Accéder au contenu principal

Champs de batailles

pesticide


L'agriculture est-elle devenue un champ de bataille ? En tout cas, le débat houleux sur les pesticides, et plus particulièrement le glyphosate, concentre – au détriment souvent d'autres thématiques – tous les enjeux et les contradictions de notre époque autour de l'alimentation, de la lutte contre le réchauffement climatique et de la préservation de la biodiversité. Et le moins que l'on puisse dire est que les positions sont tranchées, frontales, quasi irréconciliables entre les défenseurs de l'environnement et de la santé publique d'un côté, les agriculteurs et les industriels de l'autre, et les agences sanitaires au milieu dont l'impartialité et l'indépendance ne sont pas au plus haut… Le débat est d'autant plus vif que les avis scientifiques autour desquels toutes les parties auraient pu logiquement se retrouver peinent à se frayer un chemin dans un débat public où les opinions surpassent les faits et où les infox des réseaux sociaux et les coups de communication sont en embuscade… De plus, hélas, les études scientifiques ne dégagent pas encore de consensus sur la dangerosité des pesticides pour la santé humaine et l'environnement. Tout juste apparaissent un faisceau de présomptions, et des indices souvent accablants qui ne peuvent dès lors apaiser le débat.

Dans ce contexte tendu, la proposition du gouvernement de soumettre à consultation un projet de décret proposant de fixer à 5 ou 10 mètres, selon les cultures, la distance minimale entre les habitations et les zones d'épandage de pesticides, illustre jusqu'à la caricature l'épineux débat. Cette proposition d'arbitrage, qui semble couper la poire en deux, a le don d'agacer tant les écologistes qui jugent une telle proposition « anecdotique » et « insuffisante », que les agriculteurs, qui voient dans ces zones sans pesticides la perte de terres et donc un manque à gagner important, surtout dans les zones périurbaines.

Surtout, pour les agriculteurs, cette proposition constitue la mesure de trop et un casus belli car elle arrive dans un climat de mal-être profond. Les paysans n'en peuvent plus, en effet, d'être montrés du doigt et victimes d'un véritable agri-bashing sur l'utilisation des pesticides, mais aussi les conditions d'élevage ou les « bruits » de la campagne qui indisposent les néoruraux… Des critiques souvent injustes, qui passent sous silence les progrès réalisés par les agriculteurs au fil des ans et aussi le fait que ce sont bien eux les premières victimes des pesticides. Le sentiment de « déconsidération » s'est aussi trouvé exacerbé par la récente ratification par l'Assemblée nationale du Ceta, l'accord commercial entre le Canada et l'Union européenne et la perspective – aujourd'hui bloquée – de l'accord Mercosur…

Dès lors, pour apaiser cette colère, il appartient au gouvernement de sortir de l'ambiguïté, trouver la bonne position du curseur entre écologie et agriculture en évitant les demi-mesures et inventer une agroécologie qui préserve en même temps notre souveraineté agroalimentaire, notre santé et notre environnement. Telle est la seule bataille qui doit tous nous concerner.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mardi 24 septembre 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette…

Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la tête …

Jospinisation

Les quelque 17 milliards de mesures en faveur du pouvoir d’achat débloqués par Emmanuel Macron pour éteindre la crise des Gilets jaunes n’auront donc pas suffi à décoller l’étiquette de « Président des riches» qui colle à la peau du locataire de l’Elysée depuis le début du quinquennat, lorsque la majorité avait baissé les aides aux logements et supprimé le très symbolique impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Non seulement, le mouvement de grogne sociale inédit perdure de samedi en samedi, mais les Français n’ont pas perçu d’amélioration tangible de leur pouvoir d’achat. Une perception sur laquelle l’OFCE vient de mettre des chiffres dans sa dernière étude sur l’impact des mesures du budget 2020. Certes, 70% des ménages devraient voir leur pouvoir d’achat augmenter cette année, mais les grands gagnants, qui vont profiter le plus des réformes menées par le gouvernement, sont bel et bien les classes moyennes supérieures. Pire, 5% des ménages les plus modestes vont voir leur niveau …

Question de dignité

Les autorités françaises doivent mettre fin au problème de surpopulation dans les prisons et aux conditions de détention dégradantes". Les mots sont cinglants pour la patrie des Droits de l’Homme, mais ils ont été, d’évidence, largement sous-pesés par la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) qui vient de rendre cette semaine un arrêt sévère contre la France. Saisie par 32 détenus des centres pénitentiaires de Ducos (Martinique), Faa’a Nuutania (Polynésie française), Baie-Mahault (Guadeloupe) ainsi que des maisons d’arrêt de Nîmes, Nice et Fresnes, l’instance européenne n’a pu que constater que les détenus "ont, pour la majorité d’entre eux, disposé d’un espace personnel inférieur à la norme minimale requise de 3 m2 pendant l’intégralité de leur détention, situation aggravée par l’absence d’intimité dans l’utilisation des toilettes." Certes, la CEDH n’entend pas dicter la politique pénale de la France, mais elle suggère "la refonte du mode de calcul de la ca…