Accéder au contenu principal

Fatale imprudence

« La moindre imprudence peut nous coûter la vie, et pire encore : la liberté » disait Jacques Mesrine. Xavier Dupont de Ligonnès n'a peut-être rien d'un braqueur multirécidiviste, mais il pourrait faire sienne cette phrase de l'ex-ennemi public n° 1 de la France des années 70, car il était devenu depuis 2011 l'homme le plus recherché de France pour le meurtre de sa femme Agnès et de ses quatre enfants, Arthur, Thomas, Anne et Benoît. Hier, en Ecosse, loin de Nantes où il vécut, il a d'évidence commis une fatale imprudence, en entamant un voyage en avion sans se douter qu'il était frappé par une dénonciation anonyme.

Xavier Dupont de Ligonnès, le principal suspect du terrible quadruple meurtre, a été arrêté hier à l'aéroport de Glasgow, confondu par ses empreintes digitales. Lui qui avait changé d'identité et d'apparence en recourant semble-t-il à la chirurgie esthétique, a été interpellé grâce à la part la plus intime et la plus unique de chaque individu, puisqu'il n'y a qu'une chance sur 64 milliards que deux personnes aient les mêmes empreintes.

Pendant huit années, Xavier Dupont de Ligonnès se sera joué des enquêteurs, baladés entre fausses pistes et témoignages fantaisistes. Mais pendant huit ans, gendarmes et policiers, français et étrangers via le réseau Interpol, n'ont jamais abandonné. Cette fin de cavale souligne aussi combien, dans l'ombre, loin des projecteurs, tous les jours, ces hommes et femmes poursuivent avec un grand professionnalisme et une détermination sans faille la traque des criminels.

Maintenant commence une autre étape dans cette affaire qui a passionné les Français ; maintenant vient le temps des questions. Comment De Ligonnès a-t-il pu berner tout le monde dans notre société où il est de plus en plus difficile de ne pas laisser de trace ? A-t-il bénéficié de complicité ? Qui a protégé sa fuite ? Qui l'a dénoncé et pourquoi ?

L'affaire Dupont de Ligonnès vient de connaître un spectaculaire et inattendu coup de théâtre, mais la pièce est loin d'être terminée…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 12 octobre 2019)

Des explications 

L'éditorial ci dessus a été publié dans l'édition du samedi 12 octobre dont l'édition a été bouclée vers 23h15 la veille. À ce moment-là, vendredi 11 octobre au soir, la rédaction a réalisé deux pages spéciales pour rendre compte de cet incroyable rebondissement dans l'affaire Dupont de Ligonnès : l'arrestation du principal suspect disparu depuis huit ans.
Comme la plupart des médias français abonnés aux dépêches de l'Agence France Presse (AFP) La Dépêche a relayé les informations fournies par cette dernière. L'AFP a ainsi annoncé l'arrestation de De Ligonnès sur la foi de 4 sources distinctes proches de l'enquête française. Des sources qui confirmaient que la police écossaise avait établi une correspondance entre les empreintes digitales de l'individu arrêté et celles de Xavier Dupont de Ligonnès.
La Dépêche a également constaté vendredi soir que des médias écossais avaient repris tardivement ces informations sur leurs sites internet sans émettre le moindre doute sur la véracité de cette information.
Cette correspondance des empreintes annoncée comme certaine a été mise en doute puis finalement infirmée par des tests ADN samedi 12 octobre, jetant un trouble légitime parmi les lecteurs face à cette information qui s'est donc avérée étonnée.
Malgré les précautions prises, la rédaction a donc relayé en toute bonne foi une information qui, de certaine, s'est avérée erronée. Nous le regrettons vivement. Cette séquence nous invite à redoubler de vigilance à l'avenir pour préserver la qualité de nos informations et la confiance que vous nous témoignez. 

Posts les plus consultés de ce blog

Retrouver confiance

Une grande majorité de Français est sans doute en mesure de raconter une mauvaise expérience vécue avec un artisan – certains en ont même fait des livres comme le prix Goncourt Jean-Paul Dubois avec son savoureux "Vous plaisantez M. Tanner". Un devis où des prestations connexes ont été "oubliées", un montant final à payer qui a subitement gonflé, mais aussi des prestations qui ne sont pas à la hauteur et qui imposeront plus tard de refaire ce qui a été mal fait, etc. Le sentiment de s’être fait arnaquer est d’autant plus fort lorsque l’appel à l’artisan s’est fait dans une situation d’urgence ou de faiblesse : une fuite d’eau qui menace d’importants dégâts un appartement, un accident qui prive l’usage de sa voiture, et bien sûr un problème de serrure qui vous bloque à l’extérieur de votre logement ou vous empêche de bien le fermer… Ces comportements ne sont bien évidemment pas ceux de tous les artisans, mais les agissements de quelques brebis galeuses nuisent à

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio