Accéder au contenu principal

Trou d'air

Boeing737


« Un bel avion est un avion qui vole bien », avait coutume de dire Marcel Dassault. Que dire dès lors du Boeing 737 Max dont des dizaines d'exemplaires patientent sur d'immenses zones aéroportuaires de leur constructeur à Seattle ? Après les crashs des vols de la Lion Air le 29 octobre 2018 puis d'Ethiopian Airlines le 10 mars 2019, qui ont fait au total 346 victimes, le nouvel appareil de Boeing – qui devait être le fer de lance de l'avionneur américain – est depuis cloué au sol dans l'attente que le constructeur corrige des problèmes logiciels sur le système anti-décrochage de l'avion incriminé dans les crashs. Une situation d'immobilisation qui a déjà coûté près de 8 milliards de dollars à Boeing et qui devrait encore durer puisque le constructeur aurait refusé de fournir des informations sur les modifications aux agences de certification américaines, brésiliennes et européennes. Dès lors la FAA, l'ANAC et l'EASA ne risquent pas d'autoriser une remise en service rapide de l'appareil. De quoi agacer les clients de Boeing et réjouir le concurrent historique Airbus ? Pas si simple.

Les déboires de Boeing peuvent évidemment inspirer à l'homme de la rue quelques réflexes chauvins sur l'air de « Boeing qui pleure, Airbus qui rit ». La situation est évidemment beaucoup plus complexe et l'avionneur toulousain se garde bien de tout triomphalisme. Certes, le constructeur aéronautique européen a livré 389 appareils sur les six premiers mois de l'année, en hausse de 28 % sur un an, contre 239 avions pour Boeing, en baisse de 37 %. Une première depuis 2011 qui pourrait permettre à Airbus d'être premier constructeur aéronautique mondial tant en termes de livraisons que de commandes. D'autant que 2019 apparaît comme une bonne année avec le lancement de l'A321 XLR et le succès qui se confirme de l'A350. Mais rien n'est jamais acquis et le sérieux trou d'air subi par Boeing montre qu'on n'est jamais à l'abri d'un grain de sable capable de faire dérailler la plus belle des mécaniques. Airbus, marqué par les difficultés sur l'A380 ou la polémique sur les sondes Pitot de l'A330, aurait d'ailleurs d'autant moins matière à se réjouir que Boeing est loin d'être à terre. En dépit des déconvenues sur le B737 Max, l'avionneur américain n'a, en effet, pas enregistré d'annulation de commandes importantes, ni de défection majeure.

Dès lors, au final, il faudrait peut-être moins retenir les conséquences économiques et financières de l'immobilisation des Boeing que les leçons qui devraient en être tirées sur le plan industriel. Dans la course à l'innovation que se livrent Airbus et Boeing face aux nouveaux acteurs chinois très ambitieux, ce dernier a-t-il voulu aller trop vite ? Boeing, qui a versé 78 milliards de dollars à ses actionnaires ces 15 dernières années, contre 11 milliards d'euros pour Airbus, a-t-il placé la rentabilité devant la sécurité ? Face à de nouvelles technologies la formation des pilotes a-t-elle été adéquate ? Autant de questions auxquelles Boeing va devoir apporter de solides réponses pour rétablir la confiance et sortir du trou d'air.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 5 septembre 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Champs de batailles

L'agriculture est-elle devenue un champ de bataille ? En tout cas, le débat houleux sur les pesticides, et plus particulièrement le glyphosate, concentre – au détriment souvent d'autres thématiques – tous les enjeux et les contradictions de notre époque autour de l'alimentation, de la lutte contre le réchauffement climatique et de la préservation de la biodiversité. Et le moins que l'on puisse dire est que les positions sont tranchées, frontales, quasi irréconciliables entre les défenseurs de l'environnement et de la santé publique d'un côté, les agriculteurs et les industriels de l'autre, et les agences sanitaires au milieu dont l'impartialité et l'indépendance ne sont pas au plus haut… Le débat est d'autant plus vif que les avis scientifiques autour desquels toutes les parties auraient pu logiquement se retrouver peinent à se frayer un chemin dans un débat public où les opinions surpassent les faits et où les infox des réseaux sociaux et les …

Symboles

La confirmation hier par la compagnie aérienne australienne Qantas qu'elle annulait la commande de huit Airbus A380 marque un nouveau revers pour le superjumbo du constructeur aéronautique européen. Un gros porteur dont la pérennité est désormais suspendue, sans beaucoup d'illusions, à une négociation avec la compagnie Emirates, qui avait passé une méga-commande de 36 A380. L'histoire semble désormais jouée et l'A380 va vraisemblablement – sauf surprise venue de Chine ou d'Inde – tirer bientôt sa révérence, devenant le symbole d'un terrible et douloureux échec commercial, mais aussi devenant une page importante de l'histoire aéronautique mondiale.

L'échec, c'est finalement celui d'un avion mal-né qui a accumulé les déconvenues au moment même où le paysage aérien mondial s'est retrouvé chamboulé. L'idée de départ était pourtant séduisante : le plus gros avion commercial du monde avec ses deux ponts, ses quatre réacteurs, capable d'em…

Responsabilité

Le retrait prochain des troupes américaines de Syrie, tel un jeu de dominos, a des répercussions profondes, dont le retour dans l'Hexagone de quelque 150 jihadistes français dont des familles jusqu'à présent détenus en Syrie et en Irak. Ainsi, la France vient d'être contrainte de changer de doctrine à leur égard. Jusqu'alors, en effet, le gouvernement français s'était toujours opposé à leur retour – sauf pour les mineurs –, estimant qu'ils devaient être jugés sur place et y purger leur peine, sous réserve de bénéficier d'un procès équitable. Désormais, le rapatriement de ces ressortissants français est inéluctable, fut-il facilité par des avions américains. Le retour de ces jihadistes constitue ainsi un véritable défi pour la France, mais aussi un casse-tête politique face à l'extrême sensibilité de l'opinion publique sur le sujet.

Car les Français restent durablement marqués par les attentats terroristes perpétrés par Daech sur notre sol, de l'…