Accéder au contenu principal

Des paroles aux actes

climat


En décembre 2015, sous la houlette de Laurent Fabius et de Ségolène Royal était adopté l'Accord de Paris sur le climat. Suite aux négociations de la Conférence de Paris (COP21) organisée par les Nations unies sur les changements climatiques, c'est la première fois qu'un tel accord universel était signé par quelque 195 pays. Ce texte historique – à mettre au crédit de la France – listait ainsi des engagements simples et forts comme contenir d'ici à 2100 le réchauffement climatique en dessous de 2 °C par rapport aux niveaux préindustriels, ne plus investir dans les énergies fossiles, ou encore atteindre la neutralité carbone.

Mais depuis quatre ans, la mise en œuvre de ces engagements patine, les promesses peinent à être tenues, alors même que les rapports scientifiques alarmants se sont accumulés et que les événements météorologiques et climatiques se sont multipliés. Ouragans de plus en plus dévastateurs, fonte accélérée des glaciers, vagues de chaleur d'une intensité jamais vues, sécheresses et incendies monstres ; autant de signes d'un emballement climatique qui charrie, hélas, son lot de malheurs entre apparition de nouvelles maladies, réfugiés climatiques toujours plus nombreux ou extinction d'espèces.

Malgré cela, les politiques environnementales des Etats pour respecter leurs engagements sont très insuffisantes ; les dirigeants prenant des décisions court-termistes là où il faudrait viser un horizon plus lointain… mais électoralement moins porteur.

À tel point que partout, des citoyens se sont engagés pour dénoncer par des marches géantes – et parfois des actions en justice – l'inaction des Etats. Un mouvement largement porté par les jeunes. On peut certes critiquer les grèves de lycéens et estimer que leur place est davantage sur les bancs de l'école ; on peut moquer leurs discours parfois empreints d'une grande naïveté sur les réalités économiques et géopolitiques comme on peut s'acharner sur la jeune Greta Thunberg et s'offusquer de ses rodomontades larmoyantes et émues lancées lundi à des chefs d'Etat et de gouvernement élus. Mais on ne peut ôter aux jeunes la sincérité de leur engagement.

Surtout, cette jeunesse-là, qui demain sera aux responsabilités, mérite d'être écoutée car elle ne manque pas d'idées pour résoudre finalement la seule et la plus difficile des équations qui se pose à tous : l'économie capitaliste actuelle peut-elle être compatible avec la lutte pour le climat ? Aujourd'hui la réponse apparaît bien négative, mais une réconciliation entre économie de marché et écologie reste possible. Mais pour atteindre cette « croissance verte » dans les transports, l'énergie ou l'agriculture qui nécessitera mobilisation et compromis de tous, il convient dès à présent de passer, à tous les niveaux, des paroles aux actes.

(Editorial publié dans La Dépêche du mercredi 25 septembre 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Pollueurs payeurs

  C’est une scène que malheureusement chacun d’entre nous a un jour vécue. Une promenade dans la nature et l’on tombe sur des monticules de déchets entassés là en toute illégalité : au mieux des déchets verts, au pire des gravats de chantiers, des appareils électroménagers ou tout simplement des ordures ménagères. Ce fléau des décharges sauvages a pris des proportions considérables et inquiétantes pour la pollution des sols qu’elles engendrent, alors même que les Français, paradoxalement, mettent l’environnement aux premiers rangs de leurs préoccupations. En 2020 en France, 80 000 tonnes de déchets ont ainsi échoué dans la nature dans quelque 600 dépôts illégaux. Et il est toujours aussi difficile pour les élus locaux de lutter contre ce phénomène qui recouvre de multiples pratiques. Chacun d’ailleurs garde en mémoire le décès du maire de Signes (Var), renversé le 5 août 2019 par une camionnette dont les occupants, que l’élu voulait verbaliser, avaient jeté des gravats en bord de route

Avant/Après

La pandémie de Covid-19 aura profondément bouleversé le marché de l’immobilier comme le secteur du BTP. Certes, avant l’arrivée du coronavirus fin 2019, l’immobilier était déjà au ralenti depuis quelques mois avec notamment le durcissement des conditions de crédit, mais l’irruption de la pandémie l’avait stoppé net avec le brutal et totalement inédit confinement du printemps : chantiers de construction à l’arrêt, agences fermées faute de pouvoir organiser des visites, crédits immobiliers mis sur pause, etc. Le second confinement dont nous venons tout juste de sortir aura été beaucoup moins paralysant. Les états des lieux, les signatures de compromis et d’actes de vente ont pu se faire. Le marché immobilier a ainsi mieux résisté et on assiste à une stabilisation des prix dans les dix plus grandes villes de France. Pour autant, on ne reviendra pas à la situation du monde d’avant car les deux confinements ont sensiblement modifié l’appréhension de l’immobilier par les Français. L’assignat

Kafka va au ski

La station La Molina en Espagne Mi-novembre, un article du grand journal allemand Die Zeit ironisait sur l’« Absurdistan autoritaire » imposé, selon lui, par le gouvernement français à ses concitoyens. « Le verrouillage de la France est si répressif que même les règles sensées tombent en discrédit », écrivait Annika Joeres.Auto-attestations de sortie obligatoires uniques en Europe, contradictions dans les autorisations ou interdictions de vente de certains produits comme les livres dans les supermarchés ou les sapins de Noël, décisions de santé publique prises de façon monarchique par le président de la République en Conseil de défense, Etat d’urgence sanitaire sans cesse prolongé, etc. La charge était sévère et sans doute un peu injuste puisque le confinement à la française a eu au final des effets bien réels pour freiner la circulation du virus et diminuer les hospitalisations… alors que l’Allemagne est en plus mauvaise posture actuellement. C’est dans ce contexte que le chef de l’E