Accéder au contenu principal

Le cas Castex

 

castex

D’aucuns y verront une coupable désinvolture avec les règles sanitaires imposées à tous les Français, d’autres ce sentiment de supériorité qui étreint nombre de politiques sur le ton du « faites ce que je dis pas ce que je fais », et les derniers, peut-être les plus indulgents et les plus nombreux, considéreront que l’erreur est humaine. En tout cas l’annonce, lundi soir, que le Premier ministre Jean Castex venait de contracter le coronavirus permet à tous de prendre à nouveau conscience de ce qu’est l’épidémie de Covid-19 en se rappelant quelques fondamentaux appris depuis mars 2019. Cela devrait être bien utile alors que la France se prépare à affronter une 5e vague de l’épidémie, annoncée comme « fulgurante ».

Premier rappel : l’importance des gestes barrière et du port du masque. Santé publique France a récemment tiré le signal d’alarme sur le relâchement de leur respect depuis l’été. Un relâchement qui a aussi atteint l’exécutif puisqu’on a vu, mardi 16 novembre en marge du congrès de l’Association des maires de France, Jean Castex et Gérald Darmanin, tout sourire et sans masque, serrer les mains de nombreux élus. Emmanuel Macron lui-même a plusieurs fois pris quelques libertés avec les règles sanitaires ces derniers mois. Le Premier ministre est à cet égard comme tous les Français, épuisés de devoir se masquer le visage et de se tenir à distance de leurs interlocuteurs. Et pourtant, ces gestes-là, si pénibles soient-ils, sont bel et bien capitaux dans la lutte contre le coronavirus.

Deuxième rappel : le vaccin n’empêche pas d’être contaminé. Contrairement à ce que Jean Castex, vacciné à l’Astrazeneca, avait dit en juillet – une personne doublement vaccinée « n’avait plus de chance d’attraper la maladie » si elle croisait une personne malade, selon lui – on peut être vacciné et contracter le Covid. Le vaccin empêche les formes graves de la maladie ; mais on peut parfaitement être contaminé et donc contaminant même en étant vacciné.

Ce n’est pas la première fois que Jean Castex commet une gaffe ; on se souvient de son passage en direct sur France 2 où il avait avoué benoîtement ne pas avoir téléchargé l’application StopCovid que le gouvernement promouvait matin, midi et soir comme indispensable pour freiner l’épidémie… Paradoxalement, le Covid de Jean Castex peut être un atout dans la communication du gouvernement pour annoncer un retour de restrictions sanitaires plus strictes. À l’image du Premier ministre, nous sommes nombreux à avoir un jour relâché notre vigilance, fait moins attention que d’habitude, ou même s’être cru protégé de tout une fois vacciné. À tort évidemment.

Pour affronter la 5e vague, à l’heure de nouvelles annonces et dans un contexte où les restrictions sont de plus en plus contestées partout en Europe, le gouvernement doit plus que jamais faire preuve d’humilité, convaincre les Français de revenir aux bases qui ont marché les fois précédentes, leur rappeler les bons gestes, leur expliquer l’importance du vaccin qui n’est pas l’alpha et l’oméga de la lutte contre l’épidémie mais reste notre meilleure arme pour surmonter l’épreuve qui vient.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 24 novembre 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan