Accéder au contenu principal

Défiance

linky


Quatre ans après le début de leur déploiement en France, les compteurs électriques communicants Linky suscitent toujours autant de questions, de méfiance et, parfois, de franches oppositions, dans les familles, dans les médias et devant les tribunaux. À deux ans de l'échéance d'installation de 35 millions de ces compteurs vert-jaune, qui doivent permettre à la France, à l'instar d'autres pays européens, de bâtir un réseau électrique performant et de mieux maîtriser la consommation, la polémique n'en finit toujours pas de durer. Ni les explications pourtant nombreuses d'Enedis, ni les études scientifiques ne parviennent à contenir une défiance populaire qui s'est installée durablement et qui pose question sur l'état de notre société.

D'un côté, plusieurs études scientifiques ont montré l'innocuité des compteurs Linky sur la santé humaine et l'absence de lien de causalité entre l'installation d'un compteur et des pathologies attribuées à une hypersensibilité aux champs électromagnétiques. Dernière étude en date, celle de l'Agence nationale des fréquences (ANFR). Mais les arguments des scientifiques, aussi documentés et vérifiables soient-ils, ne semblent plus suffisants aux yeux d'une opinion prise de doutes et marquée par de récents scandales sanitaires qui ont mis à mal le discours des autorités et des politiques… Comme pour les vaccins ou le réchauffement climatique, les scientifiques voient ainsi leur parole sans cesse mise en doute, et les faits précis qu'ils présentent mis sur le même plan que des opinions ; ces dernières étant démultipliées et amplifiées sans retenue sur les réseaux sociaux…

De l'autre côté, des particuliers de bonne foi mais aussi certaines communes saisissent la justice pour empêcher l'installation des compteurs Linky, réalisée parfois à la hussarde par des sous-traitants. Au nom du principe de précaution concernant la santé, ils réclament un moratoire, estimant qu'il faut poursuivre les recherches. Dans plusieurs cas, des tribunaux ont suivi les requérants détenteurs de certificats médicaux, quand d'autres juridictions les ont déboutés, selon que la causalité juridique l'emporte ou non sur la causalité scientifique. Ces jugements qui sèment le trouble s'appuient sur une décision de la Cour de cassation de 2008, selon laquelle une victime peut être indemnisée même sans certitude scientifique.

Après quatre ans de polémiques, peut-on passer de la défiance à la confiance ? Développer un réseau électrique performant indispensable et en même temps tenir compte de la souffrance, réelle, de nombreux Français ? Pour cela il appartient sans doute au gouvernement, comme il avait su le faire en 2009 avec le Grenelle des ondes, d'installer les conditions d'un dialogue transparent qui apporte de la sérénité et des garanties à toutes les parties.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 17 octobre 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette…

Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la tête …

Question de dignité

Les autorités françaises doivent mettre fin au problème de surpopulation dans les prisons et aux conditions de détention dégradantes". Les mots sont cinglants pour la patrie des Droits de l’Homme, mais ils ont été, d’évidence, largement sous-pesés par la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) qui vient de rendre cette semaine un arrêt sévère contre la France. Saisie par 32 détenus des centres pénitentiaires de Ducos (Martinique), Faa’a Nuutania (Polynésie française), Baie-Mahault (Guadeloupe) ainsi que des maisons d’arrêt de Nîmes, Nice et Fresnes, l’instance européenne n’a pu que constater que les détenus "ont, pour la majorité d’entre eux, disposé d’un espace personnel inférieur à la norme minimale requise de 3 m2 pendant l’intégralité de leur détention, situation aggravée par l’absence d’intimité dans l’utilisation des toilettes." Certes, la CEDH n’entend pas dicter la politique pénale de la France, mais elle suggère "la refonte du mode de calcul de la ca…

Jospinisation

Les quelque 17 milliards de mesures en faveur du pouvoir d’achat débloqués par Emmanuel Macron pour éteindre la crise des Gilets jaunes n’auront donc pas suffi à décoller l’étiquette de « Président des riches» qui colle à la peau du locataire de l’Elysée depuis le début du quinquennat, lorsque la majorité avait baissé les aides aux logements et supprimé le très symbolique impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Non seulement, le mouvement de grogne sociale inédit perdure de samedi en samedi, mais les Français n’ont pas perçu d’amélioration tangible de leur pouvoir d’achat. Une perception sur laquelle l’OFCE vient de mettre des chiffres dans sa dernière étude sur l’impact des mesures du budget 2020. Certes, 70% des ménages devraient voir leur pouvoir d’achat augmenter cette année, mais les grands gagnants, qui vont profiter le plus des réformes menées par le gouvernement, sont bel et bien les classes moyennes supérieures. Pire, 5% des ménages les plus modestes vont voir leur niveau …