Accéder au contenu principal

Urgence pour les urgences

hospital


Six mois. Il aura donc fallu six mois pour que le gouvernement apporte une réponse ministérielle aux personnels hospitaliers des urgences en grève. À croire que l'exécutif voulait jouer la montre face à des grévistes qui, au contraire des cheminots ou des routiers, affichent leur colère sans paralyser la France et en continuant à soigner leurs compatriotes…

Car depuis le mois de mars, la grogne a gagné de plus en plus de services au point que, selon le dernier décompte du collectif Inter-urgences, 239 ont rejoint le mouvement, soit près d'un service sur deux. Du jamais vu.

Certes, en juin, la ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn a bien installé une mission nationale pour « construire une nouvelle stratégie d'ensemble d'évolution des services d'urgence », conduite par le président du Conseil national de l'urgence Hhospitalière (CNUH), le professeur Pierre Carli, et le député (La République en Marche) de Charente, Thomas Mesnier.

Certes, le gouvernement a ensuite débloqué 70 millions d'euros avant l'été, notamment pour financer une nouvelle « prime forfaitaire de risque » mensuelle de 100 euros net pour les infirmiers et les aides-soignants et des recrutements dans les établissements « en tension ».

Certes Agnès Buzyn a finalement annoncé une première série de mesures la semaine dernière et s'apprête à en dévoiler d'autres en une seconde vague aujourd'hui à l'issue d'une rencontre avec tous les acteurs du secteur, hospitaliers et libéraux ainsi que les partenaires sociaux et le collectif Inter-urgences.

Mais pour les personnels, tout cela relève davantage de mesurettes, de rafistolage, du déjà-vu pas à la hauteur. Car au-delà des urgences, on voit bien que c'est l'ensemble de l'hôpital qui est concerné et même toute la chaîne médicale. Comment sécuriser les urgences où les personnels subissent trop souvent des agressions ? Comment éviter que les urgences ne soient étouffées par la « bobologie » ? Comment mieux articuler l'hôpital et la médecine de ville ? Comment assurer sur l'ensemble du territoire une même qualité de service alors que perdurent d'inacceptables déserts médicaux ?

Le gouvernement se lance dans une longue concertation pour la réforme des retraites, qui sera un texte phare du quinquennat. Réformer durablement l'hôpital, l'organisation de la santé et prévoir la dépendance qui sera un sujet crucial dans les années à venir, mériterait tout autant une grande concertation, un Grenelle pour tous les personnels, voire un « Grand débat » pour tous les Français.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 9 septembre 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan