Accéder au contenu principal

Tournant

internet


En 1943, le PDG d'IBM Thomas Watson assurait « Je pense qu'il y a un marché mondial pour environ cinq ordinateurs. » Une phrase restée comme l'une des prédictions erronées parmi les plus célèbres, car le grand patron n'avait pas su voir le potentiel de ses machines. Le 29 octobre 1969, les chercheurs de l'université de Californie à Los Angeles, qui venaient d'échanger pour la première fois un message entre leur ordinateur et celui de leurs collègues de Stanford, auraient pu tout aussi bien affirmer qu'un tel échange ne resterait que dans le cercle universitaire. Ils s'en sont bien gardés et l'avenir leur a donné raison car leur exploit constituait le premier acte de la naissance d'internet.

Cinquante ans plus tard, internet connecte la moitié de l'humanité et s'est grandement éloigné des idéaux des pères fondateurs – le partage, l'échange, la gratuité, la collaboration – pour devenir non pas un village global mais un archipel d'espaces numériques qui ont amplifié la mondialisation. Car il y a finalement autant d'internets que de territoires ; territoires géographiques, linguistiques, culturels. Mais «si les conversations sont plurielles, les plateformes sont globales, et souvent américaines », relevait le chercheur Frédéric Martel, auteur de « Smart : enquête sur les internets » (Ed. Stock). Et de fait la fragmentation d'internet s'est aussi accompagnée de l'émergence des réseaux sociaux, de la plateformisation des usages.

Les sociétés qui en détiennent aujourd'hui les clés, les fameuses GAFAM (Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft), ont atteint des valorisations boursières jamais vues et une puissance telle qu'elles rivalisent avec les Etats au point de devenir dangereuses pour les démocraties. D'un côté, on a, en effet, des Etats avec des lois ; de l'autre des sociétés passées maîtresses dans l'art de l'optimisation fiscale pour payer le moins d'impôts possible, et qui fonctionnent avec des règles d'utilisation particulièrement opaques.

Jusqu'à présent, au nom de l'innovation ou du développement économique, ces géants du Net ont rencontré très peu d'obstacles. Les choses sont en train de changer, notamment depuis que Facebook a affiché sa volonté de lancer Libra, une monnaie virtuelle forcément concurrente des monnaies nationales dont la frappe est la fonction régalienne des Etats. Les pays du G7, sous présidence française, viennent de dire non à la cryptomonnaie. Le G20 soutient l'idée de la taxation du numérique. Aux Etats-Unis, le débat sur un démantèlement de Facebook ou Google s'invite dans la campagne présidentielle. En Europe, la prochaine Commission européenne a fait du numérique l'un de ses premiers chantiers avec la volonté de réguler très strictement le secteur avec des procédures pour anticoncurrence.

En mettant sous pression les géants du numérique, et en assurant ainsi que personne n'est au-dessus des lois, les Etats jouent finalement leur rôle de défenseur de l'intérêt général et, aussi, de l'idée qu'internet doit rester un espace ouvert. Clairement, un tournant.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 21 octobre 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan