Accéder au contenu principal

Trou d'air

Boeing737


« Un bel avion est un avion qui vole bien », avait coutume de dire Marcel Dassault. Que dire dès lors du Boeing 737 Max dont des dizaines d'exemplaires patientent sur d'immenses zones aéroportuaires de leur constructeur à Seattle ? Après les crashs des vols de la Lion Air le 29 octobre 2018 puis d'Ethiopian Airlines le 10 mars 2019, qui ont fait au total 346 victimes, le nouvel appareil de Boeing – qui devait être le fer de lance de l'avionneur américain – est depuis cloué au sol dans l'attente que le constructeur corrige des problèmes logiciels sur le système anti-décrochage de l'avion incriminé dans les crashs. Une situation d'immobilisation qui a déjà coûté près de 8 milliards de dollars à Boeing et qui devrait encore durer puisque le constructeur aurait refusé de fournir des informations sur les modifications aux agences de certification américaines, brésiliennes et européennes. Dès lors la FAA, l'ANAC et l'EASA ne risquent pas d'autoriser une remise en service rapide de l'appareil. De quoi agacer les clients de Boeing et réjouir le concurrent historique Airbus ? Pas si simple.

Les déboires de Boeing peuvent évidemment inspirer à l'homme de la rue quelques réflexes chauvins sur l'air de « Boeing qui pleure, Airbus qui rit ». La situation est évidemment beaucoup plus complexe et l'avionneur toulousain se garde bien de tout triomphalisme. Certes, le constructeur aéronautique européen a livré 389 appareils sur les six premiers mois de l'année, en hausse de 28 % sur un an, contre 239 avions pour Boeing, en baisse de 37 %. Une première depuis 2011 qui pourrait permettre à Airbus d'être premier constructeur aéronautique mondial tant en termes de livraisons que de commandes. D'autant que 2019 apparaît comme une bonne année avec le lancement de l'A321 XLR et le succès qui se confirme de l'A350. Mais rien n'est jamais acquis et le sérieux trou d'air subi par Boeing montre qu'on n'est jamais à l'abri d'un grain de sable capable de faire dérailler la plus belle des mécaniques. Airbus, marqué par les difficultés sur l'A380 ou la polémique sur les sondes Pitot de l'A330, aurait d'ailleurs d'autant moins matière à se réjouir que Boeing est loin d'être à terre. En dépit des déconvenues sur le B737 Max, l'avionneur américain n'a, en effet, pas enregistré d'annulation de commandes importantes, ni de défection majeure.

Dès lors, au final, il faudrait peut-être moins retenir les conséquences économiques et financières de l'immobilisation des Boeing que les leçons qui devraient en être tirées sur le plan industriel. Dans la course à l'innovation que se livrent Airbus et Boeing face aux nouveaux acteurs chinois très ambitieux, ce dernier a-t-il voulu aller trop vite ? Boeing, qui a versé 78 milliards de dollars à ses actionnaires ces 15 dernières années, contre 11 milliards d'euros pour Airbus, a-t-il placé la rentabilité devant la sécurité ? Face à de nouvelles technologies la formation des pilotes a-t-elle été adéquate ? Autant de questions auxquelles Boeing va devoir apporter de solides réponses pour rétablir la confiance et sortir du trou d'air.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 5 septembre 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio