Accéder au contenu principal

Stopper le fléau

carcassonne


On pensait jusqu’à présent que les règlements de comptes entre bandes rivales sur fond de trafics de stupéfiants ne concernaient que les grandes agglomérations, Marseille en tête. D’ailleurs, la cité phocéenne a, une nouvelle fois, été marquée ce week-end par la mort d’un homme de 30 ans, tué par balles dimanche soir dans une rue du 15e arrondissement, au nord de la ville. Le drame qui s’est joué dans le quartier Grazailles à Carcassonne, dimanche soir aussi, et s’est soldé par la mort de deux jeunes âgés de 18 et 20 ans, nous rappelle – si tant est que l’enquête en apporte la démonstration dans les heures à venir – que ces vendettas entre malfaiteurs peuvent survenir partout. Des vendettas de plus en plus violentes et parfois meurtrières qui se déroulent sous les yeux de riverains impuissants. Ces derniers subissent au quotidien les conséquences dramatiques de ces trafics qui ont foncièrement évolué.

« Il existe un lien très fort entre la violence et les stupéfiants. L’an passé, les violences entre trafiquants ont fait plus de 250 blessés, dont la moitié ont moins de 25 ans, et 60 morts », détaillait au printemps le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, qui a fait de la lutte contre la drogue – « cette merde » selon l’expression qu’il emploie souvent – une priorité du gouvernement.

C’est que, selon les statistiques du ministère de l’Intérieur qui permettent de dresser un état des lieux des règlements de comptes en France depuis 1996, on constate une augmentation du nombre de morts par règlement de comptes depuis 2010 : de 45 cette année-là, on est passé à 100 en 2020. Cette violence souvent cyclique s’explique par divers facteurs – guerre de territoires entre cités, luttes d’influence internes – qui ont toutefois tous à voir avec le poids économique croissant du trafic de drogue : la rentabilité des points de deal qui brassent entre 20 000 et 80 000 euros en liquide par jour et la « militarisation » du trafic avec des dealers qui se sont beaucoup armés ces dernières années. « En novembre 2019, quand on démantelait un trafic, 8 % des personnes interpellées étaient porteuses d’armes à feu. Aujourd’hui, c’est 22 % », expliquait Gérald Darmanin à l’heure où acheter une Kalachnikov ne présente aucune difficulté pour certains sur le DarkWeb ou dans la rue…

Comment endiguer ce fléau, casser la dynamique de ces violences ? Il n’existe pas de solution toute faite, mais tous les acteurs s’accordent à dire qu’il faut à la fois des moyens et une meilleure coordination. Des moyens en termes d’effectifs de police sur le terrain, de douaniers pour les saisies, de magistrats pour faire appliquer la loi – le maire de Marseille propose un parquet national dédié – mais aussi de soutien aux associations qui, dans des quartiers souvent frappés par un fort chômage, tentent d’offrir aux jeunes de vraies perspectives autres que l’économie souterraine de la drogue. Enfin, cette mobilisation devra aussi se faire avec la prise de conscience chez les consommateurs que derrière leurs stupéfiants, il y a non seulement de ravageuses addictions mais aussi un trafic qui aujourd’hui tue…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mardi 2 novembre 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan