Accéder au contenu principal

IA, science et conscience

ai


C'est une révolution qui s'amorce et dont on ne mesure sans doute pas suffisamment les enjeux. Une révolution aussi importante que l'arrivée de l'imprimerie, de la machine à vapeur, celle de l'électricité ou de l'informatique, car elle transforme notre monde, ouvre des perspectives inédites pour l'humanité, et appelle dès à présent à relever de nouveaux défis. L'intelligence artificielle, puisque c'est d'elle dont il s'agit, n'en est qu'à ses débuts mais elle soulève déjà, particulièrement pour l'Europe et donc la France, de nombreuses questions politiques, éthiques, sociales, économiques, et de souveraineté numérique. L'intelligence artificielle, bâtie aujourd'hui sur des algorithmes fonctionnant avec les millions de données que nous produisons, suscite de l'inquiétude mais aussi de l'enthousiasme dans l'opinion, comme le montre le sondage Harris interactive réalisé pour Occitanie Data et Civiteo, dont nous publions les grandes lignes.

L'inquiétude, c'est celle, légitime, des citoyens de voir leurs données personnelles utilisées sans leur consentement, de façon opaque, transmises à des tiers publics ou privés pour des usages obscurs de ciblage publicitaire ou électoral, voire de surveillance. Les affaires de piratage de serveurs informatiques hébergeant des données confidentielles, le scandale Cambridge Analytica qui a touché des millions d'utilisateurs de Facebook, ou les projets de surveillance généralisée en Chine ou en Inde ont de quoi inquiéter.

Mais il y a aussi de l'enthousiasme chez ces mêmes citoyens, qui ne sont pas rétifs à la technologie et perçoivent bien l'intérêt de l'intelligence artificielle pour améliorer les transports, l'énergie, l'information ou la santé.

Dès lors, il convient de fixer un cadre dans lequel l'intelligence artificielle puisse se développer avec de solides garanties éthiques et de transparence. C'est tout le sens de la feuille de route de la nouvelle Commission européenne d'Ursula von der Leyen qui a fait du numérique un dossier prioritaire. Car l'Europe, face aux géants de la Tech américains et chinois, doit être en mesure de faire émerger ses champions technologiques et de porter une vision singulière de l'IA, conforme aux valeurs humanistes européennes. C'est aussi le sens de la stratégie française en faveur de l'intelligence artificielle qui, l'an passé, a placé ses objectifs sous le thème « L'IA au service de l'humain ». Et c'est aussi le sens, dans notre région, du nouvel institut de recherche toulousain Aniti, à la pointe de la recherche, et du travail d'Occitanie Data pour créer espace de confiance.

« Science sans conscience n'est que ruine de l'âme » disait Rabelais. L'intelligence artificielle est de ces avancées scientifiques qui ne peuvent se développer qu'avec une solide réflexion partagée sur les enjeux pour nos sociétés.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 23 octobre 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Champs de batailles

L'agriculture est-elle devenue un champ de bataille ? En tout cas, le débat houleux sur les pesticides, et plus particulièrement le glyphosate, concentre – au détriment souvent d'autres thématiques – tous les enjeux et les contradictions de notre époque autour de l'alimentation, de la lutte contre le réchauffement climatique et de la préservation de la biodiversité. Et le moins que l'on puisse dire est que les positions sont tranchées, frontales, quasi irréconciliables entre les défenseurs de l'environnement et de la santé publique d'un côté, les agriculteurs et les industriels de l'autre, et les agences sanitaires au milieu dont l'impartialité et l'indépendance ne sont pas au plus haut… Le débat est d'autant plus vif que les avis scientifiques autour desquels toutes les parties auraient pu logiquement se retrouver peinent à se frayer un chemin dans un débat public où les opinions surpassent les faits et où les infox des réseaux sociaux et les …

Symboles

La confirmation hier par la compagnie aérienne australienne Qantas qu'elle annulait la commande de huit Airbus A380 marque un nouveau revers pour le superjumbo du constructeur aéronautique européen. Un gros porteur dont la pérennité est désormais suspendue, sans beaucoup d'illusions, à une négociation avec la compagnie Emirates, qui avait passé une méga-commande de 36 A380. L'histoire semble désormais jouée et l'A380 va vraisemblablement – sauf surprise venue de Chine ou d'Inde – tirer bientôt sa révérence, devenant le symbole d'un terrible et douloureux échec commercial, mais aussi devenant une page importante de l'histoire aéronautique mondiale.

L'échec, c'est finalement celui d'un avion mal-né qui a accumulé les déconvenues au moment même où le paysage aérien mondial s'est retrouvé chamboulé. L'idée de départ était pourtant séduisante : le plus gros avion commercial du monde avec ses deux ponts, ses quatre réacteurs, capable d'em…

Responsabilité

Le retrait prochain des troupes américaines de Syrie, tel un jeu de dominos, a des répercussions profondes, dont le retour dans l'Hexagone de quelque 150 jihadistes français dont des familles jusqu'à présent détenus en Syrie et en Irak. Ainsi, la France vient d'être contrainte de changer de doctrine à leur égard. Jusqu'alors, en effet, le gouvernement français s'était toujours opposé à leur retour – sauf pour les mineurs –, estimant qu'ils devaient être jugés sur place et y purger leur peine, sous réserve de bénéficier d'un procès équitable. Désormais, le rapatriement de ces ressortissants français est inéluctable, fut-il facilité par des avions américains. Le retour de ces jihadistes constitue ainsi un véritable défi pour la France, mais aussi un casse-tête politique face à l'extrême sensibilité de l'opinion publique sur le sujet.

Car les Français restent durablement marqués par les attentats terroristes perpétrés par Daech sur notre sol, de l'…