Accéder au contenu principal

Combattre ou débattre

incendie


Les voitures d'EDF incendiées la semaine dernière à Grenoble sont le nouvel épisode d'un mauvais feuilleton qui dure depuis plusieurs années. Régulièrement, des véhicules de service d'EDF ou d'Enedis, des locaux de sous-traitants mais aussi de gendarmeries, de presse voire des chantiers de projets industriels controversés sont la cible d'attaques, de sabotages et, donc, d'incendies, qui – pour l'heure – n'ont pas fait de blessés. De l'Île-de-France à la région grenobloise, de la Drôme aux Pyrénées-Orientales, du Tarn à l'Ariège, de telles actions violentes sont perpétrées sans que l'on en comprenne tous les tenants et aboutissants. Certaines sont revendiquées par des groupes anarchistes, des collectifs qui clament «beaucoup de rage et quelques flammes», d'autres restent non résolues et s'apparentent plutôt à des actes locaux isolés aux revendications opportunistes. Ces différentes affaires ne sont évidemment pas toutes reliées entre elles, mais leur survenue crée un certain climat auquel les autorités sont très attentives et pour lequel elles affichent une très grande prudence lorsqu'il s'agit d'évoquer, notamment, la mouvance de l'ultra-gauche.

C'est que personne ne veut revivre le fiasco de l'affaire de Tarnac, du nom de ce groupe présenté comme proche de l'ultra-gauche, soupçonné d'être à l'origine de sabotages de lignes SNCF en 2008. Ses membres, dont l'arrestation avait été très médiatisée, notamment par le gouvernement Fillon de l'époque, ont été blanchis dix ans plus tard... Désormais, à l'image du parquet de Grenoble, c'est la retenue qui est de mise.

Pour autant, les actes violents de l'ultra-gauche sont une réalité sur laquelle les services de renseignement travaillent, particulièrement depuis la loi Travail de 2016. Et ces derniers mois, à la faveur du mouvement des Gilets jaunes, sont apparues des violences commises par l'ultra-gauche... comme par l'ultra-droite, cette dernière faisant l'objet d'un rapport parlementaire sur «la lutte contre les groupuscules d'extrême droite en France.» Ces mouvances extrémistes qui s'en prennent souvent aux forces de l'ordre, parfois aux symboles de l'Etat, n'ont heureusement pas basculé dans les actions terroristes comme cela a été le cas en Grèce ou en Italie. Mais ce phénomène appelle une réponse aussi claire que ferme de l'Etat à deux niveaux.

Le premier est évidement de ne rien tolérer de ces actes violents qui s'étendent désormais des ultras vers d'autres mouvements radicaux, écologistes, animalistes ou antispécistes. Rien ne peut justifier ces violences dans notre démocratie.

Le second niveau auquel l'Etat doit scrupuleusement veiller, c'est de permettre justement l'expression de toutes les sensibilités, de toutes les idées. Le mouvement des Gilets jaunes ou le référendum d'initiative partagée (RIP) sur la privatisation d'Aéroports de Paris ont d'ailleurs montré ce besoin d'expression, de démocratie participative des citoyens. Toutes les idées, dans notre démocratie, doivent pouvoir s'exprimer, à la condition expresse que celles-ci s'inscrivent dans le cadre républicain. Dès lors, chacun admettra que débattre vaut mieux que combattre.

(Editorial publié dans La Dépêche du jeudi 27 juin 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Champs de batailles

L'agriculture est-elle devenue un champ de bataille ? En tout cas, le débat houleux sur les pesticides, et plus particulièrement le glyphosate, concentre – au détriment souvent d'autres thématiques – tous les enjeux et les contradictions de notre époque autour de l'alimentation, de la lutte contre le réchauffement climatique et de la préservation de la biodiversité. Et le moins que l'on puisse dire est que les positions sont tranchées, frontales, quasi irréconciliables entre les défenseurs de l'environnement et de la santé publique d'un côté, les agriculteurs et les industriels de l'autre, et les agences sanitaires au milieu dont l'impartialité et l'indépendance ne sont pas au plus haut… Le débat est d'autant plus vif que les avis scientifiques autour desquels toutes les parties auraient pu logiquement se retrouver peinent à se frayer un chemin dans un débat public où les opinions surpassent les faits et où les infox des réseaux sociaux et les …

Le revers de la médaille

Les gagnants de la seconde édition du Loto du patrimoine ont été dévoilés mardi par le ministre de la Culture Franck Riester. 103 projets ont ainsi été retenus sur 835 candidats, et s'ajoutent aux dix-huit déjà annoncés en mars dernier. Cette multiplication de candidatures, cet engouement populaire souligne, si besoin en était, l'attachement des Français à leur patrimoine. Un attachement que l'on mesure d'ailleurs chaque année en septembre lors des Journées du patrimoine – initiative française lancée en 1984 et devenue depuis européenne – qui battent à chaque édition des records de fréquentation. Attachement au patrimoine que l'on retrouve de la même façon lors des émissions de radio ou de télévision consacrées à l'histoire et aux monuments, qui apportent régulièrement de très belles audiences aux chaînes.

Enfin, l'attachement des Français au patrimoine a connu un retentissant éclat lors de l'incendie du toit de Notre-Dame de Paris. L'élan de génér…

Les armes dans la peau

Coup sur coup deux nouvelles fusillades ont été perpétrées ce week-end aux états-Unis. Deux tueries de masse qui ont fait des dizaines de morts et de blessés et qui portent leur nombre, terrible, à 251 depuis le début de l'année 2019, selon un décompte de l'association Gun Violence Archive. Autrement dit, peu ou prou, il ne se passe pas un jour outre-Atlantique sans que des innocents, hommes, femmes, enfants, ne soient tués par balle, que ce soit par des déséquilibrés, des militants suprémacistes blancs, des adeptes de l'état islamique ou tout simplement des citoyens lambda qui décident de régler leurs problèmes par arme à feu. Dans n'importe quel pays au monde, la répétition de tels drames déboucherait sur une prise de conscience collective et, surtout, sur des changements législatifs profonds pour que cela ne se reproduise plus. Pas aux états-Unis.

Ce grand pays a, d'évidence, les armes dans la peau, d'autant plus que leur usage est inscrit noir sur blanc da…