Accéder au contenu principal

Ensemble

chirac


L'émotion qui étreint les Français depuis l'annonce jeudi du décès de leur ancien Président Jacques Chirac a surpris par son ampleur ce week-end. L'hommage populaire voulu par la famille aux Invalides a, en effet, dépassé les attentes avec quelque 7 000 personnes venues s'incliner devant la dépouille de l'ancien chef de l'Etat jusqu'à tard dans la nuit. Cette ferveur, largement relayée sur les réseaux sociaux ou sur les chaînes d'information en continu, en a même agacé certains, goûtant peu que la mort de Jacques Chirac vire parfois à la chiracomania sans recul et éclipse toute autre actualité comme l'incendie de l'usine chimique de Rouen.

Si le décès de Jacques Chirac a pris autant d'ampleur, c'est parce qu'il illustre deux faits majeurs sur lesquels les Français s'accordent.

Le premier est que la disparition de Jacques Chirac est aussi celle d'une époque, presque d'un monde, « le monde d'hier » selon l'expression de Stefan Zweig. Un monde où les carrières politiques se construisaient sur plusieurs années, où un Président avait, avant de s'installer à l'Elysée, un très long parcours d'élu de terrain – voire de terroir – blanchi sous le harnais, fait de succès et d'échecs, de trahisons et de résurrections, de traversées du désert et de revirements. Jacques Chirac a été la quintessence de ces politiciens-là, le dernier Président « à l'ancienne » avec lequel la passion de la politique dévorait tout, une personnalité hors normes devenue familière, presque familiale pour plusieurs générations.

À l'heure de dire adieu à Jacques Chirac on repense alors au roman de Lampedusa : « Nous fûmes les guépards, les lions ; ceux qui nous remplaceront seront les petits chacals, les hyènes »… Le guépard Chirac s'en va, le vieux fauve laisse place, pour beaucoup, à une certaine nostalgie.

La seconde raison pour laquelle les Français se retrouvent autour de Jacques Chirac, c'est finalement leur immense besoin d'être ensemble, de faire nation. « Une nation est une âme, un principe spirituel » expliquait en 1882 Ernest Renan. « L'une est dans le passé, l'autre dans le présent. L'une est la possession en commun d'un riche legs de souvenirs ; l'autre est le consentement actuel, le désir de vivre ensemble, la volonté de continuer à faire valoir l'héritage qu'on a reçu indivis. »

Aux Invalides comme à Saint-Sulpice, à Paris comme en Corrèze, Jacques Chirac nous laisse au final en héritage ce message de rassemblement, sans lequel rien n'est possible pour une nation.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mardi 1er octobre 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Champs de batailles

L'agriculture est-elle devenue un champ de bataille ? En tout cas, le débat houleux sur les pesticides, et plus particulièrement le glyphosate, concentre – au détriment souvent d'autres thématiques – tous les enjeux et les contradictions de notre époque autour de l'alimentation, de la lutte contre le réchauffement climatique et de la préservation de la biodiversité. Et le moins que l'on puisse dire est que les positions sont tranchées, frontales, quasi irréconciliables entre les défenseurs de l'environnement et de la santé publique d'un côté, les agriculteurs et les industriels de l'autre, et les agences sanitaires au milieu dont l'impartialité et l'indépendance ne sont pas au plus haut… Le débat est d'autant plus vif que les avis scientifiques autour desquels toutes les parties auraient pu logiquement se retrouver peinent à se frayer un chemin dans un débat public où les opinions surpassent les faits et où les infox des réseaux sociaux et les …

Symboles

La confirmation hier par la compagnie aérienne australienne Qantas qu'elle annulait la commande de huit Airbus A380 marque un nouveau revers pour le superjumbo du constructeur aéronautique européen. Un gros porteur dont la pérennité est désormais suspendue, sans beaucoup d'illusions, à une négociation avec la compagnie Emirates, qui avait passé une méga-commande de 36 A380. L'histoire semble désormais jouée et l'A380 va vraisemblablement – sauf surprise venue de Chine ou d'Inde – tirer bientôt sa révérence, devenant le symbole d'un terrible et douloureux échec commercial, mais aussi devenant une page importante de l'histoire aéronautique mondiale.

L'échec, c'est finalement celui d'un avion mal-né qui a accumulé les déconvenues au moment même où le paysage aérien mondial s'est retrouvé chamboulé. L'idée de départ était pourtant séduisante : le plus gros avion commercial du monde avec ses deux ponts, ses quatre réacteurs, capable d'em…

Responsabilité

Le retrait prochain des troupes américaines de Syrie, tel un jeu de dominos, a des répercussions profondes, dont le retour dans l'Hexagone de quelque 150 jihadistes français dont des familles jusqu'à présent détenus en Syrie et en Irak. Ainsi, la France vient d'être contrainte de changer de doctrine à leur égard. Jusqu'alors, en effet, le gouvernement français s'était toujours opposé à leur retour – sauf pour les mineurs –, estimant qu'ils devaient être jugés sur place et y purger leur peine, sous réserve de bénéficier d'un procès équitable. Désormais, le rapatriement de ces ressortissants français est inéluctable, fut-il facilité par des avions américains. Le retour de ces jihadistes constitue ainsi un véritable défi pour la France, mais aussi un casse-tête politique face à l'extrême sensibilité de l'opinion publique sur le sujet.

Car les Français restent durablement marqués par les attentats terroristes perpétrés par Daech sur notre sol, de l'…