Accéder au contenu principal

Tournant

internet


En 1943, le PDG d'IBM Thomas Watson assurait « Je pense qu'il y a un marché mondial pour environ cinq ordinateurs. » Une phrase restée comme l'une des prédictions erronées parmi les plus célèbres, car le grand patron n'avait pas su voir le potentiel de ses machines. Le 29 octobre 1969, les chercheurs de l'université de Californie à Los Angeles, qui venaient d'échanger pour la première fois un message entre leur ordinateur et celui de leurs collègues de Stanford, auraient pu tout aussi bien affirmer qu'un tel échange ne resterait que dans le cercle universitaire. Ils s'en sont bien gardés et l'avenir leur a donné raison car leur exploit constituait le premier acte de la naissance d'internet.

Cinquante ans plus tard, internet connecte la moitié de l'humanité et s'est grandement éloigné des idéaux des pères fondateurs – le partage, l'échange, la gratuité, la collaboration – pour devenir non pas un village global mais un archipel d'espaces numériques qui ont amplifié la mondialisation. Car il y a finalement autant d'internets que de territoires ; territoires géographiques, linguistiques, culturels. Mais «si les conversations sont plurielles, les plateformes sont globales, et souvent américaines », relevait le chercheur Frédéric Martel, auteur de « Smart : enquête sur les internets » (Ed. Stock). Et de fait la fragmentation d'internet s'est aussi accompagnée de l'émergence des réseaux sociaux, de la plateformisation des usages.

Les sociétés qui en détiennent aujourd'hui les clés, les fameuses GAFAM (Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft), ont atteint des valorisations boursières jamais vues et une puissance telle qu'elles rivalisent avec les Etats au point de devenir dangereuses pour les démocraties. D'un côté, on a, en effet, des Etats avec des lois ; de l'autre des sociétés passées maîtresses dans l'art de l'optimisation fiscale pour payer le moins d'impôts possible, et qui fonctionnent avec des règles d'utilisation particulièrement opaques.

Jusqu'à présent, au nom de l'innovation ou du développement économique, ces géants du Net ont rencontré très peu d'obstacles. Les choses sont en train de changer, notamment depuis que Facebook a affiché sa volonté de lancer Libra, une monnaie virtuelle forcément concurrente des monnaies nationales dont la frappe est la fonction régalienne des Etats. Les pays du G7, sous présidence française, viennent de dire non à la cryptomonnaie. Le G20 soutient l'idée de la taxation du numérique. Aux Etats-Unis, le débat sur un démantèlement de Facebook ou Google s'invite dans la campagne présidentielle. En Europe, la prochaine Commission européenne a fait du numérique l'un de ses premiers chantiers avec la volonté de réguler très strictement le secteur avec des procédures pour anticoncurrence.

En mettant sous pression les géants du numérique, et en assurant ainsi que personne n'est au-dessus des lois, les Etats jouent finalement leur rôle de défenseur de l'intérêt général et, aussi, de l'idée qu'internet doit rester un espace ouvert. Clairement, un tournant.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 21 octobre 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Pollueurs payeurs

  C’est une scène que malheureusement chacun d’entre nous a un jour vécue. Une promenade dans la nature et l’on tombe sur des monticules de déchets entassés là en toute illégalité : au mieux des déchets verts, au pire des gravats de chantiers, des appareils électroménagers ou tout simplement des ordures ménagères. Ce fléau des décharges sauvages a pris des proportions considérables et inquiétantes pour la pollution des sols qu’elles engendrent, alors même que les Français, paradoxalement, mettent l’environnement aux premiers rangs de leurs préoccupations. En 2020 en France, 80 000 tonnes de déchets ont ainsi échoué dans la nature dans quelque 600 dépôts illégaux. Et il est toujours aussi difficile pour les élus locaux de lutter contre ce phénomène qui recouvre de multiples pratiques. Chacun d’ailleurs garde en mémoire le décès du maire de Signes (Var), renversé le 5 août 2019 par une camionnette dont les occupants, que l’élu voulait verbaliser, avaient jeté des gravats en bord de route

Avant/Après

La pandémie de Covid-19 aura profondément bouleversé le marché de l’immobilier comme le secteur du BTP. Certes, avant l’arrivée du coronavirus fin 2019, l’immobilier était déjà au ralenti depuis quelques mois avec notamment le durcissement des conditions de crédit, mais l’irruption de la pandémie l’avait stoppé net avec le brutal et totalement inédit confinement du printemps : chantiers de construction à l’arrêt, agences fermées faute de pouvoir organiser des visites, crédits immobiliers mis sur pause, etc. Le second confinement dont nous venons tout juste de sortir aura été beaucoup moins paralysant. Les états des lieux, les signatures de compromis et d’actes de vente ont pu se faire. Le marché immobilier a ainsi mieux résisté et on assiste à une stabilisation des prix dans les dix plus grandes villes de France. Pour autant, on ne reviendra pas à la situation du monde d’avant car les deux confinements ont sensiblement modifié l’appréhension de l’immobilier par les Français. L’assignat

Kafka va au ski

La station La Molina en Espagne Mi-novembre, un article du grand journal allemand Die Zeit ironisait sur l’« Absurdistan autoritaire » imposé, selon lui, par le gouvernement français à ses concitoyens. « Le verrouillage de la France est si répressif que même les règles sensées tombent en discrédit », écrivait Annika Joeres.Auto-attestations de sortie obligatoires uniques en Europe, contradictions dans les autorisations ou interdictions de vente de certains produits comme les livres dans les supermarchés ou les sapins de Noël, décisions de santé publique prises de façon monarchique par le président de la République en Conseil de défense, Etat d’urgence sanitaire sans cesse prolongé, etc. La charge était sévère et sans doute un peu injuste puisque le confinement à la française a eu au final des effets bien réels pour freiner la circulation du virus et diminuer les hospitalisations… alors que l’Allemagne est en plus mauvaise posture actuellement. C’est dans ce contexte que le chef de l’E