Accéder au contenu principal

Avec modération

ecran

Des bébés que l’on met devant la télévision, des enfants qui ne lâchent pas leurs tablettes ou jouent sur le smartphone des parents, des adolescents qui passent plus de temps sur les réseaux sociaux qu’avec leurs amis à l’extérieur... L’étude menée par l’institut de sondages GECE, qui vient de paraître, montre combien les écrans et le numérique sont présents dans nos vies, de la toute petite enfance – 96 % des enfants sont connectés aux écrans dès 6 ans – aux portes de l’âge adulte. Une addiction qui s’est encore accentuée avec les confinements imposés par l’épidémie de Covid-19 qui a amené les élèves à utiliser davantage les écrans avec l’école à distance… Pour nombre de parents, d’enseignants et de médecins, il y a lieu de tirer le signal d’alarme car cette addiction aux écrans n’est pas sans conséquences sur la santé physique et mentale, et bien sûr sur les résultats scolaires des élèves.

La littérature scientifique sur le sujet est désormais bien établie, montrant ici combien le temps passé devant un écran plutôt que dans des activités physiques conduit à une sédentarité qui peut provoquer surpoids et obésité, sans parler des problèmes de vue. C’est bien pour cela que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande de limiter à une heure maximum par jour le temps d’écran des enfants de 2 à 5 ans.

À ces problèmes de surexposition aux écrans s’ajoute aussi l’impact de ce qui est fait devant les écrans. Les réseaux sociaux, dont les algorithmes sont conçus pour passer toujours plus de temps avec eux, provoquent chez certains adolescents de graves problèmes psychologiques, une mauvaise estime de soi ou laissent se développer un insupportable cyberharcèlement contre lequel Emmanuel Macron lui-même s’est élevé ce jeudi à l’occasion de la Journée nationale contre le harcèlement scolaire. Là aussi, les révélations sur les pratiques des géants du web ont montré cette réalité.

Les divulgations de la lanceuse d’alerte Frances Haugen, ex-ingénieure de Facebook, ont révélé que la firme de Mark Zuckerberg savait qu’Instagram accentue les complexes corporels de 32 % des adolescentes utilisant l’application. Aux Etats-Unis, les procureurs généraux de huit Etats ont d’ailleurs annoncé jeudi une enquête sur la manière dont Instagram attire et influence les jeunes…

Il serait toutefois vain de ne voir derrière les écrans, les jeux vidéo ou les réseaux sociaux que des monstres menaçant la santé des enfants. Le numérique, lorsqu’il est maîtrisé, peut être une source d’épanouissement, une chance pour apprendre, découvrir, surmonter sa timidité, nouer des relations d’un continent à l’autre, développer de nouvelles compétences... L’étude du GECE montre d’ailleurs que les adolescents utilisent les écrans avec plus de modération qu’on ne le croit et sans négliger leur vie personnelle.

Dès lors, il appartient aux autorités, et particulièrement à l’école, de définir un cadre réglementaire aussi protecteur que stimulant, et aux parents d’être dans l’accompagnement pour que les enfants maîtrisent plutôt que subissent les écrans.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 20 novembre 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan