Accéder au contenu principal

Inflammable

assemblee


Régulièrement, Emmanuel Macron rappelle pour s'en désoler combien la parole officielle est devenue inaudible, combien les scientifiques peinent à être entendus et combien, a contrario, les fake news, les idées fausses pullulent sur les réseaux sociaux. Dans ces conditions fallait-il organiser à la va-vite un débat sur l'immigration au Parlement sans que ce dernier ne débouche sur un vote ? À l'heure où l'agenda parlementaire est surchargé fallait-il rajouter une telle séquence ? Enfin, y avait-il une impérieuse urgence à aborder ce thème qui – les sondages l'ont montré – n'est pas la priorité n° 1 des Français face au pouvoir d'achat ? Car s'il est un sujet qui concentre tous les fantasmes, toutes les approximations, toutes les contrevérités, tous les mensonges, toutes les peurs, toutes les haines, c'est bien celui de l'immigration.

Des anathèmes colportées depuis 40 ans par l'extrême droite – Front puis Rassemblement national dont c'est le fonds de commerce – aux élucubrations proférées par quelque Cassandre médiatiques xénophobes adeptes d'un illusoire Grand remplacement, l'immigration est devenue un sujet inflammable. Tellement inflammable que certains politiques ont cédé à la tentation de la surenchère démagogique pour de cyniques fins électoralistes ; sans que cela ne soit d'ailleurs couronné de succès. On se souvient, entre autres, du « bruit et l'odeur » de Jacques Chirac ou de la création du ministère de l'immigration et de l'identité nationale par Nicolas Sarkozy. Emmanuel Macron cède-t-il lui aussi à ces travers, au nom d'une triangulation politique, cette stratégie qui consiste à puiser dans les mots de l'adversaire pour le déstabiliser, quitte à renier son propre ADN ? On est en droit de s'interroger, car lorsque le Président oppose les « bourgeois qui ne croient pas à l'immigration » et « les plus pauvres qui en sont le réceptacle », il reprend peu ou prou le discours binaire d'une Marine Le Pen ou d'un Eric Zemmour.

Pour autant, là où le chef de l'Etat a parfaitement raison, c'est qu'il ne faut pas éviter la discussion sur l'immigration. Sachant, comme le disait Tocqueville, qu' « une idée fausse mais claire et précise, aura toujours plus de puissance dans le monde qu'une idée vraie mais complexe », il convient d'aborder l'immigration, éminemment complexe, de façon sérieuse, apaisée, en se basant sur des faits, des statistiques précises comme celles d'Eurostat. C'est là la meilleure façon de bâtir – en lien avec nos voisins européens – des réponses en termes d'accueil, d'asile, d'intégration ; de construire des politiques qui tiennent compte des dérives et des abus s'ils existent, et qui regardent avec sang-froid et bienveillance les besoins qui s'expriment différemment dans nos territoires, avec à l'esprit la tradition humaniste d'accueil qui est historiquement celle de la France.

Car si on cite souvent Michel Rocard et son fameux « La France ne peut pas accueillir toute la misère du monde… », certains oublient souvent la :suite « mais elle doit savoir en prendre fidèlement sa part ».

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 7 octobre 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Avant/Après

La pandémie de Covid-19 aura profondément bouleversé le marché de l’immobilier comme le secteur du BTP. Certes, avant l’arrivée du coronavirus fin 2019, l’immobilier était déjà au ralenti depuis quelques mois avec notamment le durcissement des conditions de crédit, mais l’irruption de la pandémie l’avait stoppé net avec le brutal et totalement inédit confinement du printemps : chantiers de construction à l’arrêt, agences fermées faute de pouvoir organiser des visites, crédits immobiliers mis sur pause, etc. Le second confinement dont nous venons tout juste de sortir aura été beaucoup moins paralysant. Les états des lieux, les signatures de compromis et d’actes de vente ont pu se faire. Le marché immobilier a ainsi mieux résisté et on assiste à une stabilisation des prix dans les dix plus grandes villes de France. Pour autant, on ne reviendra pas à la situation du monde d’avant car les deux confinements ont sensiblement modifié l’appréhension de l’immobilier par les Français. L’assignat

Kafka va au ski

La station La Molina en Espagne Mi-novembre, un article du grand journal allemand Die Zeit ironisait sur l’« Absurdistan autoritaire » imposé, selon lui, par le gouvernement français à ses concitoyens. « Le verrouillage de la France est si répressif que même les règles sensées tombent en discrédit », écrivait Annika Joeres.Auto-attestations de sortie obligatoires uniques en Europe, contradictions dans les autorisations ou interdictions de vente de certains produits comme les livres dans les supermarchés ou les sapins de Noël, décisions de santé publique prises de façon monarchique par le président de la République en Conseil de défense, Etat d’urgence sanitaire sans cesse prolongé, etc. La charge était sévère et sans doute un peu injuste puisque le confinement à la française a eu au final des effets bien réels pour freiner la circulation du virus et diminuer les hospitalisations… alors que l’Allemagne est en plus mauvaise posture actuellement. C’est dans ce contexte que le chef de l’E

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette… Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la t