Accéder au contenu principal

Les leçons du D-Day

dday
Chief Photographer's Mate (CPHoM) Robert F. Sargent — National Archives and Records Administration


Peut-on seulement imaginer ce qu'ont ressenti ces milliers de jeunes soldats britanniques, américains, canadiens lorsqu'ils ont débarqué sur les plages de Normandie le 6 juin 1944 pour délivrer le continent européen du joug nazi ? Peut-on se représenter un instant combien, sur ces barges visées par les bunkers allemands du Mur de l'Atlantique, il leur a fallu de bravoure pour affronter l'enfer, dominer leur peur et toiser la mort qui frappa tant et tant d'entre eux ? Peut-on concevoir que ces très jeunes soldats, pétrifiés au pied des falaises françaises, avaient laissé de côté l'insouciance de leur jeunesse pour s'engager corps et âme, prêts à donner leur vie pour un dessein qui les dépassait ?

En Normandie aujourd'hui, comme hier à Portsmouth, des vétérans, de moins en moins nombreux, sont encore là, 75 ans plus tard, pour témoigner, transmettre et faire en sorte que ne soient pas oubliées les leçons du D-Day.

Leçon politique en premier lieu. Seule l'alliance de Nations libres était à même de concevoir ce Débarquement, première étape pour mettre fin à la Seconde Guerre mondiale. Eisenhower, Churchill mais aussi De Gaulle ne manquaient pas de divergences, mais ont su les aplanir autour de l'essentiel.

Leçon technologique ensuite. L'idée même du Débarquement, la conception du port d'Arromanches, la logistique incroyable et l'organisation minutieuse de l'opération Overlord ont mobilisé des mois durant, dans le plus grand secret, scientifiques et ingénieurs comme aucun autre projet auparavant. L'impensable était devenu réalisable ; la prouesse, réalité.

Leçon d'humanité enfin. Le Débarquement est sans doute, avant tout le reste, une extraordinaire aventure humaine où des hommes qui ne se connaissaient pas se sont retrouvés autour d'un destin commun, où des soldats venus des Etats-Unis ont sympathisé avec des Résistants normands, où des combattants anglais se sont fait aider par des maquisards français. Tous différents, mais tous égaux et solidaires lorsqu'il s'est agi de défendre la liberté, la démocratie, la paix.

Ces trois valeurs humanistes rétablies ont ouvert une nouvelle ère, celle du bonheur retrouvé, celle de la prospérité, celle des Nations unies ou de l'Union européenne. Des valeurs que les jeunes générations pensent immuables et qui, pourtant, sont si fragiles dès lors que surgissent en Europe les héritiers nationalistes de ceux qui, hier, ont précipité le continent dans la guerre et le malheur.

Dès lors, en saluant aujourd'hui le courage des vétérans, les jeunes générations devraient faire leurs les mots d'Albert Camus lorsqu'il reçut son prix Nobel de Littérature : « Chaque génération, sans doute, se croit vouée à refaire le monde. La mienne sait pourtant qu'elle ne le refera pas. Mais sa tâche est peut-être plus grande. Elle consiste à empêcher que le monde se défasse. »

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 6 juin 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette…

Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la tête …

Jospinisation

Les quelque 17 milliards de mesures en faveur du pouvoir d’achat débloqués par Emmanuel Macron pour éteindre la crise des Gilets jaunes n’auront donc pas suffi à décoller l’étiquette de « Président des riches» qui colle à la peau du locataire de l’Elysée depuis le début du quinquennat, lorsque la majorité avait baissé les aides aux logements et supprimé le très symbolique impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Non seulement, le mouvement de grogne sociale inédit perdure de samedi en samedi, mais les Français n’ont pas perçu d’amélioration tangible de leur pouvoir d’achat. Une perception sur laquelle l’OFCE vient de mettre des chiffres dans sa dernière étude sur l’impact des mesures du budget 2020. Certes, 70% des ménages devraient voir leur pouvoir d’achat augmenter cette année, mais les grands gagnants, qui vont profiter le plus des réformes menées par le gouvernement, sont bel et bien les classes moyennes supérieures. Pire, 5% des ménages les plus modestes vont voir leur niveau …

Question de dignité

Les autorités françaises doivent mettre fin au problème de surpopulation dans les prisons et aux conditions de détention dégradantes". Les mots sont cinglants pour la patrie des Droits de l’Homme, mais ils ont été, d’évidence, largement sous-pesés par la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) qui vient de rendre cette semaine un arrêt sévère contre la France. Saisie par 32 détenus des centres pénitentiaires de Ducos (Martinique), Faa’a Nuutania (Polynésie française), Baie-Mahault (Guadeloupe) ainsi que des maisons d’arrêt de Nîmes, Nice et Fresnes, l’instance européenne n’a pu que constater que les détenus "ont, pour la majorité d’entre eux, disposé d’un espace personnel inférieur à la norme minimale requise de 3 m2 pendant l’intégralité de leur détention, situation aggravée par l’absence d’intimité dans l’utilisation des toilettes." Certes, la CEDH n’entend pas dicter la politique pénale de la France, mais elle suggère "la refonte du mode de calcul de la ca…