Accéder au contenu principal

Agir maintenant

pollution


Lorsque l'on évoque la pollution, la première chose qui vient souvent à l'esprit, ce sont des rivières souillées par des déchets en plastique, des décharges sauvages aux multiples détritus, des plages où s'échouent nos déchets ménagers, ou encore d'anciens sites industriels dont les sols suintent encore de produits toxiques des années après l'arrêt de leur fonctionnement, etc. La pollution de l'air, elle, est beaucoup moins visible bien que tout aussi invasive. Au contraire des grandes mégalopoles comme Pékin, Sao Paulo ou parfois Londres, les épisodes de «smog» qui avalent les cités sont encore rares en France. Mais les effets de la pollution de l'air sur l'environnement ou la santé se font de plus en plus sentir : si 59 % des Français jugeaient la qualité de l'air bonne en France en 2018, c'était 10 points de moins qu'en 2017…

Car les choses sont en train de changer, notamment grâce à trois leviers. Le premier, c'est le travail méticuleux de mesure des pollutions réalisé par de nombreux organismes partout en France. Car pour mieux appréhender ce qui se voit mal, rien ne vaut la réalité de preuves scientifiques. Airparif dans la Capitale ou Atmo Occitanie dans notre région font ainsi un remarquable travail qui permet de mesurer au quotidien les émissions de polluants. Particules fines, oxyde d'azote, ozone présentes dans l'atmosphère font l'objet d'un suivi régulier essentiel et permettent ainsi de déterminer les zones les plus polluées, notamment par l'impact du trafic routier ou les pics de pollution qui imposent réglementairement aux autorités de réagir via des mesures de restriction de circulation, et poussent les collectivités à imaginer de nouveaux scénarios de transports ou d'aménagements urbains pour réduire la pollution de l'air.

Le second levier consiste en une meilleure information du grand public. Les organismes de mesures ont très tôt compris l'intérêt de souscrire à la démarche d'ouverture de leurs données. Sites web ou applications pour smartphone, ou encore capteurs domotiques permettent ainsi de proposer aux Français une météo de l'air en temps réel qui permet de savoir s'il est opportun ou pas d'aller faire son footing à l'extérieur ou de se promener avec ses enfants, et si l'on a le droit ou non d'utiliser sa voiture.

Cette bonne information participe, enfin, au troisième levier du changement de vision sur la pollution de l'air : un appel à lutter contre ce fléau qui cause la mort de plusieurs milliers de Français chaque année. Les différentes marches pour le climat et les pétitions comme celle de l'Affaire du siècle illustrent ce changement profond des mentalités. L'épisode caniculaire de cette semaine qui agit comme un booster de la pollution atmosphérique, tout comme la décision de justice reconnaissant la «faute» de l'état à l'égard d'une mère et de sa fille qui vivaient près du périphérique parisien ne disent qu'une chose : il faut agir, maintenant.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 26 juin 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Retrouver confiance

Une grande majorité de Français est sans doute en mesure de raconter une mauvaise expérience vécue avec un artisan – certains en ont même fait des livres comme le prix Goncourt Jean-Paul Dubois avec son savoureux "Vous plaisantez M. Tanner". Un devis où des prestations connexes ont été "oubliées", un montant final à payer qui a subitement gonflé, mais aussi des prestations qui ne sont pas à la hauteur et qui imposeront plus tard de refaire ce qui a été mal fait, etc. Le sentiment de s’être fait arnaquer est d’autant plus fort lorsque l’appel à l’artisan s’est fait dans une situation d’urgence ou de faiblesse : une fuite d’eau qui menace d’importants dégâts un appartement, un accident qui prive l’usage de sa voiture, et bien sûr un problème de serrure qui vous bloque à l’extérieur de votre logement ou vous empêche de bien le fermer… Ces comportements ne sont bien évidemment pas ceux de tous les artisans, mais les agissements de quelques brebis galeuses nuisent à

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon