Accéder au contenu principal

Sous la pression d'Omicron

omicron

Avec un nom qui fleure bon la science-fiction ou qui pourrait être celui d’un super-vilain dans un film de superhéros de Marvel, Omicron a fait souffler en quelques jours un vent de panique mondial, provoquant ici la suspension des vols en provenance d’Afrique du Sud et des pays d’Afrique australe et là, la fermeture de leurs frontières décidée préventivement par plusieurs pays. Il est encore trop tôt pour savoir si ce nouveau variant du coronavirus SARS-Cov-2 est plus contagieux et plus dangereux que le variant Delta auquel nous nous sommes habitués depuis un an. Mais une chose est sûre : l’apparition d’Omicron constitue pour la communauté internationale un sévère avertissement pour nous rappeler les caractéristiques de la pandémie de Covid-19.

Et la première d’entre elles est qu’il s’agit bien d’une épidémie mondiale contre laquelle il faut une stratégie mondiale. La fermeture des frontières décidée par certains pays – qui venaient d’ailleurs à peine de les rouvrir – pour rassurer à bon compte les populations, est à cet égard illusoire. Dans un monde globalisé et de plus connecté par des milliers de lignes aériennes, tout virus est amené à se déplacer. « Le virus ne connaît pas de frontières » avait d’ailleurs dit, à raison, Emmanuel Macron en avril 2020. Et le chef de l’Etat avait poursuivi en expliquant que « la gestion de cette crise appelle une réponse internationale forte, guidée par un impératif de solidarité et de responsabilité partagée. Seule une victoire totale, incluant pleinement l’Afrique, pourra venir à bout de cette pandémie. » Presque vingt mois plus tard, le constat vaut toujours car la situation n’a guère évolué.

Alors que les pays riches en sont à la dose de rappel dans leurs campagnes de vaccination, l’Afrique est à la traîne. En Afrique du Sud où est apparu Omicron, seuls 24 % de la population sont complètement vaccinés. Le mécanisme international Covax, fondé notamment par l’Alliance du vaccin et l’Organisation mondiale de la santé, et censé permettre à 92 États et territoires défavorisés de recevoir gratuitement des vaccins financés par des nations plus prospères, a péniblement franchi la barre des 500 millions de doses la semaine dernière. Quand 143 doses ont été administrées pour 100 habitants dans les pays à haut revenus, seulement 7 l’ont été dans les pays pauvres. Autant dire qu’avec une Afrique à ce point sous-vaccinée, le virus continuera à circuler et donc à muter en de nouveaux variants, potentiellement plus dangereux ou résistants aux vaccins. Se pose dès lors la question de la stratégie de la 3e dose au niveau mondial ou encore celle de la levée des brevets sur les vaccins.

Omicron nous rappelle également que nous sommes loin d’en avoir fini avec cette épidémie qui garde une part de mystère, et que la 5e vague épidémique qui frappe l’Europe pourrait, hélas, ne pas être la dernière. Cela conforte toute la stratégie de lutte contre la propagation du virus, patiemment bâtie au fil des mois : gestes barrière, pass sanitaire et évidemment vaccination constituent la porte de sortie, non seulement pour notre pays, mais surtout pour le monde.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mardi 30 novembre 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Retrouver confiance

Une grande majorité de Français est sans doute en mesure de raconter une mauvaise expérience vécue avec un artisan – certains en ont même fait des livres comme le prix Goncourt Jean-Paul Dubois avec son savoureux "Vous plaisantez M. Tanner". Un devis où des prestations connexes ont été "oubliées", un montant final à payer qui a subitement gonflé, mais aussi des prestations qui ne sont pas à la hauteur et qui imposeront plus tard de refaire ce qui a été mal fait, etc. Le sentiment de s’être fait arnaquer est d’autant plus fort lorsque l’appel à l’artisan s’est fait dans une situation d’urgence ou de faiblesse : une fuite d’eau qui menace d’importants dégâts un appartement, un accident qui prive l’usage de sa voiture, et bien sûr un problème de serrure qui vous bloque à l’extérieur de votre logement ou vous empêche de bien le fermer… Ces comportements ne sont bien évidemment pas ceux de tous les artisans, mais les agissements de quelques brebis galeuses nuisent à

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon