Accéder au contenu principal

Inflammable

assemblee


Régulièrement, Emmanuel Macron rappelle pour s'en désoler combien la parole officielle est devenue inaudible, combien les scientifiques peinent à être entendus et combien, a contrario, les fake news, les idées fausses pullulent sur les réseaux sociaux. Dans ces conditions fallait-il organiser à la va-vite un débat sur l'immigration au Parlement sans que ce dernier ne débouche sur un vote ? À l'heure où l'agenda parlementaire est surchargé fallait-il rajouter une telle séquence ? Enfin, y avait-il une impérieuse urgence à aborder ce thème qui – les sondages l'ont montré – n'est pas la priorité n° 1 des Français face au pouvoir d'achat ? Car s'il est un sujet qui concentre tous les fantasmes, toutes les approximations, toutes les contrevérités, tous les mensonges, toutes les peurs, toutes les haines, c'est bien celui de l'immigration.

Des anathèmes colportées depuis 40 ans par l'extrême droite – Front puis Rassemblement national dont c'est le fonds de commerce – aux élucubrations proférées par quelque Cassandre médiatiques xénophobes adeptes d'un illusoire Grand remplacement, l'immigration est devenue un sujet inflammable. Tellement inflammable que certains politiques ont cédé à la tentation de la surenchère démagogique pour de cyniques fins électoralistes ; sans que cela ne soit d'ailleurs couronné de succès. On se souvient, entre autres, du « bruit et l'odeur » de Jacques Chirac ou de la création du ministère de l'immigration et de l'identité nationale par Nicolas Sarkozy. Emmanuel Macron cède-t-il lui aussi à ces travers, au nom d'une triangulation politique, cette stratégie qui consiste à puiser dans les mots de l'adversaire pour le déstabiliser, quitte à renier son propre ADN ? On est en droit de s'interroger, car lorsque le Président oppose les « bourgeois qui ne croient pas à l'immigration » et « les plus pauvres qui en sont le réceptacle », il reprend peu ou prou le discours binaire d'une Marine Le Pen ou d'un Eric Zemmour.

Pour autant, là où le chef de l'Etat a parfaitement raison, c'est qu'il ne faut pas éviter la discussion sur l'immigration. Sachant, comme le disait Tocqueville, qu' « une idée fausse mais claire et précise, aura toujours plus de puissance dans le monde qu'une idée vraie mais complexe », il convient d'aborder l'immigration, éminemment complexe, de façon sérieuse, apaisée, en se basant sur des faits, des statistiques précises comme celles d'Eurostat. C'est là la meilleure façon de bâtir – en lien avec nos voisins européens – des réponses en termes d'accueil, d'asile, d'intégration ; de construire des politiques qui tiennent compte des dérives et des abus s'ils existent, et qui regardent avec sang-froid et bienveillance les besoins qui s'expriment différemment dans nos territoires, avec à l'esprit la tradition humaniste d'accueil qui est historiquement celle de la France.

Car si on cite souvent Michel Rocard et son fameux « La France ne peut pas accueillir toute la misère du monde… », certains oublient souvent la :suite « mais elle doit savoir en prendre fidèlement sa part ».

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 7 octobre 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Champs de batailles

L'agriculture est-elle devenue un champ de bataille ? En tout cas, le débat houleux sur les pesticides, et plus particulièrement le glyphosate, concentre – au détriment souvent d'autres thématiques – tous les enjeux et les contradictions de notre époque autour de l'alimentation, de la lutte contre le réchauffement climatique et de la préservation de la biodiversité. Et le moins que l'on puisse dire est que les positions sont tranchées, frontales, quasi irréconciliables entre les défenseurs de l'environnement et de la santé publique d'un côté, les agriculteurs et les industriels de l'autre, et les agences sanitaires au milieu dont l'impartialité et l'indépendance ne sont pas au plus haut… Le débat est d'autant plus vif que les avis scientifiques autour desquels toutes les parties auraient pu logiquement se retrouver peinent à se frayer un chemin dans un débat public où les opinions surpassent les faits et où les infox des réseaux sociaux et les …

Le revers de la médaille

Les gagnants de la seconde édition du Loto du patrimoine ont été dévoilés mardi par le ministre de la Culture Franck Riester. 103 projets ont ainsi été retenus sur 835 candidats, et s'ajoutent aux dix-huit déjà annoncés en mars dernier. Cette multiplication de candidatures, cet engouement populaire souligne, si besoin en était, l'attachement des Français à leur patrimoine. Un attachement que l'on mesure d'ailleurs chaque année en septembre lors des Journées du patrimoine – initiative française lancée en 1984 et devenue depuis européenne – qui battent à chaque édition des records de fréquentation. Attachement au patrimoine que l'on retrouve de la même façon lors des émissions de radio ou de télévision consacrées à l'histoire et aux monuments, qui apportent régulièrement de très belles audiences aux chaînes.

Enfin, l'attachement des Français au patrimoine a connu un retentissant éclat lors de l'incendie du toit de Notre-Dame de Paris. L'élan de génér…

Les armes dans la peau

Coup sur coup deux nouvelles fusillades ont été perpétrées ce week-end aux états-Unis. Deux tueries de masse qui ont fait des dizaines de morts et de blessés et qui portent leur nombre, terrible, à 251 depuis le début de l'année 2019, selon un décompte de l'association Gun Violence Archive. Autrement dit, peu ou prou, il ne se passe pas un jour outre-Atlantique sans que des innocents, hommes, femmes, enfants, ne soient tués par balle, que ce soit par des déséquilibrés, des militants suprémacistes blancs, des adeptes de l'état islamique ou tout simplement des citoyens lambda qui décident de régler leurs problèmes par arme à feu. Dans n'importe quel pays au monde, la répétition de tels drames déboucherait sur une prise de conscience collective et, surtout, sur des changements législatifs profonds pour que cela ne se reproduise plus. Pas aux états-Unis.

Ce grand pays a, d'évidence, les armes dans la peau, d'autant plus que leur usage est inscrit noir sur blanc da…