Accéder au contenu principal

La tête et le cœur



En début d'année, Emmanuel Macron et Angela Merkel, fragilisés sur leur scène intérieure, entendaient bien redonner de la vigueur à la relation entre la France et l'Allemagne, en signant le traité d'Aix-la-Chapelle. Contesté dans les deux pays par l'extrême droite, qui y voyait une perte de souveraineté nationale, ce nouveau traité – qui prolongeait celui de l'Elysée conclu en 1963 entre de Gaulle et Adenauer – était censé renforcer la relation franco-allemande et envoyer un message de soutien à la construction européenne malmenée par la poussée des populistes et extrémistes. Politiques économique, étrangère, de défense, Assemblée parlementaire commune : le champ des collaborations était ambitieux.

Las, neuf mois plus tard, et après des élections européennes surtout marquées par une poussée verte, Emmanuel Macron et Angela Merkel apparaissent toujours fragilisés. Affectée par des interrogation sur sa santé, la chancelière Merkel, qui se prépare à laisser son poste à l'automne 2021, voit son pays confronté à un ralentissement économique et une crise identitaire inédite. Surfant sur la crise migratoire, l'extrême droite a fait son entrée au Bundestag et le pays a découvert la semaine dernière la violence de militants néonazis qui visaient une synagogue à Halle. À quelques jours du 30e anniversaire de la chute du Mur et de la réunification allemande, le pays doute de lui-même.

En France, la situation n'est guère meilleure pour Emmanuel Macron, confronté lui aussi à une extrême droite forte et à la crise sociale inédite des Gilets jaunes qui perdure. Le jeune président farouchement pro-européen n'a pas réussi à faire du groupe libéral Renaissance le pivot du Parlement et le fer de lance d'une nouvelle politique européenne, son ex-ministre gaffeuse Nathalie Loiseau n'a pas été en mesure d'en prendre la tête, et la candidature de Sylvie Goulard à la future Commission européenne a été massivement rejetée sur des questions d'éthique…

Dans ce contexte, le Conseil des ministres franco-allemand qui se tient aujourd'hui à Toulouse, ne peut être pour les deux dirigeants que l'occasion de rebondir afin de retrouver le souffle historique qui cimente au-delà des aléas politiques la relation franco-allemande. De Gaulle et Adenauer, Kohl et Mitterrand ont su surmonter craintes et différences pour transformer la défiance en confiance, la rivalité en amitié, et pour contribuer à lancer les grands projets aéronautique (Airbus), spatial (Ariane) ou éducatif (Erasmus). C'est cet état d'esprit-là qu'Emmanuel Macron et Angela Merkel doivent retrouver en repensant à ce que disait Victor Hugo : « La France et l'Allemagne sont essentiellement l'Europe. L'Allemagne est le cœur ; la France est la tête. »

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 16 octobre 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Pollueurs payeurs

  C’est une scène que malheureusement chacun d’entre nous a un jour vécue. Une promenade dans la nature et l’on tombe sur des monticules de déchets entassés là en toute illégalité : au mieux des déchets verts, au pire des gravats de chantiers, des appareils électroménagers ou tout simplement des ordures ménagères. Ce fléau des décharges sauvages a pris des proportions considérables et inquiétantes pour la pollution des sols qu’elles engendrent, alors même que les Français, paradoxalement, mettent l’environnement aux premiers rangs de leurs préoccupations. En 2020 en France, 80 000 tonnes de déchets ont ainsi échoué dans la nature dans quelque 600 dépôts illégaux. Et il est toujours aussi difficile pour les élus locaux de lutter contre ce phénomène qui recouvre de multiples pratiques. Chacun d’ailleurs garde en mémoire le décès du maire de Signes (Var), renversé le 5 août 2019 par une camionnette dont les occupants, que l’élu voulait verbaliser, avaient jeté des gravats en bord de route

Avant/Après

La pandémie de Covid-19 aura profondément bouleversé le marché de l’immobilier comme le secteur du BTP. Certes, avant l’arrivée du coronavirus fin 2019, l’immobilier était déjà au ralenti depuis quelques mois avec notamment le durcissement des conditions de crédit, mais l’irruption de la pandémie l’avait stoppé net avec le brutal et totalement inédit confinement du printemps : chantiers de construction à l’arrêt, agences fermées faute de pouvoir organiser des visites, crédits immobiliers mis sur pause, etc. Le second confinement dont nous venons tout juste de sortir aura été beaucoup moins paralysant. Les états des lieux, les signatures de compromis et d’actes de vente ont pu se faire. Le marché immobilier a ainsi mieux résisté et on assiste à une stabilisation des prix dans les dix plus grandes villes de France. Pour autant, on ne reviendra pas à la situation du monde d’avant car les deux confinements ont sensiblement modifié l’appréhension de l’immobilier par les Français. L’assignat

Kafka va au ski

La station La Molina en Espagne Mi-novembre, un article du grand journal allemand Die Zeit ironisait sur l’« Absurdistan autoritaire » imposé, selon lui, par le gouvernement français à ses concitoyens. « Le verrouillage de la France est si répressif que même les règles sensées tombent en discrédit », écrivait Annika Joeres.Auto-attestations de sortie obligatoires uniques en Europe, contradictions dans les autorisations ou interdictions de vente de certains produits comme les livres dans les supermarchés ou les sapins de Noël, décisions de santé publique prises de façon monarchique par le président de la République en Conseil de défense, Etat d’urgence sanitaire sans cesse prolongé, etc. La charge était sévère et sans doute un peu injuste puisque le confinement à la française a eu au final des effets bien réels pour freiner la circulation du virus et diminuer les hospitalisations… alors que l’Allemagne est en plus mauvaise posture actuellement. C’est dans ce contexte que le chef de l’E