Accéder au contenu principal

Combattre ou débattre

incendie


Les voitures d'EDF incendiées la semaine dernière à Grenoble sont le nouvel épisode d'un mauvais feuilleton qui dure depuis plusieurs années. Régulièrement, des véhicules de service d'EDF ou d'Enedis, des locaux de sous-traitants mais aussi de gendarmeries, de presse voire des chantiers de projets industriels controversés sont la cible d'attaques, de sabotages et, donc, d'incendies, qui – pour l'heure – n'ont pas fait de blessés. De l'Île-de-France à la région grenobloise, de la Drôme aux Pyrénées-Orientales, du Tarn à l'Ariège, de telles actions violentes sont perpétrées sans que l'on en comprenne tous les tenants et aboutissants. Certaines sont revendiquées par des groupes anarchistes, des collectifs qui clament «beaucoup de rage et quelques flammes», d'autres restent non résolues et s'apparentent plutôt à des actes locaux isolés aux revendications opportunistes. Ces différentes affaires ne sont évidemment pas toutes reliées entre elles, mais leur survenue crée un certain climat auquel les autorités sont très attentives et pour lequel elles affichent une très grande prudence lorsqu'il s'agit d'évoquer, notamment, la mouvance de l'ultra-gauche.

C'est que personne ne veut revivre le fiasco de l'affaire de Tarnac, du nom de ce groupe présenté comme proche de l'ultra-gauche, soupçonné d'être à l'origine de sabotages de lignes SNCF en 2008. Ses membres, dont l'arrestation avait été très médiatisée, notamment par le gouvernement Fillon de l'époque, ont été blanchis dix ans plus tard... Désormais, à l'image du parquet de Grenoble, c'est la retenue qui est de mise.

Pour autant, les actes violents de l'ultra-gauche sont une réalité sur laquelle les services de renseignement travaillent, particulièrement depuis la loi Travail de 2016. Et ces derniers mois, à la faveur du mouvement des Gilets jaunes, sont apparues des violences commises par l'ultra-gauche... comme par l'ultra-droite, cette dernière faisant l'objet d'un rapport parlementaire sur «la lutte contre les groupuscules d'extrême droite en France.» Ces mouvances extrémistes qui s'en prennent souvent aux forces de l'ordre, parfois aux symboles de l'Etat, n'ont heureusement pas basculé dans les actions terroristes comme cela a été le cas en Grèce ou en Italie. Mais ce phénomène appelle une réponse aussi claire que ferme de l'Etat à deux niveaux.

Le premier est évidement de ne rien tolérer de ces actes violents qui s'étendent désormais des ultras vers d'autres mouvements radicaux, écologistes, animalistes ou antispécistes. Rien ne peut justifier ces violences dans notre démocratie.

Le second niveau auquel l'Etat doit scrupuleusement veiller, c'est de permettre justement l'expression de toutes les sensibilités, de toutes les idées. Le mouvement des Gilets jaunes ou le référendum d'initiative partagée (RIP) sur la privatisation d'Aéroports de Paris ont d'ailleurs montré ce besoin d'expression, de démocratie participative des citoyens. Toutes les idées, dans notre démocratie, doivent pouvoir s'exprimer, à la condition expresse que celles-ci s'inscrivent dans le cadre républicain. Dès lors, chacun admettra que débattre vaut mieux que combattre.

(Editorial publié dans La Dépêche du jeudi 27 juin 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Champs de batailles

L'agriculture est-elle devenue un champ de bataille ? En tout cas, le débat houleux sur les pesticides, et plus particulièrement le glyphosate, concentre – au détriment souvent d'autres thématiques – tous les enjeux et les contradictions de notre époque autour de l'alimentation, de la lutte contre le réchauffement climatique et de la préservation de la biodiversité. Et le moins que l'on puisse dire est que les positions sont tranchées, frontales, quasi irréconciliables entre les défenseurs de l'environnement et de la santé publique d'un côté, les agriculteurs et les industriels de l'autre, et les agences sanitaires au milieu dont l'impartialité et l'indépendance ne sont pas au plus haut… Le débat est d'autant plus vif que les avis scientifiques autour desquels toutes les parties auraient pu logiquement se retrouver peinent à se frayer un chemin dans un débat public où les opinions surpassent les faits et où les infox des réseaux sociaux et les …

Symboles

La confirmation hier par la compagnie aérienne australienne Qantas qu'elle annulait la commande de huit Airbus A380 marque un nouveau revers pour le superjumbo du constructeur aéronautique européen. Un gros porteur dont la pérennité est désormais suspendue, sans beaucoup d'illusions, à une négociation avec la compagnie Emirates, qui avait passé une méga-commande de 36 A380. L'histoire semble désormais jouée et l'A380 va vraisemblablement – sauf surprise venue de Chine ou d'Inde – tirer bientôt sa révérence, devenant le symbole d'un terrible et douloureux échec commercial, mais aussi devenant une page importante de l'histoire aéronautique mondiale.

L'échec, c'est finalement celui d'un avion mal-né qui a accumulé les déconvenues au moment même où le paysage aérien mondial s'est retrouvé chamboulé. L'idée de départ était pourtant séduisante : le plus gros avion commercial du monde avec ses deux ponts, ses quatre réacteurs, capable d'em…

Responsabilité

Le retrait prochain des troupes américaines de Syrie, tel un jeu de dominos, a des répercussions profondes, dont le retour dans l'Hexagone de quelque 150 jihadistes français dont des familles jusqu'à présent détenus en Syrie et en Irak. Ainsi, la France vient d'être contrainte de changer de doctrine à leur égard. Jusqu'alors, en effet, le gouvernement français s'était toujours opposé à leur retour – sauf pour les mineurs –, estimant qu'ils devaient être jugés sur place et y purger leur peine, sous réserve de bénéficier d'un procès équitable. Désormais, le rapatriement de ces ressortissants français est inéluctable, fut-il facilité par des avions américains. Le retour de ces jihadistes constitue ainsi un véritable défi pour la France, mais aussi un casse-tête politique face à l'extrême sensibilité de l'opinion publique sur le sujet.

Car les Français restent durablement marqués par les attentats terroristes perpétrés par Daech sur notre sol, de l'…