Accéder au contenu principal

Repenser le paysage

champ


Le rapport publié lundi 6 mai par les experts de l'ONU sur les menaces qui pèsent sur la biodiversité – un million d'espèces animales et végétales risque la disparition en raison de l'activité humaine – a remis en lumière un phénomène qui touche tous les pays et donc la France : l'« artificialisation des terres » (agricoles ou non). Derrière cette expression, qui correspond à un changement d'utilisation du sol engendrant une perte de ressources, se trouvent par exemple la transformation d'une forêt en champ, d'une zone humide en parking de supermarché, d'un pré en ferme photovoltaïque ou en centre commercial, et d'autres projets, parfois inutiles, comme le bétonnage d'un chemin pour remplacer une haie délimitant deux parcelles. Cette artificialisation menace clairement la biodiversité puisqu'en modifiant ou détruisant l'habitat de certaines espèces, on les condamne à fuir, à mourir et finalement disparaître. Sur le million d'espèces menacées, « 500 000 sont en danger parce que l'on bouleverse leur habitat », a rappelé Yann Wehrling, ambassadeur de France chargé des questions d'environnement dans les négociations internationales. Mais elle menace aussi notre propre autonomie alimentaire.

Il y a donc urgence. « La France a perdu un quart de sa surface agricole sur les cinquante dernières années », avait rappelé Emmanuel Macron lors de sa visite au Salon de l'agriculture. Aujourd'hui, l'équivalent de la superficie d'un département moyen est bétonné tous les 7 à 10 ans… Et la hausse de l'artificialisation dépasse celle de la démographie (13 % contre 5 %.) Selon les estimations de l'Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri), si la France continue à ce rythme, d'ici la fin du siècle, 18 % de son territoire sera artificialisé contre 9,7 % aujourd'hui.

Le sujet impose donc des mesures fortes et il est heureux qu'Emmanuel Macron en personne ait annoncé entre autres sa volonté d'«une réhabilitation des 20 à 25 % des sols agricoles dégradés par l'utilisation passée des phytosanitaires ». Mais le chemin sera long car lutter contre l'artificialisation des terres suppose de remettre à plat non seulement notre modèle agricole productiviste mais également notre mode de vie moderne où le besoin d'espace est toujours plus grand. L'enjeu est donc d'avoir une vision globale d'aménagement du territoire où la construction de nouveaux logements, de complexes commerciaux, des réseaux routiers soit repensée avec le souci permanent de l'équilibre écologique. « Construire, disait Marguerite Yourcenar, c'est collaborer avec la terre : c'est mettre une marque humaine sur un paysage qui en sera modifié à jamais. » Il faut aujourd'hui que l'Homme ait pleinement conscience de la marque qu'il laisse.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 10 juin 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Champs de batailles

L'agriculture est-elle devenue un champ de bataille ? En tout cas, le débat houleux sur les pesticides, et plus particulièrement le glyphosate, concentre – au détriment souvent d'autres thématiques – tous les enjeux et les contradictions de notre époque autour de l'alimentation, de la lutte contre le réchauffement climatique et de la préservation de la biodiversité. Et le moins que l'on puisse dire est que les positions sont tranchées, frontales, quasi irréconciliables entre les défenseurs de l'environnement et de la santé publique d'un côté, les agriculteurs et les industriels de l'autre, et les agences sanitaires au milieu dont l'impartialité et l'indépendance ne sont pas au plus haut… Le débat est d'autant plus vif que les avis scientifiques autour desquels toutes les parties auraient pu logiquement se retrouver peinent à se frayer un chemin dans un débat public où les opinions surpassent les faits et où les infox des réseaux sociaux et les …

Le revers de la médaille

Les gagnants de la seconde édition du Loto du patrimoine ont été dévoilés mardi par le ministre de la Culture Franck Riester. 103 projets ont ainsi été retenus sur 835 candidats, et s'ajoutent aux dix-huit déjà annoncés en mars dernier. Cette multiplication de candidatures, cet engouement populaire souligne, si besoin en était, l'attachement des Français à leur patrimoine. Un attachement que l'on mesure d'ailleurs chaque année en septembre lors des Journées du patrimoine – initiative française lancée en 1984 et devenue depuis européenne – qui battent à chaque édition des records de fréquentation. Attachement au patrimoine que l'on retrouve de la même façon lors des émissions de radio ou de télévision consacrées à l'histoire et aux monuments, qui apportent régulièrement de très belles audiences aux chaînes.

Enfin, l'attachement des Français au patrimoine a connu un retentissant éclat lors de l'incendie du toit de Notre-Dame de Paris. L'élan de génér…

Jospinisation

Les quelque 17 milliards de mesures en faveur du pouvoir d’achat débloqués par Emmanuel Macron pour éteindre la crise des Gilets jaunes n’auront donc pas suffi à décoller l’étiquette de « Président des riches» qui colle à la peau du locataire de l’Elysée depuis le début du quinquennat, lorsque la majorité avait baissé les aides aux logements et supprimé le très symbolique impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Non seulement, le mouvement de grogne sociale inédit perdure de samedi en samedi, mais les Français n’ont pas perçu d’amélioration tangible de leur pouvoir d’achat. Une perception sur laquelle l’OFCE vient de mettre des chiffres dans sa dernière étude sur l’impact des mesures du budget 2020. Certes, 70% des ménages devraient voir leur pouvoir d’achat augmenter cette année, mais les grands gagnants, qui vont profiter le plus des réformes menées par le gouvernement, sont bel et bien les classes moyennes supérieures. Pire, 5% des ménages les plus modestes vont voir leur niveau …