Accéder au contenu principal

Courage et déshonneur

mediator


Le procès du Mediator qui s'ouvre aujourd'hui à Paris est assurément celui d'un scandale sanitaire majeur, peut-être même l'un des plus importants avec le dossier de l'amiante toujours en cours, ou celui du sang contaminé ans les années 80-90. Ce médicament anorexigène des laboratoires Servier, censé servir de traitement d'appoint pour le diabète, a en réalité été pris comme coupe-faim pendant plus de trente ans en étant prescrit à quelque 5 millions de personnes qui ignoraient tout de sa dangerosité. Ce procès pénal, qui intervient neuf ans après les premières révélations, permet d'ores et déjà de souligner le courage des uns et le déshonneur des autres.

Le courage, c'est d'abord celui du docteur Irène Frachon. Cette pneumologue au CHU de Brest s'est battue quasiment seule contre tous pour imposer en France une évidence clinique : le Mediator comportait une molécule dangereuse provoquant d'importants effets secondaires cardiaques et pulmonaires, des valvulopathies gravissimes. Son livre «Mediator 150 mg : combien de morts ?», sorti en juin 2010, aboutira au retrait du médicament. Irène Frachon, qui sera présente aujourd'hui à l'ouverture du procès, est devenue une lanceuse d'alerte iconique, mais surtout a décidé de poursuivre le combat de sa vie avec et pour les victimes.

Le courage, c'est aussi justement celui des victimes. Les 2700 parties civiles du procès vont porter le témoignage de destins brisés et de vies éteintes, puisqu'une expertise judiciaire impute au Mediator jusqu'à 2 100 décès au total. Toutes les victimes du médicament ne se rendront pas à Paris. Certaines, épuisées, âgées ou impécunieuses, ne feront pas le déplacement ; d'autres, qui ont été indemnisées, ont dû se désister de la procédure pénale. Mais le prétoire résonnera en leur nom d'autres témoignages pour réclamer la vérité et la justice.

De l'autre côté, il y a le déshonneur. Celui bien sûr des laboratoires Servier et de leur fondateur Jacques Servier, disparu en 2014, qui avait choqué l'opinion en niant les dangers de son produit, pointés dans plusieurs pays il y a plusieurs années. Les débats porteront notamment sur les mécanismes de tromperie mis en place minutieusement par Servier. Le groupe pharmaceutique a, en effet, mis tous ses moyens, notamment financiers, pour fausser la décision des autorités, écarter ou intimider les gêneurs, ou biaiser les avis d'experts officiellement indépendants pour préserver le mensonge et continuer à vendre son si lucratif Mediator...

Le déshonneur est aussi celui des autorités sanitaires. L'Agence du médicament, renvoyée pour «homicides et blessures involontaires» par «négligences», n'a clairement pas suffisamment pris en compte les signaux d'alerte et a curieusement tardé à interdire le Mediator.

A l'aube d'un très long procès qui va durer plusieurs mois et d'un parcours judiciaire qui se prolongera sans doute des années, Irène Franchon réclame «un jugement exemplaire».

Mais il appartient sans doute à l'Etat, sans attendre, de trouver les mesures pour mieux protéger les lanceurs d'alerte, mieux encadrer les procédures de contrôle, et au final, mieux considérer les victimes. Et cela afin de restaurer la confiance envers les autorités sanitaires et les laboratoires.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 23 septembre 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Pollueurs payeurs

  C’est une scène que malheureusement chacun d’entre nous a un jour vécue. Une promenade dans la nature et l’on tombe sur des monticules de déchets entassés là en toute illégalité : au mieux des déchets verts, au pire des gravats de chantiers, des appareils électroménagers ou tout simplement des ordures ménagères. Ce fléau des décharges sauvages a pris des proportions considérables et inquiétantes pour la pollution des sols qu’elles engendrent, alors même que les Français, paradoxalement, mettent l’environnement aux premiers rangs de leurs préoccupations. En 2020 en France, 80 000 tonnes de déchets ont ainsi échoué dans la nature dans quelque 600 dépôts illégaux. Et il est toujours aussi difficile pour les élus locaux de lutter contre ce phénomène qui recouvre de multiples pratiques. Chacun d’ailleurs garde en mémoire le décès du maire de Signes (Var), renversé le 5 août 2019 par une camionnette dont les occupants, que l’élu voulait verbaliser, avaient jeté des gravats en bord de route

Kafka va au ski

La station La Molina en Espagne Mi-novembre, un article du grand journal allemand Die Zeit ironisait sur l’« Absurdistan autoritaire » imposé, selon lui, par le gouvernement français à ses concitoyens. « Le verrouillage de la France est si répressif que même les règles sensées tombent en discrédit », écrivait Annika Joeres.Auto-attestations de sortie obligatoires uniques en Europe, contradictions dans les autorisations ou interdictions de vente de certains produits comme les livres dans les supermarchés ou les sapins de Noël, décisions de santé publique prises de façon monarchique par le président de la République en Conseil de défense, Etat d’urgence sanitaire sans cesse prolongé, etc. La charge était sévère et sans doute un peu injuste puisque le confinement à la française a eu au final des effets bien réels pour freiner la circulation du virus et diminuer les hospitalisations… alors que l’Allemagne est en plus mauvaise posture actuellement. C’est dans ce contexte que le chef de l’E

Avant/Après

La pandémie de Covid-19 aura profondément bouleversé le marché de l’immobilier comme le secteur du BTP. Certes, avant l’arrivée du coronavirus fin 2019, l’immobilier était déjà au ralenti depuis quelques mois avec notamment le durcissement des conditions de crédit, mais l’irruption de la pandémie l’avait stoppé net avec le brutal et totalement inédit confinement du printemps : chantiers de construction à l’arrêt, agences fermées faute de pouvoir organiser des visites, crédits immobiliers mis sur pause, etc. Le second confinement dont nous venons tout juste de sortir aura été beaucoup moins paralysant. Les états des lieux, les signatures de compromis et d’actes de vente ont pu se faire. Le marché immobilier a ainsi mieux résisté et on assiste à une stabilisation des prix dans les dix plus grandes villes de France. Pour autant, on ne reviendra pas à la situation du monde d’avant car les deux confinements ont sensiblement modifié l’appréhension de l’immobilier par les Français. L’assignat