Accéder au contenu principal

Le cas Castex

 

castex

D’aucuns y verront une coupable désinvolture avec les règles sanitaires imposées à tous les Français, d’autres ce sentiment de supériorité qui étreint nombre de politiques sur le ton du « faites ce que je dis pas ce que je fais », et les derniers, peut-être les plus indulgents et les plus nombreux, considéreront que l’erreur est humaine. En tout cas l’annonce, lundi soir, que le Premier ministre Jean Castex venait de contracter le coronavirus permet à tous de prendre à nouveau conscience de ce qu’est l’épidémie de Covid-19 en se rappelant quelques fondamentaux appris depuis mars 2019. Cela devrait être bien utile alors que la France se prépare à affronter une 5e vague de l’épidémie, annoncée comme « fulgurante ».

Premier rappel : l’importance des gestes barrière et du port du masque. Santé publique France a récemment tiré le signal d’alarme sur le relâchement de leur respect depuis l’été. Un relâchement qui a aussi atteint l’exécutif puisqu’on a vu, mardi 16 novembre en marge du congrès de l’Association des maires de France, Jean Castex et Gérald Darmanin, tout sourire et sans masque, serrer les mains de nombreux élus. Emmanuel Macron lui-même a plusieurs fois pris quelques libertés avec les règles sanitaires ces derniers mois. Le Premier ministre est à cet égard comme tous les Français, épuisés de devoir se masquer le visage et de se tenir à distance de leurs interlocuteurs. Et pourtant, ces gestes-là, si pénibles soient-ils, sont bel et bien capitaux dans la lutte contre le coronavirus.

Deuxième rappel : le vaccin n’empêche pas d’être contaminé. Contrairement à ce que Jean Castex, vacciné à l’Astrazeneca, avait dit en juillet – une personne doublement vaccinée « n’avait plus de chance d’attraper la maladie » si elle croisait une personne malade, selon lui – on peut être vacciné et contracter le Covid. Le vaccin empêche les formes graves de la maladie ; mais on peut parfaitement être contaminé et donc contaminant même en étant vacciné.

Ce n’est pas la première fois que Jean Castex commet une gaffe ; on se souvient de son passage en direct sur France 2 où il avait avoué benoîtement ne pas avoir téléchargé l’application StopCovid que le gouvernement promouvait matin, midi et soir comme indispensable pour freiner l’épidémie… Paradoxalement, le Covid de Jean Castex peut être un atout dans la communication du gouvernement pour annoncer un retour de restrictions sanitaires plus strictes. À l’image du Premier ministre, nous sommes nombreux à avoir un jour relâché notre vigilance, fait moins attention que d’habitude, ou même s’être cru protégé de tout une fois vacciné. À tort évidemment.

Pour affronter la 5e vague, à l’heure de nouvelles annonces et dans un contexte où les restrictions sont de plus en plus contestées partout en Europe, le gouvernement doit plus que jamais faire preuve d’humilité, convaincre les Français de revenir aux bases qui ont marché les fois précédentes, leur rappeler les bons gestes, leur expliquer l’importance du vaccin qui n’est pas l’alpha et l’oméga de la lutte contre l’épidémie mais reste notre meilleure arme pour surmonter l’épreuve qui vient.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 24 novembre 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio