Accéder au contenu principal

Des paroles aux actes

climat


En décembre 2015, sous la houlette de Laurent Fabius et de Ségolène Royal était adopté l'Accord de Paris sur le climat. Suite aux négociations de la Conférence de Paris (COP21) organisée par les Nations unies sur les changements climatiques, c'est la première fois qu'un tel accord universel était signé par quelque 195 pays. Ce texte historique – à mettre au crédit de la France – listait ainsi des engagements simples et forts comme contenir d'ici à 2100 le réchauffement climatique en dessous de 2 °C par rapport aux niveaux préindustriels, ne plus investir dans les énergies fossiles, ou encore atteindre la neutralité carbone.

Mais depuis quatre ans, la mise en œuvre de ces engagements patine, les promesses peinent à être tenues, alors même que les rapports scientifiques alarmants se sont accumulés et que les événements météorologiques et climatiques se sont multipliés. Ouragans de plus en plus dévastateurs, fonte accélérée des glaciers, vagues de chaleur d'une intensité jamais vues, sécheresses et incendies monstres ; autant de signes d'un emballement climatique qui charrie, hélas, son lot de malheurs entre apparition de nouvelles maladies, réfugiés climatiques toujours plus nombreux ou extinction d'espèces.

Malgré cela, les politiques environnementales des Etats pour respecter leurs engagements sont très insuffisantes ; les dirigeants prenant des décisions court-termistes là où il faudrait viser un horizon plus lointain… mais électoralement moins porteur.

À tel point que partout, des citoyens se sont engagés pour dénoncer par des marches géantes – et parfois des actions en justice – l'inaction des Etats. Un mouvement largement porté par les jeunes. On peut certes critiquer les grèves de lycéens et estimer que leur place est davantage sur les bancs de l'école ; on peut moquer leurs discours parfois empreints d'une grande naïveté sur les réalités économiques et géopolitiques comme on peut s'acharner sur la jeune Greta Thunberg et s'offusquer de ses rodomontades larmoyantes et émues lancées lundi à des chefs d'Etat et de gouvernement élus. Mais on ne peut ôter aux jeunes la sincérité de leur engagement.

Surtout, cette jeunesse-là, qui demain sera aux responsabilités, mérite d'être écoutée car elle ne manque pas d'idées pour résoudre finalement la seule et la plus difficile des équations qui se pose à tous : l'économie capitaliste actuelle peut-elle être compatible avec la lutte pour le climat ? Aujourd'hui la réponse apparaît bien négative, mais une réconciliation entre économie de marché et écologie reste possible. Mais pour atteindre cette « croissance verte » dans les transports, l'énergie ou l'agriculture qui nécessitera mobilisation et compromis de tous, il convient dès à présent de passer, à tous les niveaux, des paroles aux actes.

(Editorial publié dans La Dépêche du mercredi 25 septembre 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Champs de batailles

L'agriculture est-elle devenue un champ de bataille ? En tout cas, le débat houleux sur les pesticides, et plus particulièrement le glyphosate, concentre – au détriment souvent d'autres thématiques – tous les enjeux et les contradictions de notre époque autour de l'alimentation, de la lutte contre le réchauffement climatique et de la préservation de la biodiversité. Et le moins que l'on puisse dire est que les positions sont tranchées, frontales, quasi irréconciliables entre les défenseurs de l'environnement et de la santé publique d'un côté, les agriculteurs et les industriels de l'autre, et les agences sanitaires au milieu dont l'impartialité et l'indépendance ne sont pas au plus haut… Le débat est d'autant plus vif que les avis scientifiques autour desquels toutes les parties auraient pu logiquement se retrouver peinent à se frayer un chemin dans un débat public où les opinions surpassent les faits et où les infox des réseaux sociaux et les …

Symboles

La confirmation hier par la compagnie aérienne australienne Qantas qu'elle annulait la commande de huit Airbus A380 marque un nouveau revers pour le superjumbo du constructeur aéronautique européen. Un gros porteur dont la pérennité est désormais suspendue, sans beaucoup d'illusions, à une négociation avec la compagnie Emirates, qui avait passé une méga-commande de 36 A380. L'histoire semble désormais jouée et l'A380 va vraisemblablement – sauf surprise venue de Chine ou d'Inde – tirer bientôt sa révérence, devenant le symbole d'un terrible et douloureux échec commercial, mais aussi devenant une page importante de l'histoire aéronautique mondiale.

L'échec, c'est finalement celui d'un avion mal-né qui a accumulé les déconvenues au moment même où le paysage aérien mondial s'est retrouvé chamboulé. L'idée de départ était pourtant séduisante : le plus gros avion commercial du monde avec ses deux ponts, ses quatre réacteurs, capable d'em…

Responsabilité

Le retrait prochain des troupes américaines de Syrie, tel un jeu de dominos, a des répercussions profondes, dont le retour dans l'Hexagone de quelque 150 jihadistes français dont des familles jusqu'à présent détenus en Syrie et en Irak. Ainsi, la France vient d'être contrainte de changer de doctrine à leur égard. Jusqu'alors, en effet, le gouvernement français s'était toujours opposé à leur retour – sauf pour les mineurs –, estimant qu'ils devaient être jugés sur place et y purger leur peine, sous réserve de bénéficier d'un procès équitable. Désormais, le rapatriement de ces ressortissants français est inéluctable, fut-il facilité par des avions américains. Le retour de ces jihadistes constitue ainsi un véritable défi pour la France, mais aussi un casse-tête politique face à l'extrême sensibilité de l'opinion publique sur le sujet.

Car les Français restent durablement marqués par les attentats terroristes perpétrés par Daech sur notre sol, de l'…