Accéder au contenu principal

On est tous SAM

 

SAM
Photo Pierre Challier

La décision du tribunal de commerce de Toulouse de liquider la Société aveyronnaise de métallurgie (SAM) était attendue. Elle n’en constitue pas moins un coup dur pour les quelque 340 salariés de la fonderie qui voulaient croire jusqu’à la dernière minute – et avec eux la population – à un ultime délai pour pouvoir trouver une solution et ainsi préserver leur avenir.

Mais la liquidation de la fonderie aveyronnaise ne peut pas en rester là car elle va beaucoup plus loin que la triste chronique économique que vivent certaines entreprises. Elle pourrait même devenir, comme l’usine Whirlpool d’Amiens en 2017, un symbole à quelque mois de l’élection présidentielle de 2022.

Symbole, d’abord, du mépris des grandes entreprises pour leurs sous-traitants dont elles sont le client principal. Renault a fait savoir par communiqué qu’il ne jugeait pas « crédible » le projet de reprise de son sous-traitant porté par Alty-Sifa en dépit des garanties apportées notamment par la Région et l’Etat. Le constructeur était pourtant moins regardant quand il s’agissait de vérifier la crédibilité des dépenses pharaoniques de son ancien PDG Carlos Ghosn… On aurait attendu d’une entreprise française, surtout lorsqu’elle est porteuse d’une part du patrimoine industriel du pays, qu’elle donne une chance à la SAM.

Symbole ensuite de la duplicité de la parole publique. On sait depuis Lionel Jospin – qui réagissait alors à la fermeture de l’usine belge de Renault à Vilvorde – que « l’Etat ne peut pas tout ». Certes, nous ne vivons plus dans une économie administrée et l’Etat s’est souvent montré piètre gestionnaire. Mais quand même, lorsque d’une part on est actionnaire de Renault et que d’autre part on martèle matin, midi et soir, sa volonté de réindustrialiser la France et de faire de la souveraineté économique une priorité, le devenir de la SAM ne méritait-il pas d’être davantage défendu ? L’État a récemment réussi à convaincre Ascoval, sous pavillon allemand, de ne pas rapatrier des activités de son usine des Hauts-de-France et il ne pourrait pas convaincre une entreprise dont il est actionnaire de revoir sa position ? Difficilement… crédible.

Enfin, la liquidation de la SAM est le symbole de cet insupportable deux poids deux mesures dont souffrent encore trop de territoires qui subissent des décisions brutales concernant leur avenir et leur développement sur les transports, le médical ou l’économie, sans y être pleinement associés. Après les déboires de l’usine Bosch de Rodez, l’Aveyron est de ces territoires durement éprouvés. L’amertume concernant la SAM est d’autant plus vive que cette fonderie s’inscrit dans l’histoire économique douloureuse du bassin minier de Decazeville, où s’est construite une part de l’identité économique, politique, syndicale et sociale de la France.

Toutes ces raisons expliquent qu’à l’abattement des salariés succèdent désormais la colère et l’indignation légitimes de toute une région qui refuse d’écrire le mot fin à l’histoire et crie aujourd’hui « on est tous SAM. »

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 27 novembre 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en