Accéder au contenu principal

Tôt ou tard ?

 

macron

Le 15 mars 2021, lors d’un sommet franco-espagnol à Montauban, Emmanuel Macron, qui s’est toujours voulu « maître des horloges » depuis son accession à l’Elysée, le concédait : « Le maître du temps, c’est le virus, malheureusement ». Aujourd’hui, à cinq mois de l’élection présidentielle et alors qu’approche une 5e vague de l’épidémie de Covid – qui pourrait faire 500 000 morts cet hiver en Europe selon l’Organisation mondiale de la santé – c’est encore le virus qui pourrait fixer l’agenda politique des prochaines semaines. Cette 5e vague est évidemment contrariante pour Emmanuel Macron qui souhaitait parler d’autres choses que de la crise sanitaire : plan de relance, écologie, réindustrialisation, pouvoir d’achat. Bref avenir et monde d’après. Las ! Le voilà contraint de renouer dès demain soir avec les allocutions solennelles qui ont rythmé la 2e partie de son quinquennat et de reparler vaccin et restrictions sanitaires.

Pour autant, s’il n’est plus – pour l’instant – le maître des horloges, le président de la République est arrivé à l’heure des choix qu’ont connue tous ses prédécesseurs : à quel moment annoncer sa candidature à un second mandat, qui ne fait plus guère de doute ? Tôt ou tard ?

Tôt pour entrer dans l’arène et répondre aux attaques, parfois outrancières, de ses adversaires. Notamment celles – critique classique – accusant le Président, qui a effectué 28 déplacements depuis la rentrée, de faire campagne aux frais de l’Etat et de sortir abondamment le carnet de chèque pour une kyrielle de mesures. Dans la majorité présidentielle, certains trépignent de livrer bataille, défendre le bilan et le Président, et rendre coup pour coup. En attendant, les appétits s’aiguisent pour occuper les postes clés de la campagne, sous l’œil attentif d’Emmanuel Macron qui a toujours été adepte du darwinisme en politique… Mais partir trop tôt, c’est descendre du piédestal qu’offre à Emmanuel Macron l’Elysée et renoncer à la situation forcément confortable d’être au-dessus de la mêlée. Une mêlée marécageuse, dont on ne connaît pas encore tous les protagonistes, mais qui brasse déjà bien des idées nauséabondes quand ce n’est pas du vent.

Partir tard alors à la façon d’un François Mitterrand en 1988 qui se déclare le 22 mars un mois avant le scrutin ? Une campagne éclair d’un mois à peine, en mode Blitzkrieg, façon seul contre tous avec l’idée de rassembler un camp de la raison face aux populistes et aux démagogues. Périlleux, car 2022 n’est pas 1988 : l’évidence mitterrandienne ne peut être dupliquée à l’heure des réseaux sociaux et des chaînes d’information en continu qui imposent un rythme effréné entre clashs et buzz, et une communication tous azimuts épuisante… Parti tard le 15 février 2012, Nicolas Sarkozy, qui avait voulu s’inspirer de François Mitterrand, avait estimé qu’il lui avait manqué 15 jours…

Tôt ou tard ? Certains tablent sur une fenêtre de tir fin janvier-début février, après le lancement de la présidence française de l’Union européenne. À moins qu’Emmanuel Macron ne suive ce qui a fait sa marque de fabrique, : être là où on ne l’attend pas…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 8 novembre 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

Retrouver confiance

Une grande majorité de Français est sans doute en mesure de raconter une mauvaise expérience vécue avec un artisan – certains en ont même fait des livres comme le prix Goncourt Jean-Paul Dubois avec son savoureux "Vous plaisantez M. Tanner". Un devis où des prestations connexes ont été "oubliées", un montant final à payer qui a subitement gonflé, mais aussi des prestations qui ne sont pas à la hauteur et qui imposeront plus tard de refaire ce qui a été mal fait, etc. Le sentiment de s’être fait arnaquer est d’autant plus fort lorsque l’appel à l’artisan s’est fait dans une situation d’urgence ou de faiblesse : une fuite d’eau qui menace d’importants dégâts un appartement, un accident qui prive l’usage de sa voiture, et bien sûr un problème de serrure qui vous bloque à l’extérieur de votre logement ou vous empêche de bien le fermer… Ces comportements ne sont bien évidemment pas ceux de tous les artisans, mais les agissements de quelques brebis galeuses nuisent à

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio