Accéder au contenu principal

La France de l'après-Covid

 

immobilier

Vingt mois désormais après le début de l’épidémie de Covid-19, il est peut-être encore trop tôt pour savoir comment va évoluer le marché de l’immobilier en France, quelles seront les dispositions des banques et les taux des prêts immobiliers ou quelle forme prendra la reprise. Car avant l’épidémie, ce secteur nous a souvent habitués à jouer du yoyo. Pour autant la pandémie mondiale a bouleversé notre rapport au logement. L’assignation à résidence pour freiner l’épidémie lors des confinements de 2020 et 2021 a, d’évidence, fait cogiter tous ceux qui ne disposaient pas d’une agréable maison avec jardin mais d’un appartement trop exigu et parfois sans balcon. La possibilité du télétravail a permis à certains de se projeter ailleurs, dans une maison hors du centre-ville, voire dans ces villes moyennes longtemps victimes de l’exode vers les métropoles et aujourd’hui redécouvertes pour leur qualité de vie. De nouveaux critères ont émergé pour imaginer son chez-soi : un coin pour jardiner, un coin pour télétravailler ou un coin pour bricoler.

Dans cette nouvelle donne immobilière, les régions tirent incontestablement le marché comme vient de le montrer l’Insee. Au 3e trimestre de cette année, la hausse annuelle des prix de l’ancien s’est établie à 7,4 %, avec, en province, une envolée de 9,4 % des maisons, contre 4 % en Île-de-France. Un tel écart ne s’était plus vu depuis les années 90. Cet attrait pour la province saute aux yeux sur la carte que nous publions à partir des données de Meilleurs Agents : la façade atlantique connaît un boom spectaculaire – merci l’effet TGV – le littoral méditerranéen et la grande agglomération toulousaine qui déborde sur le Tarn-et-Garonne aussi.

Cet état des lieux de l’immobilier dessine peu à peu une France de l’après Covid, comme la dépeignent Jérôme Fourquet et Jean-Laurent Cassely dans leur livre « La France sous nos yeux » (Ed. Seuil). Ainsi, à la « France périphérique » et oubliée analysée par le géographe Christophe Guilluy en 2014 et après « l’Archipel français » décrypté en 2019 par Jérôme Fourquet, on passe à une France « hybride » dans laquelle de nouvelles connexions se font jour. Les frontières ne s’estompent pas encore totalement entre les territoires, mais les définitions de la métropole, de la banlieue, de la campagne, des zones périurbaines et de ceux qui y vivent deviennent plus complexes et plus mouvantes.

Accompagner ces mutations – qui inquiètent les uns et enthousiasment les autres – constitue un vrai défi pour les décideurs publics en termes d’aménagement du territoire. Repenser l’offre de transports et de mobilité, le partage de l’espace entre toutes les activités, l’urbanisme à rendre plus harmonieux et plus respectueux de l’environnement, la place des services publics, les besoins énergétiques et la transition écologique, ou encore la couverture numérique… Autant de dossiers qui devraient être au cœur de la campagne présidentielle qui s’annonce. On en est encore loin.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 25 novembre 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan