Accéder au contenu principal

Le scandale de trop

steak


Cette nouvelle affaire de faux steaks vendus à des associations caritatives résonne davantage encore en Occitanie qu'ailleurs dans le pays car notre région reste marquée par le scandale des lasagnes de bœuf à la viande de cheval qui avait éclaté en 2013 et éclaboussé non seulement une entreprise audoise jusqu'ici réputée, mais l'idée même que l'on se fait du bien-manger si cher au sud-ouest.

Ce nouveau scandale monte d'un cran dans l'ignominie et le cynisme et souligne deux aspects qui mériteront des réponses autant judiciaires que politiques.

Le premier concerne bien sûr les consommateurs finaux de ces produits, victimes de la tromperie d'un fournisseur français. En livrant des steaks polonais sans viande mais avec du gras, sans muscle mais avec de la peau à La Croix Rouge, aux Restos du Cœur, au Secours Populaire Français et à la Fédération française des banques alimentaires qui tous viennent en aide aux plus démunis d'entre nous, cet industriel ne peut qu'inspirer le dégoût tant il s'attaque ainsi à ce qui fait l'humanité et la dignité de chaque Français puisqu'il considère que les plus pauvres mériteraient moins que les autres des produits de qualité.

Le second aspect que soulève ce scandale est particulièrement problématique pour les autorités. À la faveur de l'affaire des lasagnes, on avait découvert que le marché international de la viande n'avait rien à envier... à celui des armes avec de multiples intermédiaires, l'intervention de «traders» opérant à Chypre, aux Pays-Bas ou en Roumanie, dans un contexte d'intense guerre des prix. L'opinion publique avait même découvert l'existence du «minerai de viande», terrible expression désignant un aggloméré de bas morceaux hachés pour plats préparés, tellement éloigné de la bonne viande de qualité. Les pouvoirs publics avaient affiché leur détermination à éclairer d'une lumière crue ce système très opaque, et promis un renforcement des contrôles pour mettre fin à ces pratiques. à l'ouverture du procès des lasagnes, l'ONG Foodwatch redoutait pourtant qu'un autre scandale du même type soit possible. Nous y voilà...

«Il est hors de question que ce type d'attitude se reproduise», a martelé hier la secrétaire d'état à l'économie Agnès Pannier-Runacher en annonçant que l'État allait saisir la justice et interpeller les autorités polonaises. Nécessaire mais loin d'être suffisant. Ce scandale impliquant, là encore, plusieurs pays, c'est bien à l'échelon de l'Union européenne qu'il faut agir pour tout remettre à plat, revoir les procédures d'agrément et de contrôle, réviser et augmenter les sanctions pénales pour dissuader les fraudes. Bref, rebâtir tout un système qui permette aux professionnels vertueux de ne pas subir les fautes de quelques uns, et aux consommateurs – quelle que soit leur situation sociale – de retrouver la confiance.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 8 juin 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Le revers de la médaille

Les gagnants de la seconde édition du Loto du patrimoine ont été dévoilés mardi par le ministre de la Culture Franck Riester. 103 projets ont ainsi été retenus sur 835 candidats, et s'ajoutent aux dix-huit déjà annoncés en mars dernier. Cette multiplication de candidatures, cet engouement populaire souligne, si besoin en était, l'attachement des Français à leur patrimoine. Un attachement que l'on mesure d'ailleurs chaque année en septembre lors des Journées du patrimoine – initiative française lancée en 1984 et devenue depuis européenne – qui battent à chaque édition des records de fréquentation. Attachement au patrimoine que l'on retrouve de la même façon lors des émissions de radio ou de télévision consacrées à l'histoire et aux monuments, qui apportent régulièrement de très belles audiences aux chaînes.

Enfin, l'attachement des Français au patrimoine a connu un retentissant éclat lors de l'incendie du toit de Notre-Dame de Paris. L'élan de génér…

Champs de batailles

L'agriculture est-elle devenue un champ de bataille ? En tout cas, le débat houleux sur les pesticides, et plus particulièrement le glyphosate, concentre – au détriment souvent d'autres thématiques – tous les enjeux et les contradictions de notre époque autour de l'alimentation, de la lutte contre le réchauffement climatique et de la préservation de la biodiversité. Et le moins que l'on puisse dire est que les positions sont tranchées, frontales, quasi irréconciliables entre les défenseurs de l'environnement et de la santé publique d'un côté, les agriculteurs et les industriels de l'autre, et les agences sanitaires au milieu dont l'impartialité et l'indépendance ne sont pas au plus haut… Le débat est d'autant plus vif que les avis scientifiques autour desquels toutes les parties auraient pu logiquement se retrouver peinent à se frayer un chemin dans un débat public où les opinions surpassent les faits et où les infox des réseaux sociaux et les …

Les armes dans la peau

Coup sur coup deux nouvelles fusillades ont été perpétrées ce week-end aux états-Unis. Deux tueries de masse qui ont fait des dizaines de morts et de blessés et qui portent leur nombre, terrible, à 251 depuis le début de l'année 2019, selon un décompte de l'association Gun Violence Archive. Autrement dit, peu ou prou, il ne se passe pas un jour outre-Atlantique sans que des innocents, hommes, femmes, enfants, ne soient tués par balle, que ce soit par des déséquilibrés, des militants suprémacistes blancs, des adeptes de l'état islamique ou tout simplement des citoyens lambda qui décident de régler leurs problèmes par arme à feu. Dans n'importe quel pays au monde, la répétition de tels drames déboucherait sur une prise de conscience collective et, surtout, sur des changements législatifs profonds pour que cela ne se reproduise plus. Pas aux états-Unis.

Ce grand pays a, d'évidence, les armes dans la peau, d'autant plus que leur usage est inscrit noir sur blanc da…