies, de magistrats pour faire appliquer la loi – le maire de Marseille propose un parquet national dédié – mais aussi de soutien aux associations qui, dans des quartiers souvent frappés par un fort chômage, tentent d’offrir aux jeunes de vraies perspectives autres que l’économie souterraine de la drogue. Enfin, cette mobilisation devra aussi se faire avec la prise de conscience chez les consommateurs que derrière leurs stupéfiants, il y a non seulement de ravageuses addictions mais aussi un trafic qui aujourd’hui tue…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mardi 2 novembre 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

Pollueurs payeurs

  C’est une scène que malheureusement chacun d’entre nous a un jour vécue. Une promenade dans la nature et l’on tombe sur des monticules de déchets entassés là en toute illégalité : au mieux des déchets verts, au pire des gravats de chantiers, des appareils électroménagers ou tout simplement des ordures ménagères. Ce fléau des décharges sauvages a pris des proportions considérables et inquiétantes pour la pollution des sols qu’elles engendrent, alors même que les Français, paradoxalement, mettent l’environnement aux premiers rangs de leurs préoccupations. En 2020 en France, 80 000 tonnes de déchets ont ainsi échoué dans la nature dans quelque 600 dépôts illégaux. Et il est toujours aussi difficile pour les élus locaux de lutter contre ce phénomène qui recouvre de multiples pratiques. Chacun d’ailleurs garde en mémoire le décès du maire de Signes (Var), renversé le 5 août 2019 par une camionnette dont les occupants, que l’élu voulait verbaliser, avaient jeté des gravats en bord de route

Retrouver confiance

Une grande majorité de Français est sans doute en mesure de raconter une mauvaise expérience vécue avec un artisan – certains en ont même fait des livres comme le prix Goncourt Jean-Paul Dubois avec son savoureux "Vous plaisantez M. Tanner". Un devis où des prestations connexes ont été "oubliées", un montant final à payer qui a subitement gonflé, mais aussi des prestations qui ne sont pas à la hauteur et qui imposeront plus tard de refaire ce qui a été mal fait, etc. Le sentiment de s’être fait arnaquer est d’autant plus fort lorsque l’appel à l’artisan s’est fait dans une situation d’urgence ou de faiblesse : une fuite d’eau qui menace d’importants dégâts un appartement, un accident qui prive l’usage de sa voiture, et bien sûr un problème de serrure qui vous bloque à l’extérieur de votre logement ou vous empêche de bien le fermer… Ces comportements ne sont bien évidemment pas ceux de tous les artisans, mais les agissements de quelques brebis galeuses nuisent à

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l