Accéder au contenu principal

Nouvelle prohibition

votersforanimalrights


La décision de la ville de New York était attendue sans illusion par les producteurs. L'interdiction du foie gras votée hier dans la mégalopole américaine n'est donc pas une surprise, d'autant qu'elle fait suite à une autre interdiction prise en Californie. Et pourtant, cette décision, pour symbolique qu'elle soit, interroge car elle intervient dans un contexte particulier où les positions des uns et des autres se sont radicalisées au point d'être irréconciliables.

D'un côté, nous avons donc les défenseurs de la cause animale. Né dans les années 70 le mouvement antispéciste, c'est-à-dire ce courant de pensée philosophique et moral qui refuse de placer l'Homme au-dessus des autres espèces animales, est sorti de la confidentialité au fur et à mesure que se sont développés le végétarisme, le véganisme et la prise en compte du bien-être animal. Les divers scandales sanitaires qui ont touché l'agroalimentaire ces dernières années, les vidéos terribles des conditions d'élevage qui ont inondé les réseaux sociaux, mais aussi les nouveaux modes de vie et la volonté de surveiller davantage la provenance et la qualité des produits que l'on mange ont fait que la souffrance animale est devenue un important enjeu de société, ce dont on ne peut que se réjouir. Le foie gras, qui reste un produit de luxe, y ajoute aussi un côté lutte des classes susceptible de mobiliser un peu plus. Les associations comme Peta ou L214, passées maîtresses dans l'art du buzz, ont donc le vent en poupe pour peser sur le débat public. Elles ont le mérite d'avoir posé sur la table des problématiques qui étaient trop souvent tues et alimenté un vrai débat, qui quelquefois dérape en actions violentes.

De l'autre côté, nous avons des producteurs qui, pour la grande majorité, subissent les conséquences des mauvais comportements d'une minorité d'entre eux. Se conformant scrupuleusement à la loi, ces producteurs ont souvent au fil des ans revu leur façon de travailler, amélioré leur façon de traiter leur élevage, pris en compte le bien-être animal tout simplement pour répondre aux demandes des consommateurs. Ils vivent donc d'autant plus mal les critiques et cet insupportable agri-bashing qui fait des éleveurs et des paysans des boucs émissaires bien commodes.

Hier, la ville de New York a concédé la victoire, fort politique, aux premiers au détriment des seconds. Mais il s'agit d'une victoire à la Pyrrhus car en interdisant le foie gras, les élus new-yorkais prennent le risque de voir se développer des filières clandestines peu reluisantes qui n'ont que faire du bien-être des palmipèdes. Comme avec l'alcool dans les années 20, on sait d'expérience les limites de telles prohibitions… En attendant, peut-être, New York verra se rouvrir des speakeasy où les gourmets, à l'abri des regards, savoureront le foie gras, ce « suave mets, poids éperdu de nos délices » que chantait Pablo Neruda, dont l'« harmonie joue des cymbales sur nos langues et nous traverse tout entier d'un long frisson de volupté. »

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 31 octobre 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio