Accéder au contenu principal

Conquête

mars2020
NASA/JPL-Caltech
Sept ans après l'envoi du robot Curiosity sur la planète rouge, la nouvelle mission Mars 2020, qui sera lancée l'année prochaine, illustre à nouveau cet esprit de conquête qui ne cesse d'animer l'Homme lorsqu'il s'agit d'espace. Année après année, patiemment, méticuleusement, avec opiniâtreté et passion, surmontant toutes les difficultés et les imprévus, les scientifiques et ingénieurs de la NASA, de l'Agence spatiale européenne ou du Centre national d'études spatiales ont fait leurs les mots d'Albert Einstein, le prix Nobel de physique qui estimait que « la plus belle chose que nous puissions éprouver, c'est le mystère des choses ».

Car c'est bien pour percer le mystère de la vie sur Mars, cette planète qui a si souvent inspiré la littérature et le cinéma, que les missions s'enchaînent depuis plus de cinquante ans. Le premier survol de Mars avec Mariner 4 en 1965, les premiers laboratoires automatiques avec Viking 1 et 2 à partir de 1976, le premier robot Mars Pathfinder en 1996, puis les premières découvertes, de glace avec Mars Odyssey en 2001, de traces de méthane avec Pheonix en 2007. Et enfin en 2012, le rover Curiosity puis l'année dernière la mission InSight.

Et dans cette aventure digne de Jules Vernes, Toulouse joue un rôle important. En 2012, elle avait équipé Curiosity de sa ChemCam ; l'an dernier c'est son sismomètre SEIS qui a embarqué sur InSight et dans un an c'est la SuperCam qui sera du voyage pour arriver sur Mars en février 2021.

La mission Mars 2020 ajoutera une nouvelle dimension à l'exploration spatiale en faisant voler un hélicoptère, et surtout collectera des échantillons qui seront ramenés sur Terre par une future mission, poussant toujours plus loin notre compréhension de la planète rouge, et renforçant cet esprit de conquête dont la finalité sera un jour l'envoi d'un Homme sur Mars et l'occupation de l'espace par l'Humanité.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 12 juin 2019)


Posts les plus consultés de ce blog

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Retrouver confiance

Une grande majorité de Français est sans doute en mesure de raconter une mauvaise expérience vécue avec un artisan – certains en ont même fait des livres comme le prix Goncourt Jean-Paul Dubois avec son savoureux "Vous plaisantez M. Tanner". Un devis où des prestations connexes ont été "oubliées", un montant final à payer qui a subitement gonflé, mais aussi des prestations qui ne sont pas à la hauteur et qui imposeront plus tard de refaire ce qui a été mal fait, etc. Le sentiment de s’être fait arnaquer est d’autant plus fort lorsque l’appel à l’artisan s’est fait dans une situation d’urgence ou de faiblesse : une fuite d’eau qui menace d’importants dégâts un appartement, un accident qui prive l’usage de sa voiture, et bien sûr un problème de serrure qui vous bloque à l’extérieur de votre logement ou vous empêche de bien le fermer… Ces comportements ne sont bien évidemment pas ceux de tous les artisans, mais les agissements de quelques brebis galeuses nuisent à

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon