Accéder au contenu principal

Réguler

reseauxsociaux


L'attentat de Christchurch fera date. Pas seulement parce que cet acte terroriste perpétré le 15 mars dernier par un militant d'extrême droite en Nouvelle-Zélande contre deux mosquées, faisant 51 morts et des dizaines de blessés, a ému le monde entier, mais aussi parce qu'il constitue peut-être un tournant dans la lutte contre les contenus haineux et violents sur internet. Le fait que l'attaque terroriste a été filmée par celui-là même qui la commettait et que les images ont été diffusées en direct sur Facebook pendant 17 minutes avant que la vidéo ne soit retirée – laissant de fait largement le temps de la voir se dupliquer des milliers de fois – y est pour beaucoup.

Cette prise de conscience s'est traduite le 15 mai par l'Appel de Christchurch pour agir contre le terrorisme et l'extrémisme violent en ligne, lancé à Paris par la Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern et le président Macron. Ce texte non-contraignant – prélude d'ailleurs à une charte des pays du G7 – signé par plusieurs Etats et géants du Net sera-t-il suffisant ? Permettra-t-il d'endiguer le flot de haine, de racisme, d'homophobie, d'images violentes et d'activités délictueuses qui prospèrent sur les réseaux sociaux ?

Le succès dépendra de la mobilisation de trois acteurs. Le premier, ce sont bien sûr les Etats qui doivent afficher une volonté politique commune. Leur tâche est de créer un cadre réglementaire clair, des textes de loi précis et applicables. C'est possible : l'an dernier l'Union européenne a voté le Réglement général sur la protection de données (RGPD) des internautes qui fait école maintenant. Les Etats ne peuvent jouer les Ponce Pilate et confier aux seules plateformes numériques le soin d'organiser la suppression de tel ou tel contenu selon leurs critères. Mais la recherche du consensus est difficile. Les Etats-Unis de Donald Trump n'ont pas signé l'Appel de Christchurch…

Le second acteur, ce sont les géants du Net, les fameux GAFAM (Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft). Sous la pression de l'opinion, ils ont fait de louables efforts ces dernières années pour combattre les contenus haineux. Mais leur modération est encore insuffisante et surtout soumise à certains biais. Les algorithmes mis en œuvre pour supprimer les contenus violents restent secrets, les critères de suppression mouvants voire incompréhensibles. Il manque clairement de la transparence et de la cohérence. Il manque aussi la possibilité d'associer à la réflexion les plateformes plus modestes, qui peuvent vite devenir le repaire des groupes terroristes…

Enfin, troisième acteur et non des moindres, les utilisateurs eux-mêmes. Car si des contenus haineux deviennent viraux, c'est bien parce qu'ils sont relayés, repostés, retweetés par des internautes. Certains – à tort – le font de bonne foi pour partager leur indignation mais d'autres rediffusent sciemment textes, photos ou vidéos violentes. Les internautes doivent bien sûr être aidés pour signaler facilement ce type de contenus mais il est de leur responsabilité de ne pas les amplifier ; et cette responsabilité-là doit s'apprendre dès l'école.

La lutte contre les contenus violents, on le voit, ne sera efficace que si ces trois acteurs trouvent un équilibre entre l'extraordinaire liberté d'expression que permettent les réseaux sociaux et les limites légales sans lesquelles nous ne faisons plus société.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 3 mai 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Symboles

La confirmation hier par la compagnie aérienne australienne Qantas qu'elle annulait la commande de huit Airbus A380 marque un nouveau revers pour le superjumbo du constructeur aéronautique européen. Un gros porteur dont la pérennité est désormais suspendue, sans beaucoup d'illusions, à une négociation avec la compagnie Emirates, qui avait passé une méga-commande de 36 A380. L'histoire semble désormais jouée et l'A380 va vraisemblablement – sauf surprise venue de Chine ou d'Inde – tirer bientôt sa révérence, devenant le symbole d'un terrible et douloureux échec commercial, mais aussi devenant une page importante de l'histoire aéronautique mondiale.

L'échec, c'est finalement celui d'un avion mal-né qui a accumulé les déconvenues au moment même où le paysage aérien mondial s'est retrouvé chamboulé. L'idée de départ était pourtant séduisante : le plus gros avion commercial du monde avec ses deux ponts, ses quatre réacteurs, capable d'em…

Responsabilité

Le retrait prochain des troupes américaines de Syrie, tel un jeu de dominos, a des répercussions profondes, dont le retour dans l'Hexagone de quelque 150 jihadistes français dont des familles jusqu'à présent détenus en Syrie et en Irak. Ainsi, la France vient d'être contrainte de changer de doctrine à leur égard. Jusqu'alors, en effet, le gouvernement français s'était toujours opposé à leur retour – sauf pour les mineurs –, estimant qu'ils devaient être jugés sur place et y purger leur peine, sous réserve de bénéficier d'un procès équitable. Désormais, le rapatriement de ces ressortissants français est inéluctable, fut-il facilité par des avions américains. Le retour de ces jihadistes constitue ainsi un véritable défi pour la France, mais aussi un casse-tête politique face à l'extrême sensibilité de l'opinion publique sur le sujet.

Car les Français restent durablement marqués par les attentats terroristes perpétrés par Daech sur notre sol, de l'…

L'alerte

L'enquête sur le complotisme que viennent de publier la Fondation Jean-Jaurès et l'organisme Conspiracy watch est capitale dans le sens où elle permet de mettre des chiffres sur un phénomène ancien dont l'ampleur constitue désormais une réelle menace pour la démocratie, en France comme ailleurs dans le monde.

Jusqu'à présent, les thèses complotistes restaient circonscrites à quelques cercles d'hurluberlus, particulièrement aux Etats-Unis où, au nom du premier amendement de la Constitution qui garantit une absolue liberté d'expression, tout un tas de théories ont pu se développer sans ambages. La Terre est plate, le monde est gouverné par la secte des Illuminati, les Américains ne sont jamais allés sur la Lune, etc.

Une digue contre ces élucubrations avait été bâtie au fil des ans par la classe politique dans sa majorité et par les médias. Cette digue a commencé à se fissurer en 2016 au moment de la campagne électorale présidentielle américaine qui a vu la vict…