Accéder au contenu principal

Repenser le paysage

champ


Le rapport publié lundi 6 mai par les experts de l'ONU sur les menaces qui pèsent sur la biodiversité – un million d'espèces animales et végétales risque la disparition en raison de l'activité humaine – a remis en lumière un phénomène qui touche tous les pays et donc la France : l'« artificialisation des terres » (agricoles ou non). Derrière cette expression, qui correspond à un changement d'utilisation du sol engendrant une perte de ressources, se trouvent par exemple la transformation d'une forêt en champ, d'une zone humide en parking de supermarché, d'un pré en ferme photovoltaïque ou en centre commercial, et d'autres projets, parfois inutiles, comme le bétonnage d'un chemin pour remplacer une haie délimitant deux parcelles. Cette artificialisation menace clairement la biodiversité puisqu'en modifiant ou détruisant l'habitat de certaines espèces, on les condamne à fuir, à mourir et finalement disparaître. Sur le million d'espèces menacées, « 500 000 sont en danger parce que l'on bouleverse leur habitat », a rappelé Yann Wehrling, ambassadeur de France chargé des questions d'environnement dans les négociations internationales. Mais elle menace aussi notre propre autonomie alimentaire.

Il y a donc urgence. « La France a perdu un quart de sa surface agricole sur les cinquante dernières années », avait rappelé Emmanuel Macron lors de sa visite au Salon de l'agriculture. Aujourd'hui, l'équivalent de la superficie d'un département moyen est bétonné tous les 7 à 10 ans… Et la hausse de l'artificialisation dépasse celle de la démographie (13 % contre 5 %.) Selon les estimations de l'Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri), si la France continue à ce rythme, d'ici la fin du siècle, 18 % de son territoire sera artificialisé contre 9,7 % aujourd'hui.

Le sujet impose donc des mesures fortes et il est heureux qu'Emmanuel Macron en personne ait annoncé entre autres sa volonté d'«une réhabilitation des 20 à 25 % des sols agricoles dégradés par l'utilisation passée des phytosanitaires ». Mais le chemin sera long car lutter contre l'artificialisation des terres suppose de remettre à plat non seulement notre modèle agricole productiviste mais également notre mode de vie moderne où le besoin d'espace est toujours plus grand. L'enjeu est donc d'avoir une vision globale d'aménagement du territoire où la construction de nouveaux logements, de complexes commerciaux, des réseaux routiers soit repensée avec le souci permanent de l'équilibre écologique. « Construire, disait Marguerite Yourcenar, c'est collaborer avec la terre : c'est mettre une marque humaine sur un paysage qui en sera modifié à jamais. » Il faut aujourd'hui que l'Homme ait pleinement conscience de la marque qu'il laisse.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 10 juin 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Pollueurs payeurs

  C’est une scène que malheureusement chacun d’entre nous a un jour vécue. Une promenade dans la nature et l’on tombe sur des monticules de déchets entassés là en toute illégalité : au mieux des déchets verts, au pire des gravats de chantiers, des appareils électroménagers ou tout simplement des ordures ménagères. Ce fléau des décharges sauvages a pris des proportions considérables et inquiétantes pour la pollution des sols qu’elles engendrent, alors même que les Français, paradoxalement, mettent l’environnement aux premiers rangs de leurs préoccupations. En 2020 en France, 80 000 tonnes de déchets ont ainsi échoué dans la nature dans quelque 600 dépôts illégaux. Et il est toujours aussi difficile pour les élus locaux de lutter contre ce phénomène qui recouvre de multiples pratiques. Chacun d’ailleurs garde en mémoire le décès du maire de Signes (Var), renversé le 5 août 2019 par une camionnette dont les occupants, que l’élu voulait verbaliser, avaient jeté des gravats en bord de route

Avant/Après

La pandémie de Covid-19 aura profondément bouleversé le marché de l’immobilier comme le secteur du BTP. Certes, avant l’arrivée du coronavirus fin 2019, l’immobilier était déjà au ralenti depuis quelques mois avec notamment le durcissement des conditions de crédit, mais l’irruption de la pandémie l’avait stoppé net avec le brutal et totalement inédit confinement du printemps : chantiers de construction à l’arrêt, agences fermées faute de pouvoir organiser des visites, crédits immobiliers mis sur pause, etc. Le second confinement dont nous venons tout juste de sortir aura été beaucoup moins paralysant. Les états des lieux, les signatures de compromis et d’actes de vente ont pu se faire. Le marché immobilier a ainsi mieux résisté et on assiste à une stabilisation des prix dans les dix plus grandes villes de France. Pour autant, on ne reviendra pas à la situation du monde d’avant car les deux confinements ont sensiblement modifié l’appréhension de l’immobilier par les Français. L’assignat

Retrouver confiance

Une grande majorité de Français est sans doute en mesure de raconter une mauvaise expérience vécue avec un artisan – certains en ont même fait des livres comme le prix Goncourt Jean-Paul Dubois avec son savoureux "Vous plaisantez M. Tanner". Un devis où des prestations connexes ont été "oubliées", un montant final à payer qui a subitement gonflé, mais aussi des prestations qui ne sont pas à la hauteur et qui imposeront plus tard de refaire ce qui a été mal fait, etc. Le sentiment de s’être fait arnaquer est d’autant plus fort lorsque l’appel à l’artisan s’est fait dans une situation d’urgence ou de faiblesse : une fuite d’eau qui menace d’importants dégâts un appartement, un accident qui prive l’usage de sa voiture, et bien sûr un problème de serrure qui vous bloque à l’extérieur de votre logement ou vous empêche de bien le fermer… Ces comportements ne sont bien évidemment pas ceux de tous les artisans, mais les agissements de quelques brebis galeuses nuisent à